AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

ft Anastazja › I hate everything about you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Knox C. Blackstones
avatar




Avatar : Stephen James
Statut Civil : Célibâtard
Occupation : Iron & dirigeant de la salle de concert Music Box
Age du perso : 28 ans
Copyright : Arcadia - Gif : B'choux

En savoir plus ?


MessageSujet: ft Anastazja › I hate everything about you. Mar 13 Nov - 14:03

Anastazja & Knox
“ I hate everything about you ”


Les rires emplissent mon cerveau, les échos des voix de mes frères résonnent dans mes oreilles, comme si elles se répercutaient sur les parois, à l’infini, à l’instar de mon sang qui pulse dans mes tempes. J’ai la tête coincée dans un étau, comme mon corps qui semble putain de douloureux. Le marteau piqueur qui me vrille la tête depuis plusieurs heures ne me lâche pas. Pourtant, malgré l’inconfort de la situation, je refuse d’ouvrir les yeux. Surement parce que je sais parfaitement ce qu’il m’arrive. J’ai une putain de gueule de bois qui m’empêche d’ouvrir un oeil. Je refuse de douiller. Pourtant, c’est une sensation que je connais bien et qui m’est assez coutumière. La fête de la veille a été grandiose et a duré jusqu’au petit matin. Nous avons fêté l’anniversaire du président, le retour de Courtney au bercail et la venue au monde de mon filleul comme il se doit. Les frères étaient heureux. Aucun de nous ne tirait la gueule - si ce n’est Travis qui n’était pas forcément ravi de se faire bizuter une dernière fois. C’était une putain de vraie bonne soirée, une pure soirée d’Iron Brotherhood, comme nous n’en avions pas fait depuis très longtemps. Toutes les tensions avaient quitté nos corps, nous nous étions simplement retrouvés et nous avions passé la soirée et le petit matin à célébrer.

Doucement, je commence à étendre mon corps, a tenter de retrouver les sensations perdues avec l’alcool. J’ai dû pas mal chahuter avec mes frères cette nuit parce que je sens que certains endroits de mon anatomie sont douloureux. Mais ce qui est très étrange, c’est le poids que je sens peser contre mon flanc droit. A l’évidence je suis pas seul dans le pieu. Et visiblement nous avons passé une excellente soirée. Je sens encore les effluves d’une nuit torride planer dans l’air. Je reste immobile quelques secondes, tentant d’apaiser le martèlement dans mon crâne et d’essayer d’analyser un peu plus en détails la situation. Je traîne à ouvrir les paupières. Je sens déjà la douleur de la lumière sur mes pupilles et tout mon être ankylosés par l’alcool et autres substances ingérées la veille. Ma main glisse machinalement sur le corps de ma partenaire, se posant avec possessivité sur son petit cul rebondi. Une peau aussi douce et velouté que celle d’une pêche. Un léger sourire étire mes lèvres tandis que ce geste me donne le courage d’ouvrir les yeux.

J’inspire un grand coup tandis que ma vision s’habitue tout doucement à la luminosité de la pièce. Je ne suis indéniablement pas chez moi, mais surement chez ma partenaire. Je ne sais pas comment je suis arrivé là, et j’en ai franchement rien à foutre. Je baisse le regard vers mon torse qu’une longue mèche de cheveux bruns barre. Je n’ai pas besoin de soulever le drap pour savoir que je suis nu et qu’elle aussi. Son corps semble s’emboîter avec le mien à la perfection. Sa joue repose sur mon pectoral ce qui m’empêche de voir son visage, sa main sur mes abdos et son sein est calé contre mon flanc. Comme si c’avait toujours été sa position. Comme si tout ceci était parfaitement naturel. Elle respire lentement, l’air qu’elle expulse par le nez venant chatouiller le bas de mon ventre. Ouuh, je serais bien reparti pour un tour. Il parait que la baise calme les douleurs et notamment les maux de tête. J’inspire une nouvelle et alors que je me passe une main sur le visage pour tenter de me réveiller un peu, je me stoppe net. Ce parfum. Je le connais. Je ne le connais que trop bien même. Il est venu me titiller les narines dès lors qu’elle est arrivée hier soir et ne m’a pas lâché une seule seconde, me rendant fou. Je baisse vivement la main et écarquille les yeux. Non. Ce n’est que mon esprit qui me joue un putain de tour de merde. C’est impossible. Je relève la tête pour analyser l’environnement, refusant de jeter un oeil à cette fille. Putain. Je crois reconnaitre la pièce, l’appartement dans lequel je me trouve. Appartement dans lequel je n’ai mis les pieds qu’une seule putain de fois. Tout mon corps se met à trembler tandis que je me pince l’arrête du nez pour essayer de me contenir. Putain de merde. En quelques secondes je me retrouve assis sur le bord du lit. Je ne sais pas comment j’ai agis, comment j’ai fait, mais je suis soustrait à son contact, à sa peau exquise, à son odeur tentatrice. Les coudes posés sur les genoux je me prends la tête entre les mains.  « C’est une putain de blague ! » je grogne. Un cauchemar. Qu’est-ce-que je fous là !


