AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Soirée latino baby ll Knox

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Elena Dawson
avatar




Avatar : Margot Robbie
Statut Civil : Célibataire
Occupation : Infirmière des urgences
Age du perso : 27 ans
Copyright : Sanae(avatar)

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Soirée latino baby ll Knox Mer 26 Sep - 21:19

La pause d'un gripper chez un patient ayant une chambre implantable est toujours délicat car ce soin se fait en stérile et il doit se faire assez rapidement pour éviter tout risque d'infection de la part du patient. Ce patient devait recevoir d'urgence en intraveineux des thérapeutiques qu'avait prescrit Camron. La patiente appréhendait le soin, j'aurais du terminer le travail voilà plus de vingt minutes. les heures supplémentaires, je connaissais ça, j'avais l'habitude mais aujourd'hui j'aurais préféré terminer à l'heure pour rejoindre Knox comme prévu. Par chance, il connaissait mon métier contraignant et ne m'en voulait jamais d'arriver la plupart du temps en retard à nos rendez-vus habituels.

Depuis notre plus jeune âge, Knox et moi avions pour habitude de nous voir soit le mardi soit le jeudi, parfois même les deux pour passer un moment ensemble, une sorte de rituel. Nous le faisions avec Simon autrefois, et nous perdurions la tradition. J'étais proche de Knox, peut être un peu trop, on finissait très souvent au lit tous les deux. Je n'avais pas développé de sentiments pour autant, mais nous avions une relation complexe pour le plus commun des mortels, peut être un peu toxique pour d'autres mais à lui comme à moi, cette relation nous convenait parfaitement. Le plus souvent, nous passions nos soirées à manger des plats commandés et à boire du vin devant une série ou un film, tantôt il choisissait, tantôt c'était moi. Nous n'étions pas très souvent d'accord sur quoi que ce soit et pourtant nous étions toujours aussi proches. J'avais envie qu'il se sociabilise, mis à part le club, j'avais l'impression que Knox n'était pas "humain". Je savais qu'il était fasciné par des choses que je ne comprenais pas, d'ailleurs nous évitions le sujet au maximum mais j'avais envie de le rendre un peu plus joyeux, qu'il profite des choses que la vie peut offrir comme les bars ou les boites de nuit.

J'avais déjà prévu de me doucher et me changer à l'hôpital. Vêtue d'une simple robe et de talons je prends ma voiture et files au club récupérer Knox. Je savais qu'il serait là bas. On se retrouve toujours là. Au comptoir, je passe ma main sur son dos que je caresse et dépose un baiser sur sa joue.

Salut. Désolée du retard.. J'avais une urgence. T'es prêt?


Je dis bonjour à ceux qui étaient présents dans la salle et nous partons enfin pour l'endroit où j'avais réussi à le traîner. Pas très convaincu de l'idée de s'amuser ce soir, j'avais essayé d'être assez enthousiaste pour qu'il accepte. Le chemin en voiture fut assez silencieux. Il avait l'air d'avoir déjà bu un peu en m'attendant et je décompressais de ma journée longue de plus de douze heures. Je trouve une place sur la chaussée d'en face, je me détache et pointe l'endroit du bout de mon index.

C'est là. Allé fais pas cette tête, on va bien s'amuser ! On va se déhancher sur des musiques latinos, ça va pas te faire de mal hein !


Je dépose un coup de poing léger sur l'épaule de mon Knox avant de sortir de mon vieux tacot qu'était ma coccinelle. Elle était plus vieille que moi cette voiture, carrosserie rouillée par endroit, odeur de vieux, j'adorais cette voiture. J'espérais qu'elle me tienne encore longtemps. Nous sortons et j'attrape le bras de mon ami. Nous entrons sans grande difficulté dans cet endroit où j'étais déjà allée quelques fois. La musique bat son plein, les gens dansent, discutent, rigolent et boivent. La soirée promet d'être bonne, enfin je l'espérais. On avait un code rouge lui et moi, lorsqu'il voulait rentrer et en avait assez de son bain de foule il n'avait qu'à me le dire et je n'insistais jamais. Nous finissions toujours chez lui ou chez moi et nous dormions ensemble comme toujours. Rien d'ambigu ou sexuel c'était ça notre relation.

Tu veux qu'on aille au comptoir boire un verre pour le moment? J'ai bien envie d'un martini là tout de suite. Je t'invite, qu'est-ce qui te ferait plaisir?

Je souris, je voyais bien qu'il était pas dans son élément mais je faisais tout pour le détendre afin qu'il se sente plus à l'aise. Je regarde autour de nous. Les filles se déhanchaient sur le rythme d'une salsa avec leur partenaire. Certaines entre filles se contentaient de se dandiner. J'adorais les musiques latines, c'était chaud, c'était beau à voir aussi, bien mieux que la techno qu'on trouve en boîte. Je me demandais si la boîte n'appartenait pas au club rival des Irons mais j'essayais de pas penser à cette éventualité. On arrive au comptoir et j'appelle le serveur;

Salut ! Hum un verre de Martini blanc s'il te plait et euh...


