AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Sitting Waiting Wishing ft Vaas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Everly C. Owens
avatar




Avatar : Ana de Armas
Statut Civil : Célibataire détestant la solitude
Occupation : Journaliste
Age du perso : 27 ans (22 juin 1991)
Copyright : bigbadwolf (ava)

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Sitting Waiting Wishing ft Vaas Mer 5 Déc - 3:13

Il était légèrement passé vingt-deux heures lorsque les escarpins d’Everly foulaient le bitume en direction du Black Cat Bar. Il était rare qu’elle faisait appel à cette glorieuse application qu’était tinder pour se divertir une soirée, mais celle-ci avait commencée de façon beaucoup trop morne et cette option avait été la plus facile. Elle avait demandé au taxi de la déposer à deux coins de rue du lieu de rendez-vous, non pas parce qu’elle avait envie de profiter de l’air frais nocturne, mais bien parce qu’elle comptait sur la courte marche nécessaire pour lui laisser l’occasion de filer si celle avec qui elle avait un rendez-vous ne correspondait pas aux photos qu’elle avait pu voir. Une technique qui lui avait plus d’une fois été utile et aujourd’hui, elle avait le mauvais pressentiment que ce serait encore le cas ! La jeune femme qui l’attendait agitait déjà sa main dans sa direction afin de lui faire signe. Elle était belle, ravissante même, parfaitement à l’image de ce qu’elle avait pu voir, mais Everly continuait d’avoir un mauvais pressentiment et étant elle-même une fouteuse de bordel pas possible, elle savait reconnaître une semblable lorsqu’elle en rencontrait une !

La jeune femme avait joué le jeu pendant près d’une heure, se forçant pour faire la discussion avec elle et à ne pas montrer que ses craintes basées sur rien de bien sérieux se réalisaient de plus en plus. À de nombreuses reprises dans ce si court laps de temps, la blonde allait régulièrement au bar afin de chercher de quoi boire et surtout se gagner un peu de temps. Le flot de liquide qu’elle avait ingurgité l’obligeant, elle dût “malheureusement” s’arracher à nouveau à sa compagnie le temps de passer par la salle de bain. Une salle de bain qui, miraculeusement, se trouvait à quelques mètres seulement de la porte de sortie ! Se sauvant sans jeter un regard en arrière et ne désirant pas rentrer chez elle immédiatement, Everly arpenta les rues du Downtown jusqu’à apercevoir un club dans lequel elle n’avait encore jamais mis les pieds : l' Urukaï !

Dès son entrée, le charme des lieux suscitait son intérêt. Décoré avec goût, Everly adorait l’ambiance qui s’en dégageait. De toute évidence, ce rendez-vous raté allait au moins lui avoir permis de faire une agréable découverte. Se dirigeant vers le bar, elle demandait un cocktail signature de l’endroit tout en prenant place sur le seul tabouret qui y était libre et rapidement… Elle comprit pourquoi. Si la tentation de simplement prendre son verre et dégager le plus loin possible du Don Juan à deux balles complètement bourré à ses côtés se faisait sentir, l’idée de plutôt profiter de sa lourdeur pour se divertir un peu lui sembla rapidement beaucoup plus judicieuse. Supportant sa présence le temps de placer ses pions, elle s’inspira de son acharnement désespéré pour ne pas finir la soirée seul pour orienter ses espoirs en direction d’une femme magnifique dont la plus grande qualité dans cette histoire était certainement l’homme à ses côtés ! Le bras presque en tout temps autour de ses épaules, le regard attentif qui scrute les alentours à la recherche du moindre potentiel adversaire souhaitant faire les yeux doux à sa belle… Décidément, cela était fortement prometteur ! Quittant son ami éphémère après l’avoir fortement encouragé à agir en “bad boy” et à pincer la fesse de la femme en question si elle venait jusqu’à lui, Everly s’éloignait en direction de la pauvre inconnue qui figurait malgré elle dans son plan. Fonçant sur elle par inadvertance afin de faire renverser son verre, elle se fondait en excuse et lui tendait un billet afin de lui payer un autre verre de son choix. Revenant plus près afin d’avoir une place de choix, Everly laissait la magie se produire ! Beaucoup trop amusée, elle sirotait son verre tout en regardant les hommes se taper sur la gueule. Le plus Don Juan n’avait aucune chance et sans doute devrait-elle ressentir de la culpabilité, mais elle voyait ça comme uniquement comme une consolation pour son mauvais début de soirée ! La bataille pris des proportions inespérées lorsque d’autres hommes qui clairement étaient tout aussi ennuyé par l'attitude du pauvre homme se joignirent à la fête. La bouche en coeur et l’air beaucoup trop innocent pour être crédible, Everly terminait trop rapidement le délicieux cocktail qu’elle avait entre les mains, mais son méfait était encore beaucoup trop actif pour qu’elle retourne à proximité de la scène de son “crime”. Attendant patiemment, elle échangeait quelques banalités avec les gens qui l’entouraient pour passer le temps. C’est la main d’un homme contre son épaule qui la fit se retourner quelques minutes après que tout se soit relativement calmé. Se tournant vers lui, elle ne s’attendait certainement pas à ce qu’on ait remarqué sa mascarade.