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anastazja Kovaliov
avatar




Avatar : Irina Shayk
Statut Civil : Célibataire
Occupation : Femme de ménage dans un motel, musicienne qui rêve de percer
Age du perso : 28 ans
Copyright : .Cranberry

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: ft Anastazja › I hate everything about you. Mar 13 Nov - 22:42

Anastazja & Knox
“ I hate everything about you ”


En toute honnêteté, Anastazja ne savait pas trop à quoi s’attendre la veille, en venant à la fête à laquelle Connor l’avait invitée. Elle connaissait déjà la réputation du club, savait à quel genre de soirée elle aurait affaire. Mais jamais elle n’aurait cru se sentir aussi mal en côtoyant les frères de son meilleur ami. Elle n’avait pas sa place là, et on le lui avait fait sentir. Elle avait bien réussi à discuter avec quelques connaissances et amis, mais il n’avait pas fallu bien longtemps pour qu’elle trouve un prétexte afin de s’éclipser. Et, en arrivant chez elle, elle s’allume une cigarette en retirant ses vêtements, bien décidée à reléguer cette soirée aux oubliettes et à décliner les invitations futures. Elle aime sincèrement Connor, mais clairement, elle ne peut s’adapter dans cette partie de sa vie. Et, en toute sincérité, la situation ne la chagrine pas particulièrement. Pour l’heure, la jeune femme est étendue dans son lit, profondément plongée dans un sommeil sans rêve. Une main descend le long de son corps, la faisant légèrement remuer alors qu’elle entrouvre les paupières, retenant un petit gémissement de frustration. Elle est morte de fatigue, sent encore l’alcool ingéré la veille la ralentir, lui brouiller l’esprit. D’ailleurs, elle devrait réagir plus fortement à cette main qui lui agrippe une fesse, elle qui n’a pas eu d’amant depuis des années. Depuis Jared. Elle se crispe complètement alors qu’elle s’apprête à lever la tête pour dévisager l’inconnu qui a visiblement partagé sa nuit, mais celui-ci émet un geste brutal pour se dégager d’elle, se réfugiant à l’autre bout du lit.

Affalée sur son canapé, Anastazja n’a même pas l’énergie de se lever pour aller dans sa chambre. Un vieil album de Pink Floyd diffuse sa magnifique musique alors qu’elle fume tranquillement un joint, se laissant bercer par l’euphorie provoquée par l’herbe, par la musique. Elle entend quelques sons dehors, mais n’y prête pas une attention particulière, jusqu’à ce qu’on toque à sa porte avec insistance. Elle aurait presque envie d’ignorer le son, elle est si bien, si confortable… mais ses pieds la mènent vers la porte qu’elle entrouvre légèrement, rassurée par la chaîne qui empêche un quelconque intrus de pénétrer dans l’appartement. Elle s’attend à tout, sauf à ça. Knox est là, la dévisage des pieds à la tête en bredouillant quelques explications qu’elle peine à comprendre, et elle finit par soupirer en retirant la chaîne pour le laisser entrer. Visiblement, il est éméché, et elle n’a pas le courage de lui dire de rentrer chez lui. Elle l’invite même à dormir sur son canapé, alors qu’elle traîne finalement vers sa chambre, bien décidée à s’endormir. Mais il ne faut que quelques minutes pour qu’il vienne la rejoindre, qu’il se glisse sous les draps avec elle… Ana accepte l’intrusion, après tout, ils sont adultes, et s’il préfère le confort de son matelas à celui très approximatif du canapé, grand bien lui fasse… Elle s’assoupit donc, se disant qu’au réveil il sera sans doute déjà parti.