Je regarde Knox pour qu'il puisse également passer commande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Knox C. Blackstones
avatar




Avatar : Stephen James
Statut Civil : Célibâtard
Occupation : Iron & dirigeant de la salle de concert Music Box
Age du perso : 28 ans
Copyright : Babs - Gif : B'choux

En savoir plus ?


MessageSujet: Re: Soirée latino baby ll Knox Jeu 27 Sep - 23:54

Elena & Knox
“ Soirée latino baby ”


Les halètements qui me parviennent dans mon dos m’arrachent un sourire tandis que j’essuie ma lame dans un chiffon, le sang imprégnant le tissus.  « Patch… putain Patch… tu sais que je vais payer. Tu le sais hein ? » je grogne sans même le regarder. Il sait qu’il ne faut pas jouer les mecs comme ça avec moi. Je ne supporte pas les pleurnicheuse. Même les femmes du club sont plus costaudes que lui. Je me retourne pour lui faire face, essuyant toujours avec lenteur ma lame affutée. L’entaille sur sa joue saigne encore abondamment, nappant son t-shirt beige de liquide rouge. Je hausse les sourcils, il pense sincèrement que c’est en me suppliant qu’il va me faire plier ? Les femmes se mettent à genoux devant moi en me suppliant avant de me sucer la queue… et d’après ce que je sais, il ne me sucera pas la queue. Je m’approche de lui avec rapidité, collant le côté tranchant de ma lame contre sa carotide. Le mouvement de sa pomme d’Adam lui entaille la peau et il gémit. Encore une petite frappe. Je n’ai même pas eu le temps de lui arracher un ongle qu’il hurlait déjà à la mort en me brisant les tympans.  « Demain ! » je lui gronde à l’oreille, attendant qu’il émette un petit son d’approbation. Ce qu’il fait immédiatement. Je me détourne rapidement de lui et check l’heure sur mon téléphone. Elena devrait arriver au club d’ici une bonne heure. Je lance un dernier regard au mec essoufflé derrière moi, ligoté sur la chaise de sa cuisine. Le mieux pour qu’il ne vous glisse pas entre les doigts comme des anguilles, c’est de les débusquer en premier. Débarquer chez eux, défoncer la porte et les attacher à la chaise la plus proche avant de leur démonter la gueule. Je n’ai pas besoin de le secouer plus, il m’apportera le fric qu’il doit au club à la première heure.