_________________
Pretty little
Firecracker
GOTTA BE CAREFUL with a dynamite stick

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaas Zakhraov
avatar




Avatar : Ryan Gosling
Statut Civil : Celib
Occupation : Coursier pour son père au sein de la Podolskaia, une organisation de la mafia russe. Et mécano à mi-temps dans le garage automobile d'une connaissance. Il y bosse par passion plus que par soucis d'afficher une source de revenus légale.
Age du perso : 32 ans
Copyright : Fuck Yeah ! Ryan Gosling

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: Sitting Waiting Wishing ft Vaas Mer 5 Déc - 11:50




Everly + Vaas  
« Sitting Waiting Wishing »

L'Urukaï est plein à craquer ce soir. Aussi bien côté bar que côté nightclub. Mais pour l'heure, je déambule dans l'appartement, en pleine conversation et pas des plus joyeuse, avec Alexander, mon père qui est actuellement en Russie. Il est rare qu'il se ramène aux États-Unis, du moins depuis quelques temps. Si nous nous trouvions présentement dans la même pièce, je crois bien d'ailleurs qu'on se mettrait littéralement sur la gueule tant c'est tendu. Il a appris que j'avais dérogé à un ordre. Il a sa façon de faire, j'ai la mienne, en tout cas en certaines circonstances, lorsqu'à mon sens, il va trop loin dans le "donnage de leçons". Menacer la famille d'un type pour lui faire pression peut passer mais s'en prendre véritablement à une femme et à des mômes, c'est quelque chose avec lequel j'ai toujours eu du mal. Et présentement, c'est face à ce genre de situations que je lui tiens tête. Ma solution a eu un résultat positif tout en épargnant trois personnes innocentes. Quoi demander de plus quand le résultat est là ?
Quoi qu'il en soit, la conversation est animée et tendue alors que je contre ses arguments au téléphone. Il se met littéralement à hurler sa rage de me voir ainsi m'entêter même si c'est là une qualité qu'habituellement, il apprécie chez moi. C'est lui qui m'a forgé ainsi après tout. Cependant, sur l'instant précis, c'est sa propre fierté qui prend le dessus. Finalement, fatigué de l'entendre m'étaler toute l'étendue de son ressentiment, je déclare :

- Inutile de te perdre plus longtemps en d'inutiles vindicatives . Le message est passé. Bonsoir Alexander.

Sur ce je raccroche. Il est plus que certain qu'il déteste quand je fais ça. Ça ne m'a toutefois jamais retenu. Sa colère s'apaisera bientôt. Le tout est de ne pas en abuser à l'avenir. Mais pour ça, je sais faire preuve de monstre d'efforts pour me ranger à sa façon d'opérer ou bien cas exceptionnel, à me faire d'autant plus discret lorsque je compte déroger d'un chouia à ses ordres.
Il n'empêche que l'échange m'a quelque peu mis à cran. Je me sers un verre avant de descendre, vêtu pour l'occasion d'un costume noir avec veston rayé et chemise blanche. J'ai une affaire qui nécessite ma présence côté bar et il est temps que je descende rejoindre ces messieurs.