Elle ne saurait dire depuis combien de temps elle dort, lorsqu’elle remue légèrement dans son sommeil, sentant son corps lové contre le sien. Sa chaleur l’enveloppe toute entière, son odeur lui monte à la tête, provoque un affolement des battements de son cœur. Elle se retourne pour lui faire face, pour lui demander de bouger un peu, mais à l’instant même où elle se retrouve face à lui, leurs lèvres se trouvent. Comme s’il s’agissait là d’un geste naturel. Elle devrait le repousser, être prise d’assaut par un sentiment d’horreur, mais cette soif de lui qu’elle ressent depuis le premier jour sans pour autant l’avouer prend le contrôle de la jeune femme qui l’embrasse à en perdre haleine.


« C’est une putain de blague ! » La voix l’interrompt dans ses souvenirs de la veille et Ana sursaute légèrement, son visage blêmissant à vue d’œil. Instinctivement, elle tire le drap contre elle pour camoufler sa nudité, dévisageant Knox avec une pointe de dégoût dans le regard. Comment a-t-elle… comment ont-ils pu?! Tout paraissait si irréel cette nuit, si bien que la jeune femme s’attendait à ce que toute cette histoire ne soit que l’effet de son imagination. Un rêve, un cauchemar, c’est selon. « Mais qu’est-ce que tu fous ici?! Pourquoi t’es venu ici en plein milieu de la nuit? » Parce que c’est de sa faute. Parce jamais elle n’aurait elle-même fait quoi que ce soit pour provoquer ce qui s’est passé entre eux.



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Knox C. Blackstones
avatar




Avatar : Stephen James
Statut Civil : Célibâtard
Occupation : Iron & dirigeant de la salle de concert Music Box
Age du perso : 28 ans
Copyright : Arcadia - Gif : B'choux

En savoir plus ?


MessageSujet: Re: ft Anastazja › I hate everything about you. Lun 7 Jan - 23:12

Anastazja & Knox
“ I hate everything about you ”



Mes pieds sont fermement ancrés dans le sol, je sens la fraicheur du parquet remonter dans mes chevilles, le bois rugueux sous ma voûte plantaire, comme si tous ces foutus détails pouvaient m’aider à me ramener à la réalité. A faire de tout ceci qu’un rêve à la con. Mais le léger froissement des draps dans mon dos me fait rouvrir les yeux. C’est pas vrai. Je passe une main sur mon visage. Tout mon corps est tendu à l’extrême. Je tente tant bien que mal de plonger dans mes souvenirs de la veille. Sans résultats. Tout ce qui me revient se mêle dans un brouhaha assourdissant. Des sons éparses, des images brouillés, et des souvenirs incohérents qui finissent par s’éteindre en plein milieu de la soirée alors que je suis entouré de mes frères. Je rage. Je suis dans une position qui me déplait. Le fait de ne pas savoir ce que j’ai fait et comment j’ai pu atterrir ici, chez cette fille qui me rend dingue, qui m’horripile, me met sur les nerfs. Normalement, même proche du coma éthylique, je ne fais pas de choses que je ne voudrais pas faire. Cependant, je me refuse totalement à croire que j’avais envie de baiser cette sorcière. Mon éclat de colère réveille en sursaut Anastazja dans mon dos. Je sers le poing à l’instar de mes mâchoires. J’ai envie de tout envoyer voler, chaque objet qui se trouve à proximité, envie de défoncer chaque mur. Je ne me retrouve jamais sans mes moyens, surtout pas dans ce genre de foutue situation. Ana semble comprendre ce qu’il se passe en me découvrant nu comme un verre sur son matelas. Je sens le drap qu’elle ramène contre elle qui glisse sur ma peau. Ses gestes envoient des effluves son parfum jusqu’à moi. Je ferme de nouveau les paupières. Saloperie d’inconscient de merde.