Une heure plus tard, je suis au bar, douché, changé et même parfumé. Nos rendez-vous hebdomadaires avec Elena m’apporte un petit vent de fraîcheur. Elle fait partie du club, mais cette fille est tellement délurée - pour moi - que j’ai l’impression de ne pas la connaitre, bien que ça fasse des années que nous nous côtoyons. Je descends d’une traite mon verre de whisky tandis que je sens une main glisser dans mon dos, caressant mon cuir. J’en frissonne de la tête aux pieds. Toucher mon cuir c’est comme toucher ma peau nue, j’ai parfois l’impression de fusionner avec mon blouson mais je sais que tout ça est psychologique. Les lèvres d’Elena embrassent ma joue et je sens ma queue palpiter dans mon jean, me faisant soudainement me sentir à l’étroit. Un simple baiser ne provoque que rarement ce genre de réactions chez moi. C’est juste que les images de ses lèvres embrassant une autre partie de mon anatomie se projettent dans mon esprit.  « Salut. Désolée du retard.. J'avais une urgence. T'es prêt? » me demande-t-elle. J’acquiesce d’un grognement puis me lève de mon tabouret en claquant l’épaule de mon frère à mes côtés tandis que la belle blonde termine de saluer le reste des frères installés autour de nous. Puis je la suis à l’extérieur jusqu’à son vieux tacot. Je l’ai déjà engueulé plusieurs fois, lui balançant qu’un jour elle créverait à bord de ce vieux tas de ferraille, mais Elena était une vraie tête de mule, elle m’avait toujours répondu en levant vers moi son plus beau majeur. En d’autres circonstances j’aurais pris un malin plaisir à briser ce doigts, mais Elena était précieuse à mes yeux. Et plus mes relations évoluaient, plus je me rendais compte que j’étais entouré de casse-couilles. Entre Courtney qui m’en faisait voir de toutes les couleurs, Elena et son besoin irrépressible de me tirer dans des endroits qui ne me correspondaient pas et Anastazja qui faisait de ma vie un enfer… J’étais garni, moi qui n’aimait pas les gens. Je regarde ma bécane à contre-coeur tout en montant dans la voiture d’Elena. Mon Harley patientera sur le parking du clubhouse jusqu’à ce que je revienne. Je ne me déplace qu’en Harley, mais quand Elena décide de m’emmener dans un endroit surprise, je n’ai jamais vraiment le choix. Et même si d’ordinaire je ne suis pas un homme qui se laisse facilement dicter les choses, avec Elena et Courtney je lâche vite l’affaire. Durant tout le trajet je ne parle pas, fumant ma clope tranquillement en écoutant la musique que diffuse son vieux poste radio. Elena a l’habitude que je ne parle pas. Elle ne s’en offusque pas. Et c’est tant mieux. Je ne serais pas capable de faire autrement. Elle fait partie des rares personnes avec qui ça ne me dérange pas d’échanger, mais ces personnes se comptent sur les dix doigts. Soudain la voiture s’arrête et je prends conscience de l’endroit où nous nous trouvons. J’écarquille les yeux une micro-seconde avant de me recomposer un visage de dur à cuir. Elle se fout ouvertement de ma gueule, c’est pas possible ? Le quartier latino. Elle m’entraine dans un quartier où je n’ai aucunement envie de foutre les pieds ?! Elena n’est pas bête pourtant. Loin de là. Parfois - très souvent - imprudente. Mais loin d’être con. Alors qu’est-ce-qui lui a pris de vouloir passer une soirée ici ? Elle veut que je me fasse défoncer le crâne ? Ou cherche-t-elle simplement à ce que j’apprenne à me maîtriser, à prendre sur moi et à passer inaperçu parmi le reste des humains qui peuplent cette putain de planète ? Je lève les yeux au ciel lorsque sa voix résonne dans l’habitacle :  « C'est là. Allez fais pas cette tête, on va bien s'amuser ! On va se déhancher sur des musiques latinos, ça va pas te faire de mal hein ! » Je grogne en m’extirpant de la boite de converse. Se déhancher sur des musiques latinos. Je soupire avant de retirer mon cuir à contre-coeur. Mais ce n’est pas le bon jour pour déclencher une guerre entre M.C. Le bar dans lequel me traine Elena appartient au gang latino et même si je suis toléré dans l’établissement, si je débarque en affichant clairement mes couleurs, c’est comme si je sortais un AK 47 de ma poche et me mettais à canarder tout le monde : ce serait une déclaration de guerre ouverte. Je plie soigneusement mon cuir avant de l’enfermer dans le coffre de la bagnole. Ma tenue est sobre : un jean foncé, un tee-shirt noir et mes fidèles rangers. Je ne sais jamais où est-ce-qu’Elena compte m’emmener à chacune de nos sorties alors j’opte toujours pour un look passe-partout.  « Tu fais chier Elena. » je lui grogne après en faisant le tour de la bagnole pour la rejoindre. Mes premiers mots de la soirée et ce ne sont pas les plus tendres.  « Tu te fous de ma gueule ? J’ai une tête à me « déhancher sur des musiques latinos » ? Sérieux… » je lui dis en la citant avant de passer une main dans mes cheveux. Je sais que mon visage est aussi fermé qu’une putain de porte de prison. J’affiche un air de pittbull vénère mais je tente de prendre sur moi. Pour Elena. Parce que je sais qu’elle fait des efforts pour moi. Je sais que ça lui tient à coeur et au fond, je n’ai franchement pas envie de la décevoir. Par contre, elle comme moi savons qu’au bout d’un moment j’en aurai clairement raz le cul et qu’il faudra qu’on se casse de là avant que la soupape de décompressions ne pète et que je n’explose en plein milieu du bar.

 « Tu veux qu'on aille au comptoir boire un verre pour le moment? J'ai bien envie d'un martini là tout de suite. Je t'invite, qu'est-ce qui te ferait plaisir? » me demande-t-elle tandis que nous franchissons la porte. Je lui jette un regard éloquent : si je ne bois pas quelque chose de fort tout de suite, je me casse. Tandis que nous fendons la foule pour nous diriger vers le bar, je plaque une main sur les reins d’Elena, dissuadant la quasi-totalité des hommes aux alentours de poser les yeux sur elle en jetant des regards assassins autour de nous. Je ne supporterai qu’un gamin vienne se frotter à la blonde tandis que je suis juste à côté. Elena hèle le serveur et je m’accoude au comptoir.  « Salut ! Hum un verre de Martini blanc s'il te plait et euh… » demande-t-elle, attendant que je me décide.  « Ce que t’as de plus fort. » je poursuis en jetant un billet sur le comptoir. Encore aucune femme ne m’a payé de coup à boire, ce n’est pas aujourd’hui que ça commencera. Tandis que le jeune latino derrière le bar s’active pour préparer nos boissons, je me retourne pour faire face à la salle.  « T’aurais pu m’emmener dans des dizaines d’autres endroits Elena. Pourquoi là ? Si t’aimes tant la musique latine, je ferais venir un groupe à la salle de concert… mais, putain… » je dis en secouant la tête avant de planter mes yeux dans les siens. Je sens déjà les regards lourds se poser sur ma personne. Je suis connu comme le loup blanc et je ne suis pas du genre à passer inaperçu avec mes centaines de tatouages qui me recouvrent la totalité du corps.