~*~

L'affaire est réglée et les hommes en question ont enfin quitté les lieux. La soirée bat toujours son plein. Installé sur une banquette confortable au dossier de cuire sombre capitonné, je peux enfin me détendre en sirotant un verre, n'ayant rien d'autre à faire qu'observer autour de moi.
Au bar, une jeune femme en présence d'un type avec qui elle ne s'accorde pas le moins du monde, attire mon attention. Son sourire pourrait presque paraitre sincère face à ce type si ses traits ne la trahissaient pas à certains moments, comme le roulement discret de ses yeux ou sa façon d'hausser les sourcils de ce que je traduis par de l'exaspération.
A bien l'observer au fil des minutes, j’assiste à une scène que j'aurais presque pu deviner depuis le début, ayant vite cerné son manège, lequel  lui fait sans doute office de jeu ou de passe temps. Et au vu de ce qui s'en suit, pas de doute. Encore moins lorsque perce dans son sourire une pointe d'amusement soigneusement orchestré rien qu'à regarder le grabuge qu'elle a créé.

Je n'interfère pas dans la bagarre, demeurant concentrée sur elle. Jusqu'à ce que je la rejoigne et pose discrètement une main sur son épaule, accompagné d'un petit "Hep" pour l'inciter à se retourner. Ce qu'elle fait et qui donne alors le point de départ aux hostilités ... quoi que gentillettes dans un premier temps et même limite un peu trop clichés pour coller à ce que je serais foutu de faire habituellement, mais jouons le jeu au niveau auquel elle se prête à jouer elle-même depuis tout-à-l'heure.
Ainsi, alors qu'elle me fait enfin face, elle n'a pas le temps de voir venir mon geste tandis que je verse avec douceur le contenu de son cocktail sur le sommet de son crâne comme dans une scène au ralentis. Les cheveux et le visage ruisselant, elle affiche un mélange savoureux de surprise et de ce petit quelque chose qui témoigne qu'elle va sans doute bientôt sortir de ses gonds.

- Qui cherche de l'animation en trouve.

Je place un doigt sous son menton pour l'inciter à bien me regarder tandis que je place devant elle l'index et le majeur de l'autre main, une façon d'énumérer les deux options que je m'apprête à lui présenter.

- Deux options s'offrent à toi. On corse le spectacle dont tu es désormais la vedette, de façon brève et fugace. Ou bien on met le paquet pour en faire véritablement le clou du spectacle.

Mon regard s’étrécit alors que je le rive au sien pour capter toute son attention.

- Je t'en colle une toute mignonne mais qui risque de résonner méchamment ou bien je te traine jusqu'à la sortie par la tignasse. Qu’est-ce qui te semble le plus soft ? déclarais-je avec une petite moue innocente et mignonnette aux lèvres.


©️ 2981 12289 0

_________________
Every man is a sinner, every man is a liar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Everly C. Owens
avatar




Avatar : Ana de Armas
Statut Civil : Célibataire détestant la solitude
Occupation : Journaliste
Age du perso : 27 ans (22 juin 1991)
Copyright : bigbadwolf (ava)

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: Sitting Waiting Wishing ft Vaas Lun 10 Déc - 15:55


Les lèvres closes, Everly attend simplement que l’inconnu prenne la parole. Séduisant, soigné, elle est convaincue que seul son charme l’a porté jusqu’à elle et que le verre à sa main est sans aucun doute une façon pour lui de briser la glace en lui offrant. Sa main tend à s’avancer lorsqu’elle anticipe un mouvement de sa part, prête à recueillir le verre. Elle n’a toutefois à peine le temps de bouger son bras de quelques centimètres lorsqu’elle réalise que les intentions de l’homme sont loin d’être celles qu’elle lui avait prêté. Abasourdie, la bouche entrouverte et les épaules haussées de surprise, Everly sent l’alcool se répandre sur elle, perlant contre sa peau. Passant une main contre son visage pour l’essuyer. Elle restait silencieuse quelques secondes, peinant à réaliser ce qui venait de se produire lorsque la brûlure qu’elle ressentait à ses yeux venait la ramener à la réalité.