A la recherche de mon caleçon, de mon jean, de n’importe quoi, je scrute finalement le sol , comme si ça pouvait faire disparaitre la brune tentatrice nue comme un ver dans mon dos. Je repère finalement mon jean roulé en boule aux pieds du lit. Je me lève et attrape le vêtement, offrant une vue imprenable sur ma paire de fesses à Anastazja. Tandis que je saute presque dans le jean, oubliant mon caleçon qui doit avoir volé je ne sais, la voix de la sorcière résonne dans la pièce tandis qu’elle me hurle : « Mais qu’est-ce que tu fous ici?! Pourquoi t’es venu ici en plein milieu de la nuit? » J’ai l’impression que mes yeux se révulsent. Je fais volte face, l’écume quasiment au bord des lèvres tant la rage est puissante. Je n’ai pas le temps de boutonner mon jean que je lui rétorque dans un grognement hargneux :  « Je sais pas ce que je fous ici putain. J’étais bourré comme jamais après cette foutue soirée. J’sais même pas comment j’ai débarqué là. Ok ?!. » Je remonte mon jean et termine finalement d’attacher le bouton. Je me détourne d’elle, passe une main rageusement dans mes cheveux, à la recherche de mon tee-shirt.  « Putain, je peux pas croire que je t’ai baisée… Si t’écartais pas les cuisses facilement aussi… » je rage tout en arpentant la chambre, évitant soigneusement de regarder en direction du lit.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anastazja Kovaliov
avatar




Avatar : Irina Shayk
Statut Civil : Célibataire
Occupation : Femme de ménage dans un motel, musicienne qui rêve de percer
Age du perso : 28 ans
Copyright : .Cranberry

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: ft Anastazja › I hate everything about you. Mer 9 Jan - 2:27

Anastazja & Knox
“ I hate everything about you ”


Lorsqu’il se lève à la recherche de son jeans, Anastazja ne peut s’empêcher de le détailler du regard. Sensation de chaleur dans son bas ventre, ce qui l’horrifie au plus haut point. Elle en aurait presque la nausée. Elle n’a jamais détesté personne autant que lui, comment a-t-elle pu faire une chose pareille?! Elle le lui demande d’ailleurs, parce qu’il est hors de question qu’elle prenne un part de responsabilité dans ce qui vient de se passer. C’est lui qui est venu sur le pas de sa porte, lui qui était trop ivre pour se rappeler à quel point ils se méprisent et qui a voulu dormir avec elle. Et, même si elle n’arrive plus à déterminer qui a réellement fait le premier pas, elle décide que c’est de sa faute. Parce que jamais, au grand jamais, elle n’aurait elle-même fait un geste en ce sens. À son commentaire, la jeune femme se sent directement piquée, et sent des larmes de colère et de haine lui envahir les yeux. Qui est-il pour oser lui dire de telles choses? De quel droit? « Fout le camp. » L’ordre fuse d’une voix dure, froide. Encore heureux qu’elle n’ait pas d’arme dans sa chambre, elle aurait pu en faire usage tellement elle ressent une haine fulgurante à son égard. « Tu ne sais rien de moi, de ma vie, de mon passé. DÉGAGE! » Parce qu’elle refuse de se lever et de le laisser apercevoir une quelconque partie de son corps, elle cherche autour d’elle quelque chose à lui lancer, qui assouvirait ses envies de meurtre. Elle attrape donc un bouquin qui traîne sur sa table de chevet et le lui lance, mais il l’esquive, n’ayant pour effet que celui d’enrager encore plus la jeune femme. Elle se saisit alors de sa lampe de chevet, si brusquement que celle-ci se débranche du mur, et la lance également vers Knox, celle-ci éclatant au sol en répandant le verre.

Ce genre de phrase, c’était exactement ce que lui disait Jared. Il se faisait constamment des films, l’accusait d’être infidèle, elle qui n’avait pourtant pas connu d’autres hommes avant lui. Dès qu’elle sortait avec une amie ou qu’elle rendrait en retard du travail, il l’accusait d’être une femme facile, de baiser avec qui ce qui bougeait. Et, pour la punir, il lui faisait subir des humiliations atroces, du genre qui laissent des traces… Elle est tellement enragée qu’elle en a presque la nausée. La seule et unique chose qu’elle désire, c’est qu’il foute le camp, et qu’elle n’ait plus jamais à le revoir. Déjà, l’autre soir, c’était trop. Mais maintenant, de savoir qu’elle s’est offerte à un homme aussi abject… elle ne le supporte pas. « Tu es méprisable. Va-t’en. » Déjà, la voix qui commence à se calmer, qui manque d’enthousiasme. Parce qu’elle est brisée, Anastazja. Et parce que Knox semble toujours savoir exactement où peser pour faire mal, très mal.




AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Knox C. Blackstones
avatar




Avatar : Stephen James
Statut Civil : Célibâtard
Occupation : Iron & dirigeant de la salle de concert Music Box
Age du perso : 28 ans
Copyright : Arcadia - Gif : B'choux

En savoir plus ?


MessageSujet: Re: ft Anastazja › I hate everything about you. Lun 14 Jan - 0:47

Anastazja & Knox
“ I hate everything about you ”



Quelque chose en moi se tord. J’ai l’impression d’être en dehors de mon corps et de regarder la scène d’en haut. Je me vois, là, debout face au lit, les poings serrés de rage, le corps à demi nu tremblant presque tant la haine qui s’échappe de moi est viscérale. Et je la vois, elle, se cachant de moi derrière ce drap qui, en réalité, ne cache strictement rien. Je vois son regard, l’expression de son visage, dégoutée, écoeurée d’imaginer ce que nous avons fait cette nuit. De là où je suis, je vois la scène dans sa globalité. Nos vêtements éparpillés tout autour du lit, les draps complètement défaits, le sommier écarté du mur de plusieurs centimètres. La pièce est sans dessus dessous. Nous n’y sommes pas allés de main morte. Je ne sais pas ce qu’il m’est arrivé. Ce qu’il nous est arrivé en réalité, je n’étais pas le seul dans cette histoire. Je ne l’ai pas violée. Je le sais. Nous étions consentants. Je me suis peut-être jeté sur elle comme un putain de clébard dalleux, c’est fort probable mais je sais aussi qu’elle n’a pas refusé mes avances… Je passe une main sur mon visage. Et le fait de savoir qu’elle ne m’a pas repoussé, aussi bourré que je l’étais, me rend malade. Tout simplement parce que nous avons tous les deux cédés, nous si pleins de rage et dégout l’un envers l’autre, nous avons cédé à l’appel de nos corps. Je n’arrive pas à nous comprendre, à comprendre à quel moment j’ai déconné, à quel moment je me suis senti attiré par cette sorcière. C’est surement pour ça que je lui crache au visage tout mon venin en l’insultant ouvertement de pute.

« Fout le camp. » me dit-elle d’une voix calme mais empreinte d’une haine profonde. Je regrette presque instantanément ces foutues paroles, lorsque je vois son visage se tordre en reflet à ses sentiments. Mes mots l’ont profondément blessée. La douleur qui se lit sur ses traits est fugace, mais bien réelle. « Tu ne sais rien de moi, de ma vie, de mon passé. DÉGAGE! » Elle laisse cependant rapidement place à la rage alors qu’Ana se penche pour attraper le premier objet qui lui passe sous la main. Elle fait de son mieux pour ne pas bouger et me permettre de découvrir la moindre parcelle de son corps nu, comme si nous n’avions pas couché ensemble cette nuit. A dire vrai, c’est un peu comme si c’était le cas. Je ne me souviens de rien, comme si toute cette nuit n’avait jamais existé. Un livre vole devant mon visage, me rappelant au moment présent. J’ai juste le temps de l’esquiver et de jeter un regard noir à Ana, que cette dernière se saisit déjà de sa lampe de chevet, arrachant presque la prise du mur avant de lancer l’objet dans ma direction. On m’a déjà lancé des tonnes de choses dessus, des couteaux, des balles, des briques mais on ne m’avait encore jamais visé avec une lampe de chevet. J’évite de nouveau le projectile qui vient s’écraser contre le mur derrière moi. La lampe vole en éclats et un morceau vient m’entailler le pied. L’incision est nette. Je baisse le regard vers la coupure qui se met instantanément à saigner. Je n’ai pas mal. Il m’en faut bien plus pour ressentir la moindre douleur, mais le picotement qui vient m’agacer le pied me met en rogne. Je relève vivement la tête vers Anastazja, prêt à l’incendier, mais l’expression de son visage me stoppe net. Le regard vide, son esprit semblait l’avoir emmenée quelques années en arrière, dans la souffrance et l’emprisonnement. Je me remémorait à mon tour la première et dernière fois que j’avais mis les pieds chez elle pour la sauver de son ex petit ami prêt à la violer contre le mur de son salon. Mes poings se serrèrent de nouveau en songeant à ce bâtard. Et mes paroles me revinrent en pleine face. Je venais de la traiter de pute alors qu’elle m’avait confié qu’elle avait été sous l’emprise de psychopathe de mec pendant des années, incapable de faire le moindre geste sans s’en prendre une dans la tête. « Tu es méprisable. Va-t’en. » son ton sec ajouté à ses paroles me firent se retourner mes boyaux. J’étais allé trop loin. Comme à chaque fois.