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elena Dawson
avatar




Avatar : Margot Robbie
Statut Civil : Célibataire
Occupation : Infirmière des urgences
Age du perso : 27 ans
Copyright : Sanae(avatar)

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: Soirée latino baby ll Knox Mer 10 Oct - 21:02

Je sais que Knox détestait ne pas prendre sa Harley. Ce soir, je voulais l'emmener dans un endroit que j'affectionnais, j'étais venue une ou deux fois avec un prétendant sans vraiment l'avoir trouvé lui, très intéressant plutôt très ennuyeux. fan de salsa, j'avais accepté son deuxième rencard dans le but d'écouter les musiques et de voir des gens doués pour la danse, danser en se déhanchant sur les musiques latines. Je savais que si j'avais proposé ça à Knox il aurait tout de suite refusé. Je le connaissais parfois mieux que moi même. Je savais combien il détestait le endroits publics trop fréquentés mais il faisait l'effort pour m'accompagner. Il grognait souvent lorsqu'il était mécontent ce qui avait toujours le don de me faire sourire. C'est ce qui faisait le charme de Patch j'imagine. Certains me demandaient comment je faisais pour le supporter peut être parce que je le connaissais depuis assez longtemps pour avoir eu ma propre opinion de lui? Puis après tout, j'étais pas facile à vivre non plus pas vrai? Je sais qu'il n'a pas envie d'être là. Le bar pullule de MC, je n'en doute pas et c'est vrai que j'ai joué la carte de l'imprudence ce soir. Il me regarde en me fusillant du regard. Avec Patch, nous n'avons pas besoin de parler, on se comprend. Il accepte quand même d'aller dans le bar latino mais en abandonnant son cuir dans le coffre de mon vieux tacot; Cela me fend le coeur lui qui s'en sépare presque jamais. Je sais que j'ai merdé ce soir. Je m'en rends compte. Je ne peux pas amener les gars du club n'importe où, ils sont vite remarqués remplis de tatouage et de signe distinctif.. Pourtant il me suit jusqu'à l'intérieur. Il joue le jeu et j'apprécie. Lorsqu'il ouvre enfin la bouche c'est pour me pourrir. Après tout je le savais, cela me pendait au nez. Les latinos avaient horreur du club, ils étaient rivaux, et le voir ici ce soir allait sans doute être risqué. Je savais aussi qu'il se tiendrait bien pour moi et pour pas causer du tord au club, ce n'était pas le bon timing pour déclencher une guerre ou quoi que ce soit. J'étais stupide.

Je sais c'est bon, mais maintenant qu'on est là.. On peut peut être rentrés, si ça craint on repart.


Dis-je en faisant la moue tout en haussant les épaules. Ses paroles en plein visage, je ferme les yeux jusqu'à ce qu'il termine sa phrase.

Bon Patch écoutes, juste un verre, deux musiques et on se tire ok ?


Je m'avance vers lui tandis qu'il est fermé et qu'aucune once de sourire ne se décèle sur son visage. Je colle mon front contre le sien et lui dépose ensuite un baiser sur la joue. Je l'aime beaucoup. Je tiens à lui sans doute plus que n'importe qui, je sais qu'il fait cet effort surhumain pour moi. Qu'il me protégera contre vents et marées, et qu'il fera tout pour me faire plaisir. Je sais qu'il n'est pas à l'aise présentement et que lorsqu'il tirera la sonnette nous déguerpirons d'ici, ni vus, ni connus pour finir la soirée chez moi. A son bras, nous entrons dans le bar où la plupart des clients, serveurs compris nous dévisagent. Oh oh... D'habitude je passe inaperçue mais Knox est couvert de tatouage et il est plutôt connu dans le coin. Les gens n'ont pas l'air de lui bondir dessus, s'il se tient à carreaux, il ne se passera rien sans doute. Sa main sur mes reins en dit long, je le connais parfaitement, pour lui je suis chasse gardée, il est surprotecteur et très possessif, ce qui me fait rire;

Une fois devant le comptoir nous commandons. Tandis que je cherche un billet dans mon sac, Knox le dégaine en premier. Je soupire en me ravisant.

T'es casse-couille tu le sais !

Je fronce les sourcils en m'accoudant au comptoir. Je regarde le serveur qui me sourit et me fait un clin d'oeil. Je me mords la lèvre puis je me retourne pour voir mon ami grogner encore. Il en remet une couche et je soupire en posant mon sac sur le comptoir.