« Oh et crois-moi ça ne fait que commencer. »

D’une main, elle vient repousser avec force le doigt qu’il a glissé sous son menton pour forcer le contact visuel entre eux. Si elle ne veut pas sentir le moindre contacte avec sa peau et la sienne, elle ne compte toutefois pas rompre le lien visuel. Everly, elle n’a pas l’habitude de se faire coincer aussi facilement ni d’être impliquée de façon directe dans ses emmerdes. Elle rage et instinctivement, elle se met à songer à un moyen de faire amèrement regretter son geste à cet inconnu qu’elle imagine n’être qu’un homme lambda parmi tant d’autre.

« Ne te donne pas tant de crédit. Il n’y a que les femmes qui se défende en vidant leurs verres sur les autres. »

Everly se lève de son banc, venant lui faire face et ainsi diminuer la hauteur qui les séparait et qui donnait un avantage dominant à l’homme qu’elle n’appréciait pas. D’une main, la jeune femme replace ses cheveux trempés par l’alcool, les dirigeant vers l’arrière afin d’éviter qu’ils continuent de suinter contre son visage.

« Oh c’est mignon… Pourquoi je ne suis pas surprise que tu m’offres de me tirer les cheveux maintenant. »

Everly était loin d’être la meilleure pour se défendre physiquement, et ce, malgré ses attitudes physiques générales qui n’avaient rien de gênantes. Elle n’était pas douée pour ses battre, mais elle était faussement convaincue que l’homme face à elle n’en savait pas plus et en cet instant elle lui souhaitait presque d’être assez idiot pour lever la main sur elle. La jeune femme est confiante, son petit sourire arrogant le prouve. Elle ne le prend absolument pas au sérieux.

« Et tu es qui au juste ? Le meilleur ami du gros lourd qui vient de se faire sortir ? Il faudra que je parle au proprio, il y a décidément trop de pathétiques ploucs dans ce nightclub. »

En cet instant, elle n’a envie que d’une chose et c'est de se venger de lui. Elle sait déjà d’ailleurs comment, mais faute de matériel elle ne peut pas le mettre à exécution immédiatement. Everly se dit que ce n’est pas trop grave, après tout de toute façon, ce genre d’idiot doit bien venir ici souvent et l’occasion de glisser quelques laxatifs dans sa consommation finira bien par se présenter ! Elle ne lui laisse même pas l’occasion de réponse à sa question pour enchaîner.

« Maintenant dégage, j’ai mieux à faire qu’être ici. »

Ce qui n’est pas tout à fait vrai, car au final, elle n’a pas pu chasser bien longtemps la monotonie de sa soirée. Elle compte toutefois rentrer chez elle, car de toute évidence, cette soirée ne semble pas décidée à se dérouler comme elle le voudrait. Elle ne cherche pas à contourner l’homme, du moins pas tout de suite, elle refuse de lui donner le plaisir de croire qu’elle souhaite fuir sa compagnie et ainsi lui donner le moindre mérite. Dans toute sa colère envers lui, jamais elle n’a pu réaliser qu’il n’avait rien de l’image qu’elle se faisait de lui, n’écoutant pas son petit feeling qui lui pourtant ne se trompait habituellement jamais.

_________________
Pretty little
Firecracker
GOTTA BE CAREFUL with a dynamite stick

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaas Zakhraov
avatar




Avatar : Ryan Gosling
Statut Civil : Celib
Occupation : Coursier pour son père au sein de la Podolskaia, une organisation de la mafia russe. Et mécano à mi-temps dans le garage automobile d'une connaissance. Il y bosse par passion plus que par soucis d'afficher une source de revenus légale.
Age du perso : 32 ans
Copyright : Fuck Yeah ! Ryan Gosling

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: Sitting Waiting Wishing ft Vaas Mar 11 Déc - 9:58




Everly + Vaas  
« Sitting Waiting Wishing »

« Ne te donne pas tant de crédit. Il n’y a que les femmes qui se défende en vidant leurs verres sur les autres. »

- Qui parle de se défendre ? déclarais-je.