Les mâchoires serrées, je restais là, face à elle quelques secondes avant de relever la tête en poussant un juron :  « Fait chier ! » dis-je en fixant le plafond, passant la langue sur ma lèvre inférieure avant de faire volte face, prêt à quitter la pièce comme elle venait de me l’ordonner. Je fis un pas en direction de la porte avant de m’arrêter net. Je ne pouvais pas me barrer comme ça. Pas après… Je fis de nouveau face au lit :  « Ok… J’ai merdé. » avouais-je avant de m’avancer vers Anastazja qui n’avait pas quitté le lit. J’étais pitoyable en effet. Je n’avais jamais éprouvé de plaisir à blesser une femme et ce n’était pas mon genre de traiter une personne qui m’était proche - après tout, nous nous connaissions depuis des années et Connor tenait à elle - de cette manière. Ouais, ça me faisait chier de l’admettre, mais je m’en voulais terriblement au fond. J’étais pas ce bâtard là. Je haïssais Anastazja du plus profond de mes entrailles, mais je me voilais très certainement la face sur les véritables raisons qui faisaient qu’elle me rendait dingue.  « J’voulais pas t’dire ça, ok ? Les mots ont dépassés ma pensée… » j’étais une merde pour m’excuser, fallait dire que ça m’arrivait rarement. De manière générale j’assumais pleinement mes actes. Mais là, tout était différent. Je ne pouvais pas la faire souffrir comme ça en lui balançant un truc horrible au visage tout en sachant que cette accusation était fausse. Je fis un pas de plus vers elle avant de m’assoir au bout du lit, les mains sur les genoux, les doigts m'arrachant presque les cheveux.  « J’sais pas ce qu’il s’est passé… Et putain. Ca me rend dingue de pas savoir. Comment on a pu… toi et moi ?! J’étais défoncé mais bordel, normalement je sais ce que je fais ! » Grognais-je un peu pour moi.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anastazja Kovaliov
avatar




Avatar : Irina Shayk
Statut Civil : Célibataire
Occupation : Femme de ménage dans un motel, musicienne qui rêve de percer
Age du perso : 28 ans
Copyright : .Cranberry

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: ft Anastazja › I hate everything about you. Mer 16 Jan - 2:02

Anastazja & Knox
“ I hate everything about you ”


En cet instant, Anastazja a l’impression de reculer des années plus tôt, alors qu’elle était à la merci de l’homme horrible avec lequel elle partageait sa vie. L’humiliation et les insultes faisaient partie de son quotidien, elle y était si habituée qu’elle n’en était plus blessée. Elle était brisée, tout simplement. Anéantie par cet homme qu’elle croyait aimer, sans lequel elle croyait ne pas pouvoir vivre… La guérison a été longue, très longue. Pendant des semaines, elle s’est sentie abandonnée, et si Elena ne l’avait pas empêchée d’aller le voir, elle aurait sans doute passé toutes ses journées à la prison dans l’espoir de pouvoir passer quelques heures de visite avec lui. Elle avait besoin de lui, le syndrome parfait et pathétique de la femme abusée qui en redemande. Puis, peu à peu, ses proches l’avaient aidée à réaliser à quel point sa situation avait été horrible. Et elle s’était reconstruite, lentement, mais sûrement. Si bien qu’elle évitait les hommes comme la peste depuis cette époque, à l’exception de Connor qui était une constante dans sa vie depuis si longtemps. L’un des rares hommes en qui elle ait réellement confiance. Au fil des mois, puis des années, Anastazja s’est dressé une énorme barrière autour d’elle, mur impénétrable qui ne laisse plus personne l’atteindre. Jusqu’au moment où Knox est entré dans sa vie. Sans crier gare, il a tout chamboulé sur son passage, et la jeune femme a eu l’impression de perdre cet équilibre si fragile retrouvé depuis l’emprisonnement de Jared. Alors elle s’est mise à le haïr, parce que c’était plus facile que d’admettre qu’elle était désemparée par lui et par ses actes, ses paroles… Il lui rendait bien cette haine, trop bien. Et les choses auraient pu continuer d’être ainsi, mais c’était sans compter sur ce foutu coup de fil fait quelques jours plus tôt, provoquant ainsi une rupture dans leur contrat tacite de se détester jusqu’à la fin des temps…