Bon écoutes Patch c'est TOI qui fait chier ! Je sais pas où t'amener pour te permettre de sortir un peu de ton trou. T'es chiant vraiment ! Soit t'aimes pas, soit c'est le territoire de... Enfin bref t'as compris. Ils sont pas cons, ils vont pas déclencher une guerre parce que t'es là, si on se tient bien il n'y aura pas de soucis et tu le sais alors maintenant profites s'il te plaît. Un verre et on rentre ok ? espèce de sauvage va !


Dis-je en posant une main sur sa nuque. Une caresse tendre que le serveur interrompt en nous amenant nos boissons. Je prends la mienne et découvre un papier sous le verre avec un numéro écrit, je pries pour que Knox ne l'ait pas vu et le range dans mon sac. Je ne le rappellerais pas de toute façon mais je ne veux pas créer de polémique ce soir. Je me lève en entendant la musique, l'envie de se déhancher se fait de plus en plus grande. La piste de danse est bondée de monde et je décide de la rejoindre.

Sois tu viens, sois tu restes mais moi je vais danser sur une musique, c'était le deal Patch !


Je souris en lui tirant la langue, tantôt je lui envoyais un doigt d'honneur bien corsé mais la plupart du temps c'était une langue tirée qu'il méritait seulement. Je prends mon Martini avec moi et commence à me déhancher, paille à la bouche au rythme de la musique. Je fixe Patch avec insistance.

_________________
    Change the world
    Ce que vous ne faites pas vous procurera les mêmes regrets que les erreurs que vous faites...
    (c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Knox C. Blackstones
avatar




Avatar : Stephen James
Statut Civil : Célibâtard
Occupation : Iron & dirigeant de la salle de concert Music Box
Age du perso : 28 ans
Copyright : Babs - Gif : B'choux

En savoir plus ?


MessageSujet: Re: Soirée latino baby ll Knox Mar 16 Oct - 0:25

Elena & Knox
“ Soirée latino baby ”


Vous avez déjà eu cette putain de sensation qui vous prend aux tripes, comme si vous n’étiez plus du tout dans votre corps et que vous vous retrouviez spectateur. Sans aucun moyen d’agir. Vous vous voyez progresser, faire des choses qui ne vous ressemblent pas ? C’est exactement ce qui m’arrive. Et Elena est la reine pour me faire ressentir ce genre de choses. Ca me ressemble pas de monter dans son cercueil ambulant - nous nous déplaçons toujours avec ma bécane d’ordinaire - ni de laisser mon plus fidèle allié, mon cuir, dans le coffre de son vieux tacot et encore moins d’entrer dans le repère des Chicanos. Qu’est-ce-que je branle ? Cette petite gonzesse ne me tient pas tant par les couilles pour que je la suive docilement. Il m’aurait suffit de la plaquer contre le mur le plus proche, de fourrer ma langue dans sa bouche, pour qu’elle me supplie de rentrer chez elle - ou chez moi - pour qu’on termine cette soirée sous la couette, comme il nous arrive souvent de le faire. Cependant ce soir, je ne sais pas. Je suis aussi malléable qu’un bout de pâte à modeler. A croire que j’ai envie de pimenter ma vie - comme si elle n’était pas assez dingue ces derniers temps. Entre l’histoire avec Courtney, l’arrivée de mon filleul et toutes les merdes que me ramène Ana… A croire que je me fais royalement chier dans ma vie pour laisser Elena me trainer n’importe où. Accoudé au bar, je fais comme si tout était normal, comme si j’avais l’habitude de venir dans ce genre d’endroit. Mais il n’en est rien. Je ne crois même pas avoir foutu les pieds un jour dans un bar de ce style. Ou peut-être une fois ou deux, mais j’ai dû supprimer ces images de ma mémoire. Mais voilà nous sommes là et je ne suis pas du genre à me défiler, surtout pas en laissant Elena seule dans ce repère de chien galeux, puisque visiblement elle est là pour s’amuser.