J'y voyais plutôt une façon de te surprendre et t'humilier. Tu n'as pas l'air d'avoir froid aux yeux vu l'aplomb avec lequel tu me fais face. Je n'en attendais sans doute pas moins de quelqu'un comme toi, tout comme le souligne ce que tu me rétorques lorsque je te formule ces douces menaces. Douces n'est sans doute pas le terme adéquat, quoi que comme tu le dis si bien, ça colle à un registre plus féminin. Pouvais-je réellement te menacer de façon plus brutale ? Tes actes ne l'auraient pas justifié, pas au point d'être plus violent. Je pourrais pourtant vraiment choisir de t'en coller une toute gentillette comme j'en ai évoqué l'option.
Me faisant désormais face dans une attitude emprunte d'arrogance, tu déclares :

« Et tu es qui au juste ? Le meilleur ami du gros lourd qui vient de se faire sortir ? Il faudra que je parle au proprio, il y a décidément trop de pathétiques ploucs dans ce nightclub. »

Un demi sourire se glisse sur mes lèvres à la mention du propriétaire des lieux mais je ne relève pas.

- Trop facile ... c'est tout ce que tu as en stock ?

Je lis un soupçon de rancœur qui perce dans ton regard tandis que tu répliques :


« Maintenant dégage, j’ai mieux à faire qu’être ici. »


J'arque un sourcil on ne peut plus dubitatif, restant un instant planté devant toi avant de t'attraper sans prévenir et te soulever pour te balancer sur mon épaule comme on porterait un sac à patates même si tu risques de ruer en tout sens. Je nous conduis ainsi vers la sortie.

- Voilà qui réponds à ton souhait, rétorquais-je par rapport à plus tôt, en te reposant une fois à l'extérieur.

Je ne m'attarde pas et fait part aux deux types à l'entrée de ne plus te laisser franchir les portes. Pour ce soir tout du moins. Lorsque je rejoins la grande salle, on m'alpague pour me signaler un appel, lequel je prends alors dans le bureau au fond.
Pendant la conversation, je jette un coup d’œil à l'heure. Humpf, ressortir à cette heure-ci ne m'enchante pas mais il va pourtant bien falloir. Je récupère mon blouson et les clés de la Mustang qui m'attend garée derrière l'établissement. Ça commence à se rafraichir sévère à cette heure-ci et je resserre les pans de ma veste en rejoignant le véhicule. La musique se lance aussitôt lorsque je démarre et je coupe le son pour plus de tranquillité. Je fais le tour de l'immeuble et prend la rue sur ma gauche, repassant à proximité du club. Il s'est mis à pleuvoir pile au moment où je suis monté à bord. J'aperçois la fille de tout-à-l'heure en compagnie de deux types. Stoppé au feu plus loin, j'observe la scène et remarque qu'un truc cloche. Ils semblent plus la chahuter que discuter. Humpf ... ça ne serait pas le type de qui elle s'est jouée plus tôt dans la soirée ? Ça m'en a tout l'air.

Après tout elle a cherché les emmerdes, pourtant il y a chahuter et chahuter ... . Et vu la façon dont le type et sûrement un pote à lui qu'il a rameuté à sa sortie, lui tournent autour et la bousculent, il est facile de comprendre que ça risque de vite déraper. Qu'elle se prenne le retour de bâton quant à son petit jeu de manipulation est une chose mais il y a des limites, et au vu de la scène actuelle qui se déroule dans mon rétroviseur, il est clair que ça va déjà trop loin.
Il n'y a pas un chat dans la rue, pas la moindre circulation dans le coin pour l'instant, aussi j'effectue une marche arrière rapide et manœuvre d'un coup de volant pour me placer en travers de la chaussée, coupant les deux voies de circulation en perpendiculaire de façon à faire face au trottoir qui longe le parking sur lequel se trouvent nos trois compères. Éclairant la scène de plein phare pour les aveugler un instant, je fais vrombir le moteur, menaçant de foncer tout droit sur eux à ce simple rugissement pour les faire décamper. La pluie tambourine sur le pare-brise tandis que les essuie-glace effectuent leur ballet à un rythme régulier. Abaissant la vitre de mon côté, je passe un bras par l'ouverture et klaxonne.