Depuis son apparition dans sa vie, Knox sait comment bousculer Ana. Mais ces paroles qu’il vient de lui dire, c’était décidément la goutte de trop pour la jeune femme qui perd complètement la tête, se montrant violente. Chose inédite, chez elle. Et alors qu’elle voit le sang perler sur son pied entaillé par la lampe brisée au sol, elle a l’impression de s’adoucir légèrement, ressent le réflexe bien bête de vouloir prendre soin de lui. Elle n’en fait cependant rien, lui ordonnant à nouveau de quitter les lieux. Et, espace d’une seconde, elle pense vraiment qu’il va le faire. Mais il s’arrête après un seul pas, lui faisait de nouveau face. « Ok… J’ai merdé. » La jeune femme hausse les sourcils, le dévisageant de son regard toujours teinté par la haine, par la peur. « J’voulais pas t’dire ça, ok ? Les mots ont dépassés ma pensée… » Oh, les excuses, elle connaît ça… Combien de fois Jared, après s’être montré particulièrement violent, rampait à ses pieds en implorant son pardon? Et chaque fois, elle le lui accordait. Quelle conne. « J’sais pas ce qu’il s’est passé… Et putain. Ca me rend dingue de pas savoir. Comment on a pu… toi et moi ?! J’étais défoncé mais bordel, normalement je sais ce que je fais ! » Un rire sans joie s’échappe des lèvres d’Anastazja alors qu’il s’assoit au pied du lit, et elle se raidit, nerveuse de le savoir si près d’elle. « C’est toi qui est venu me rejoindre. C’est toi qui m’a embrassée. » Pour le baiser, elle n’en est pas certaine. C’était plutôt mutuel – l’appel irrésistible de deux corps qui se désirent, qui ne demandent qu’à étancher la soif de l’autre. Plutôt mourir que de l’admettre. Mais même si elle rejette le blâme sur lui, ça n’explique pas pourquoi elle ne l’a pas repoussé… Espace d’un moment, elle a presque envie de lui dire qu’elle a tenté de le faire, mais qu’il a insisté. Sauf qu’elle reste silencieuse, même si elle est encore en état de choc, ce n’est pas une raison pour rejeter toute la faute sur lui et, pire encore, le faire passer pour un violeur. « Ça t’est si horrible, de penser à ça? » Le tout prononcé d’une voix qui se veut méprisante, mais d’où perce malgré elle une pointe de vulnérabilité. Appuyant son dos contre le mur qui longue son lit, elle plonge son regard dans le sien, laissant retomber ses bras sur le matelas. Le drap qui la couvre suit le même mouvement, dénudant ainsi sa poitrine, son ventre. « Je te dégoûte à ce point? » Cette fois, les mots prononcés sur un ton de défi, alors qu’elle se mord la lèvre inférieure. Jamais elle ne s’expliquera son comportement, tout ce qu’elle sait, c’est qu’elle a envie de lui plaire.



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé






En savoir plus ?


MessageSujet: Re: ft Anastazja › I hate everything about you.

Revenir en haut Aller en bas

ft Anastazja › I hate everything about you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» i hate shonda rhimes, i hate everything. - sweva
» Love me, hate Me [PV Aarhyel]
» I Hate Everything About You # Lane [-15 pour possibles grossièretés]
» [F] ▲ ALICIA VIKANDER - I don't hate you, but if you put 'about to jump of a cliff' as your Facebook status, I'd poke you.
» I hate you, I love you ~ Gobb

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Californication :: San Diego :: Mid-City :: Habitations :: N*32b - Anastazja Kovaliov-