Je la devance en payant nos consommations - ce n’est pas encore aujourd’hui qu’elle me paiera à boire dans un putain de bar, et encore moins dans un bar latino.  « T'es casse-couille tu le sais ! » Je lui envoie un baiser pour la remercier de ce compliment et remarque au même moment le serveur qui sourit de toutes ces dents blanches et ose faire un clin d’oeil à Elena, sous mon nez. Je crois qu’il n’a pas tout compris lui. Je hausse les sourcils et serre les mâchoires en le fusillant du regard. Il est sérieux ? Soit il est suicidaire et ne voit pas que je l’accompagne, soit ce mec est extrêmement con. Je prends sur moi pour ne pas éclater. Je ne peux pas me le permettre. Je suis clairement seul au milieu de ces danseurs de salsa. Et si je me fais rouer de coups, je ne sais pas ce qu’il adviendrait d’Elena et ça me rend clairement dingue. Par chance Elena ne tente rien sous mes yeux et se détourne du serveur pour balayer du regard la salle en ébullition. Je sais qu’elle n’attend plus qu’une chose : aller bouger son corps en rythme sur la musique. Je continue finalement de lui balancer ce que je pense. Je ne me cache pas avec Elena. Ce qui doit sortir sort, c’est plus facile comme ça. J’ai pas besoin de faire semblant. De toute façon, ma petite biche me connait très bien et je n’ai parfois pas besoin d’ouvrir la bouche pour qu’elle capte mon humeur à la perfection. Mais ce soir, j’ai besoin de la secouer parce que je ne comprends vraiment pas ce qu’il lui a pris de me trainer ici. A-t-elle envie de me voir me faire planter à la sortie du bar ? Je ne suis pas du genre à bien me comporter, même si pour le club, je ne déclencherai pas une guerre. Mais on ne sait jamais. Je suis du genre instable, et la jeune femme qui m’accompagne et censé le savoir. Je soupçonne parfois Elena d’aimer jouer avec le feu. Je suis peut-être sa dose d’action, c’est peut-être en me côtoyant qu’elle a sa dose d’adrénaline. Cette idée me plait au fond.  « Bon écoutes Patch c'est TOI qui fait chier ! Je sais pas où t'amener pour te permettre de sortir un peu de ton trou. T'es chiant vraiment ! Soit t'aimes pas, soit c'est le territoire de... Enfin bref t'as compris. Ils sont pas cons, ils vont pas déclencher une guerre parce que t'es là, si on se tient bien il n'y aura pas de soucis et tu le sais alors maintenant profites s'il te plaît. Un verre et on rentre ok ? espèce de sauvage va ! » Le fait qu’elle n’hésite pas à se rebeller contre moi m’apporte un vent de fraîcheur. Rares sont les femmes à me balancer ouvertement ce qu’elles pensent à propos de moi. Et ça me plait. Je lève les yeux au ciel avec une mine dégoutée quand elle me parle de profiter et de boire un verre. Saloperie de gonzesse. Le sauvage que je suis l’emmerde mais la main qu’elle glisse sur ma nuque m’empêche de répondre quoi que ce soit. Je suis bien faible face à elle. Même s’il me suffirait de la balancer sur mon épaule, son petit cul à hauteur de tête et de dégager rapidement de ce trou à rats. Et c’est au moment où je me penche vers elle pour lui glisser quelques mots à l’oreille que l’autre enfoiré nous interrompt en posant bruyamment nos verres derrière nous. Je bloque ma langue sur mes dents inférieure en me retournant vers lui, l’air mauvais. Il me cherche clairement l’enfoiré. Mon regard est attiré vers le verre d’Elena sous lequel se trouve un truc blanc que la jeune femme s’empresse de retirer et de fourrer je ne sais où. Je vois rouge. Il a osé ?! Je relève prestement la tête vers l’enfoiré et m’imagine en train de le démonter, pièce par pièce. Et alors que je penche vers lui pour le chopper par le col de son t-shirt, Elena m’interrompt en se levant de son tabouret, prête à aller bouger son corps sur la piste de danse. Je sens déjà que cette soirée va être un calvaire pour moi. Je détourne les yeux du serveur qui semble presque avoir compris le message. Ou a-t-il entendu le feulement que j’ai poussé ?  « Sois tu viens, sois tu restes mais moi je vais danser sur une musique, c'était le deal Patch ! » Je lui fais un signe de tête. Elle sait que je ne danse pas. Et tandis qu’elle se dirige vers la piste de danse en roulant des hanches, son martini à la main, je vois déjà certains regards se poser sur elle. Bordel de dieu. Je ferme quelques secondes les yeux pour me maitriser. Inspire. Expire.