- T'attends quoi ? lançais-je à la fille.

Elle ne doit pas savoir de qui il s'agit et je compte sur un semblant d'instinct de sa part pour choisir entre rester en mauvaise compagnie sous la flotte qui tombe de plus en plus sévèrement ou sauter sur l'occasion qu'un inconnu lui propose ainsi de la sortir du pétrin, même si l'option peut paraitre tout aussi risquée.


©️ 2981 12289 0

_________________
Every man is a sinner, every man is a liar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Everly C. Owens
avatar




Avatar : Ana de Armas
Statut Civil : Célibataire détestant la solitude
Occupation : Journaliste
Age du perso : 27 ans (22 juin 1991)
Copyright : bigbadwolf (ava)

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: Sitting Waiting Wishing ft Vaas Hier à 17:51


Les bras croisés, une “bitch face” méritant d’être assurée pour des millions de dollars étampé sur le visage, Everly attend de voir l’homme se décaler afin de pouvoir partir de ce bar où son plaisir aura finalement été de courte durée. Il avait tardé à le faire, mais le voyant enfin entamé un mouvement elle n’avait pu s’empêcher d’avoir l'espoir qu’il s'exécute. Un espoir partant en fumée dès l’instant où ses mains s’étaient refermées autour d’elle et l’avaient soulever.

« Non mais… tu te fous de ma gueule ! »


Elle avait eu besoin de plusieurs secondes avant de pleinement réaliser ce qui était réellement entrain de se passer. Ce n’est pas à tous les jours que l’on croise un type nous transformant en sac à patates pour nous faire sortir d’un établissement, encore plus d’un établissement duquel on comptait sortir de toute façon ! La progression vers l’entrée est déjà bien avancée lorsqu’enfin, Everly se décide à tenter de se dégager de son emprise. Combat difficile quand l’option de le faire tomber contre le sol pour se déprendre n’est pas envisageable sous peine de se blesser elle-même et sans doute encore plus durement.

« S'il y a des photos de mes fesses sur l'internet, je te poursuis ! »

Première chose qui lui était venue à l’esprit quand elle avait cherché de quoi lui gueuler dessus. Everly ne cesse de tenter de se dépendre tout en ne lâchant pas le tissu de sa robe pour éviter que tous puisse effectivement apercevoir ce qui se cache en dessous.

« Non mais pour qui tu te prends !!! Je vais te faire regretter ça, tu n’as pas idée à quel point ! »

Un grognement s'échappe de ses lèvres alors qu’enfin, il la dépose. Utilisant ses mains pour le repousser une fois qu’elle était sur le sol, comme si cela avait véritablement un impact. Un geste inutile, elle est en consciente, mais qui lui fait du bien quand même. Ses sourcils se froncent alors qu’elle s’apprête à lui crier des injures à nouveau, fixant son dos, elle remarque à sa discussion avec les hommes responsables de la sécurité qu’il les connaît. Un barman n’étant pas en fonction sur le moment sans doute. Replaçant sa robe, puis ses cheveux, comme si rien n’était arrivé dans les dernières minutes, Everly s’éloignait du nightclub en prenant la direction de chez elle. Cette association qu’elle venait tout juste de faire entre l’inconnu et ce qui l'unit à l’établissement lui faire retrouver le sourire. Elle ne sait pas encore comment, mais elle compte bien se venger et le fait de savoir où elle pourra le retrouver lui fait grandement plaisir.

La voix d’un imbécile vient alors briser son songe éveillé. Stoppant ses pas, elle se retournait en direction du stationnement du nighclub où elle pouvait voir deux silhouettes s’approcher d’elle. Plissant les yeux pour mieux les voir, elle comprend bien vite que deux malheurs ne viennent jamais seuls en sentant des gouttes d’eau tomber contre sa peau. Soupirant, Everly est heureuse de ne pas habiter bien loin, mais il faut d’abord qu’elle fausse compagnie à ces deux idiots qui tentent à nouveau d’attirer son attention.