Au bout de presque quinze minutes, je commence à perdre patience. Des mecs se rapprochent de plus en plus d’elle, bougeant de manière suggestive non loin d’elle. Je dois vraiment avoir une sale gueule, du genre à vouloir buter tout le monde, car personne ne semble vraiment oser m’approcher. Je roule des yeux, si c’est pour jouer les chiens de chasse toute la soirée… je me lève, abandonnant quelques secondes mon verre sur le bar, avant de faire quelques pas en direction d’Elena. Je sais que j’ai tout l’air d’un prédateur à ce moment précis. Le regard noir, le corps à la fois tendu et souple. Je me meus à travers la foule comme un félin jusqu’à arriver à quelques centimètres du corps d’Elena. Sa peau est recouverte d’une légère pellicule de sueur, la chaleur de son corps laissant son parfum me parvenir. Je bloque ma respiration et me lèche les lèvres. Je suis littéralement, elle m’allume - comme elle allume les trois quarts de la salle - mais je dois faire en sorte qu’ils comprennent avec qui elle est ce soir. Je pose mes mains sur ses hanches, l’immobilisant quelques secondes tandis que le reste de la foule continue d’onduler. Je ne danse pas. Mais par contre… sans plus de cérémonie, j’écrase furieusement mes lèvres contre les siennes, enfoncant ma langue dans sa bouche, pressant mes lèvres avec fièvre contre les siennes. Mes doigts s’enfoncent dans ses hanches et lorsque je m’écarte d’elle, elle est presque à bout de souffle. Je ne m’écarte pas d’elle tout de suite. Je sens les regards brûlants sur nous. S’il y a bien quelque chose que je ne peux pas enlever à cet endroit : c’est le putain de feu qu’il réveille en nous. Cet endroit respire la luxure.  « Ne joue pas avec moi Bambi. » je lui grogne au creux de l’oreille, léchant la perle de sueur qui nappe le haut de sa mâchoire avant de m’écarter et de retourner tranquillement à ma place, face à elle, sur mon tabouret, bras croisés sur la poitrine. Je ne sais pas si le message a été clair pour tout le monde, mais les hommes semblent un peu moins emprunts à venir se coller à elle.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elena Dawson
avatar




Avatar : Margot Robbie
Statut Civil : Célibataire
Occupation : Infirmière des urgences
Age du perso : 27 ans
Copyright : Sanae(avatar)

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: Soirée latino baby ll Knox Mer 31 Oct - 18:01

Il était évident qu'entre Patch et moi, il y avait ce lien comme s'il me prenait pour sa chose et que j'étais en sa possession comme si j'étais son os et qu'il était le chien qui grognait si on décidait de le lui reprendre. Au delà de ça, il était un ami, un ami très cher, être avec lui me procurait du bien être, je l'aimais beaucoup. Ce lien étrange était au delà de la jalousie possessive. Je savais que lui comme moi nous considérions bien plus que comme de simples amis. Il était à la fois mon ami, mon confident, mon frère... et sans doute plus. J'adorais passer du temps en sa compagnie, c'était fusionnel entre nous, il cédait la plupart du temps à mes caprices même si parfois je faisais des conneries. On se disputait parfois mais cela ne durait jamais bien longtemps. Certains Irons et des proches nous disaient qu'on irait bien ensemble mais on trouvait cette idée grotesque et à dire vrai la relation complexe et tordue qu'on avait me convenait parfaitement telle qu'elle était.

L'endroit que j'avais choisi, je l'avais choisi pour sa musique et son ambiance, je n'avais pas du tout réfléchi aux querelles entre les latinos et les Irons. Cela ne m'était tout bonnement pas venu à l'esprit avant que Knox m'en sonne les oreilles. J'avais gaffé mais je savais qu'il ferait tout pour se comporter d'une façon qui nous permettrait dans la soirée de rentrer sain et sauf sans problèmes. Il avait même enlever son blouson, lui qui l'enlevait presque jamais.
Dans le bar, l'ambiance était festive, plusieurs jeunes femmes et hommes dansaient en rythme, la musique battait dans les hauts parleurs et le bar était bien rempli ce soir. Je déhanchais déjà mes fesses au son de la musique. Le serveur plutôt très à mon goût, flirtait très clairement avec moi, je jetais un oeil à Knox qui roumait dans son coin, ce qui me fit rire. Il était si possessif alors que je n'étais que son amie, j'imaginais le jour où une fille lui volerait son coeur, aucun homme n'osera approchée la belle à moins de deux mètres d'elle. Cette simple idée me faisait terriblement sourire.

J'adore jouer avec l'humeur de Patch. Je le connais parfaitement et connais ses actions avant même que ces dernières ne se produisent. J'anticipe absolument tout de Knox, ses paroles, ses gestes, et sans doute même ses pensées. Un simple regard et je sais pertinemment ce qu'il attend de moi ou ce qu'il a envie de me dire. Cela a toujours été le cas. Je sais par exemple, que s'il avait pu, il aurait éclaté la tête du serveur un peu trop insistant avec moi sur le comptoir mais il se retenait déjà d'une part pour moi mais surtout pour ne pas faire d'esclandre dans un bar ennemi qui, tolérait visiblement sa venue. Knox ne passait pas inaperçu même sans blouson on le reconnaissait de loin avec ses tatouages. Le serveur n'a pas l'air de savoir l'identité de Knox, il a l'air d'ailleurs novice dans le monde de la nuit, plutôt jeune, il ne s'inquiète pas de ce qui pourrait lui arriver s'il touche à la compagne d'un Irons. Je suis accompagnée ce soir, même si Patch et moi ne sommes pas ensemble officiellement ni officieusement d'ailleurs, je sais que Patch ne tolérera aucun regard ni aucun rapprochement d'aucun homme dans ce bar encore moins ce barman qui me zieute et me dévore des yeux, ce qui n'est pas pour me déplaire bien entendu. J'ai toujours adoré plaire. Cependant, je ne me considère pas comme une diva, ou une fille exubérante. Je suis assez discrète mais bien dans ma peau. Le serveur en me donnant son numéro joue clairement avec le feu. Je ne suis pas sûre que j'utiliserais son numéro mais auquel cas, je garde précieusement ce bout de papier dans ma poche en priant pour que Knox n'ait pas vu cela. Je décide maintenant que mon Martini est en ma possession d'aller me déhancher sur la piste de danse, je sais que Patch ne me suivra pas et ça m'était égal, j'avais envie de danser et je n'allais pas me gêner. J'avais envie de danser, j'aimais ça, il le savait. En me déhanchant je remarque les hommes en quête de leur proie nocturne me regarder comme un vulgaire morceau de viande, mais un homme retient mon attention, un mec blond, assez grand et ténébreux venir avec un sourire vers moi, posant sa main sur ma hanche. Je danse, il ne tente rien de plus ce qui me fait plaisir qu'un homme ne me saute pas dessus dès la première seconde, ce n'est pas souvent. Il se présente en s'approchant de mon oreille pour que je l'entende. Je souris et c'est en regardant sur ma droite que je vois Knox, telle une furie arriver vers moi, j'arrête de danser en enlevant ma main de l'épaule de mon partenaire. Que cherche t-il? A bondir? Il doit comprendre que je ne lui appartiens pas. Que je peux danser avec qui je veux quand même ! Malgré ça, son visage est crispé, son regard noir, il est terriblement en colère.

T'as un problème ?


Dis-je en haussant les sourcils, insolente, épuisée de son impulsivité injustifiée. Je soupire en lançant un "pff" en sa direction comme si je le snobais. L'homme plus grand que Knox regarde la scène, perplexe,sans doute mal à l'aise du comportement de l'irons qui m'accompagne. Je me mets face à mon partenaire de danse de ce soir et reprends ma danse mais Patch ne compte visiblement pas s'arrêter là. Ses mains bloquent mes mouvements. Je roule des yeux et m'excuse auprès de l'homme qui décide de partir.

Tu fais chier Pat..

Je n'ai pas le temps de lui hurler dessus qu'il presse ses lèvres contre les miennes, m'obligeant à répondre au baiser. Nos langues s'entremêlent. Je ne peux pas le nier, j'aime lorsqu'il m'embrasse. Il veut sans doute me montrer qu'il est mieux que ce blondinet ou que le reste de la salle. Il veut prouver au monde entier à qui j'appartiens ce qui me met en rogne. J'ai furieusement envie de mon ami là tout de suite mais la colère m'habite davantage. Lorsqu'il m'appelle Bambi, cela a le don de m'énerver tout comme quand je l'appelle Patchouli. Nous avons nos surnoms qui permettent à l'un ou l'autre de nous énerver ou nous agacer. Il a gagné. J'en ai marre. Lorsqu'il revient triomphant sur son tabouret j'ai envie d'hurler. Je n'ai plus envie de danser, plus envie de rien. Il m'a gâché la soirée avec son instabilité. Je bois mon verre de martini d'une traite et retourne vers le comptoir. Je regarde Knox, remplie de haine sur le moment.

Patch, tu fais vraiment chier ! TU peux pas toujours faire ça ! On dirait un gamin de quinze ans ma parole ! Je ne suis pas ton jouet, t'as compris ! T'es vraiment atteint ! T'es un connard ! Tu peux pas t'empêcher hein ? Je ne peux pas faire ce que je veux, avec qui je veux? On est pas ENSEMBLE ! tu entends ! Je t'appartiens pas ! Mets toi ça dans le crâne ! Tu peux pas faire ce que tu as fait ce soir ! C'était la dernière fois putain !

Je prends mon sac et je le regarde, j'ai envie d'hurler de pleurer et me casser d'ici. La troisième option me paraît être la plus sage. Je regarde le serveur qui ne perd pas une miette de cette altercation plutôt croustillante pour un barman. Je le regarde et me penche sur le comptoir en prenant le serveur par le col afin d'écraser mes lèvres contre les siennes. Une fois terminé, je regarde l'Irons pour le mettre en rogne.

Vas te faire foutre Blackstones ! Je me barre !


Je me dirige vers la sortie, j'en ai plus qu'assez de lui et ses sauts d'humeur.

_________________
    Change the world
    Ce que vous ne faites pas vous procurera les mêmes regrets que les erreurs que vous faites...
    (c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé






En savoir plus ?


MessageSujet: Re: Soirée latino baby ll Knox

Revenir en haut Aller en bas

Soirée latino baby ll Knox

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Une soirée à l'auberge (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Californication :: San Diego :: San Ysidro :: El camino-