- Hey salope !

Facile comme insulte, elle ne s’était pas attendue à moins d’eux.

« Oh merci de m’avoir appelé à nouveau, je ne vous avais même pas vu ! Vous vous confondez si bien avec les ordures derrière. »

Seule, dans une ruelle, contre deux types… Il aurait sans aucun doute été plus intelligent de s’excuser et de courir bien rapidement jusqu’à chez elle, mais Everly ne choisissait jamais la voie de la raison.

- Ferme ta gueule ! Il est grandement temps qu’un homme te mette à ta place !

« Comme c’est dommage, je n’en ai pas vu de la soirée. »

Bien sûr, son attitude dénote une grande confiance, la jeune femme était loin d’être rassurée présentement. Encore plus lorsqu’ils arrivent suffisamment près d’elle pour pouvoir la basculer.

« À deux contre une fille… Impressionnant. J’ai un ami médecin, vous voulez que je lui demande si c’est possible de vous greffer des couilles ? »

Elle ferait mieux de la fermer, elle le sait et l’inconnu le lui fait comprendre en approchant encore plus dangereusement d’elle. La jeune femme tente de retenir les tremblements de son corps dû à la pluie battante, de peur qu’il s’enfle l’ego en croyant que c’est lui qui les provoquent. Elle sent qu’elle va se prendre un coup et son esprit tourne à vive allure à la recherche d’une porte de sortie. Puis, vint une illumination, mais pas celle à laquelle elle s’était attendue. Tournant la tête en direction de la voiture dont les phares aveuglant l’empêchait de voir le conducteur, Everly attendait, souhaitant silencieusement que ce ne soit pas d’autres amis du type qui débarquent. La jeune femme n’a toutefois pas de mal à reconnaître les courbes de la voiture et silencieusement, elle souhaite que Bradley soit derrière le volant. Au fond, elle en est même convaincue, elle ne serait même pas surprise qu’il la suive. Cette impression, mélangée au klaxon et à l’appel de l’homme, la font enfin se bouger et rapidement, elle s’approche de la voiture. Ouvrant la portière, elle ne prend même pas le temps de regarder le conducteur que déjà, elle prend place sur le siège passager. Frottant ses bras pour les réchauffer, elle prend enfin le temps de regarder son sauveur. Stupéfié, essuyant l’eau de son visage du revers de sa main comme si sa vision brouillée pouvait faire en sorte qu’elle se trompe.

« Si tu avais l’intention de me tuer toi-même, sache que je compte bien mettre mon adn partout dans ta voiture question de laisser des preuves. Et que je crie très fort.. »

Elle blague, enfin à moitié. Parce qu’elle n’est pas certaine des intentions de l’homme, mais qu’elle ne pense quand même pas que leur petit entretien l’ai laissé suffisamment amer pour qu’il s’en prenne ainsi à elle. Elle ne comprend toutefois pas plus pourquoi il cherche à l’aider.

« Je ne pensais pas que t’étais le type à conduire un mustang. Je t’imaginais plutôt dans une Jetta. » Le dévisageant toujours comme si cela pouvait l’aider à répondre à ses questions, elle attendait d’avoir une meilleure idée de ses intentions avant de le remercier, puis comme si cela tendait à devenir une habitude, elle ne pouvait s’empêcher de lui demander. « Sérieusement…. Tu es qui au juste ? »

_________________
Pretty little
Firecracker
GOTTA BE CAREFUL with a dynamite stick

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé






En savoir plus ?


MessageSujet: Re: Sitting Waiting Wishing ft Vaas

Revenir en haut Aller en bas

Sitting Waiting Wishing ft Vaas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 05. What the hell are you waiting for.
» Waiting for the miracle to come - Prio Morpheus.
» Waiting for the Grand BAYAKOU
» Waiting for the bus __ Amanda
» that awkward moment when we're sitting next to each other feat. connor, cooper, evey & esther..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Californication :: San Diego :: Downtown-