AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Le temps des rancoeurs ★ ft Elena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Jon O'Laughlin
Jon O'Laughlin




Avatar : Jeremy Renner
Statut Civil : Célibataire
Occupation : S'en mettre plein les fouilles ?
Age du perso : 45 ans
Copyright : Babine

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Le temps des rancoeurs ★ ft Elena Sam 8 Déc - 16:08


   


LE TEMPS DES RANCOEURS


C'est fou comme les affaires les plus évidentes peuvent êtres les plus compliquées. C'est fou comme on aimerait tourner les lois à notre avantage sous le coup de la douleur, de la perte, de la vengeance ou de la mort. C'est fou quand on refuse de le faire, ce que cela peut avoir comme conséquences. Parfois, on a beau être pourri jusqu'à la moelle, on se retrouve pieds et poings liés par plus fort que soit. C'est ce qu'il s'était passé à ce moment là. Un frère, un père, des amis pour Jon et même si les premiers portaient un cuir et l'autre une plaque. Quelque chose avait su tisser des relations de confiance qui allait plus loin que le business comme avec Crom. Puis ce matin-là, il apprit leur mort dans un accident de la route.

Difficile a y croire, surtout au vu du contexte de l'époque. Ne restait alors qu'Elena, la frangine, la fille, qu'il connaissait évidemment. La blondinette l'avait supplié de faire quelque chose, persuadée que tout ça n'était qu'une mise en scène. Jon le savait aussi mais au dessus de lui, c'était un putain de plafond en béton armé. Aucun moyen de passer au dessus. L'affaire fut classée. Pour ça, il avait presque reçu la haine, la rancœur d'une gamine qui venait de perdre sa famille. Bah ! C'était pas franchement la première fois que l'Irlandais ramassait comme ça mais que pouvait-il faire ? Rien. Alors fallait bien vivre avec, tant pis. Puis leur chemin se sont séparés, jusqu'à aujourd'hui.

Une altercation au El Camino, entre un membre des Chicanos et un gars des Zetas avait éclaté. Il est de l'anti-gang et ce genre d'incartade c'est de son ressort bien qu'il aurait bien voulu s'en passer, franchement. Sa soirée commençait bien ou à peu près. Il était d'astreinte mais ça n'empêchait pas l'Irlandais d'avoir des projets comme par exemple, la jolie brunette du Redwood qu'il avait repéré depuis un petit moment. Après tout, les nanas font ce qu'elles veulent après leur service. Bonne soirée en perspective et si il était appelé, ce ne serait pas la première fois qu'il ferait le connard en l'envoyer balader comme la dernière des traînées pour foncer là où on l’appeler. Tant qu'il est là quand on le demande, c'est l'important non ? Quand on parlait de déformer les lois et les règlements...

Bref ! Entre les latinos c'est tendu en ce moment, la brigade était un peu sur les dents, on ne compte pas ses heures, encore moins quand on sait que le Sinaloa a un pied en ville. San Diego devient une vraie poudrière de jour en jour. Ce qu'il s'est donc passé au Camino risquait de rajouter un peu plus de tabasco sur le feu, ça ne fait aucun doute. A Boston, on réglait ça sur un ring, combat à mort ou chaussure en béton dans le port, ça restait discret. Mais ces salopards de mexicantos ne savaient pas se tenir. Le sang chaud certainement qui fait que tout se règle comme ça, en pleine rue, brutal, sauvage. Ca fait dix ans qu'il est là et Jon s'y fera presque jamais. Dans ce genre de situation, l'Irlandais ne ménage pas ses efforts, quitte à prendre des coups et à les rendre si il faut. C'est ce qui l'amène aux urgences.

Les coéquipiers de l'unité lui avait pas donné le choix de toute manière. Une arcade éclatée ça ne se guérit pas par l'opération du saint esprit. Il fallait des points et ça, c'était direction les urgences. Foutue perte de temps.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________


Ain't born to lose, baby. I'm born to win
Ma FicheMes liensMes RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elena Dawson
Elena Dawson




Avatar : Margot Robbie
Statut Civil : Célibataire
Occupation : Infirmière des urgences
Age du perso : 27 ans
Copyright : PresleyCash(avatar)

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: Le temps des rancoeurs ★ ft Elena Sam 8 Déc - 23:53

Le seul médecin que j'appréciais avait démissionné, c'était sans doute le seul qui me permettait de tenir ici dans le service des urgences. J'aimais mon métier, cela avait toujours été une vocation. Je voulais toujours le mieux pour mes patients, mais c'est vrai que les urgences étaient un métier assez difficile à gérer. Nous devions gérer les humeurs des urgentistes, nos collègues pas toujours sympathiques suivant les équipes avec lesquels on tourne, les patients dans un état lamentable mais ce qu'il fallait gérer le plus c'était les familles. Souvent, je les entendais hurler à travers les portes du sas fermé. Ce n'était clairement pas pour ça que j'avais signé, pour me faire traiter de tous les noms, d'être violentée mais heureusement ce n'était pas mon quotidien.
J'avais passé la matinée avec une adolescente de quinze ans qui était en pleine crise d'asthme. Elle n'avait pas su gérer sa crise avec de la ventoline, et anxieuse elle avait appelé les pompiers. Sa saturation en oxygène n'était pas dans les normes, je voyais que sa dyspnée empirait, le médecin que j'ai dérangé pendant sa pause m'incendia mais me donna les directives à prendre pour cette demoiselle. J'avais l'impression de me voir à son âge, insouciante, gentille, angoissée, j'avais envie de lui dire que tout irait bien, elle me faisait tellement penser à ma petite soeur. Après un petit moment sous aérosols et sous lunettes à oxygène, elle a pu repartir chez elle après avoir revérifié sa saturation.
J'avais passé énormément de temps avec cette jeune fille et je n'avais pas pris de pause. On me congédia pour que j'aille à la cafétéria pour me restaurer un peu. J'y retrouve une collègue, Emy qui travaille en service ce cardiologie. Nous prenons notre déjeuner ensemble pendant quarante cinq minutes. Mon repas est loin d'être ragoutant, je mange des pâtes bien trop cuites et gorgées de beurre et un steak aussi dure qu'une semelle mais ce n'est pas grave, le tout c'est que mon ventre ne crie plus famine jusqu'à ce soir que je rentre à la maison. Je regarde l'heure et je me lève. Je dois retourner travailler mes patients m'attendent. Je sais que durant mon absence, ils ont entré de nouveaux patients, j'ai hâte de découvrir mes tâches de l'après midi. Quand j'arrive, le médecin toujours aussi ingrat me lance un dossier dans les mains en me regardant

Et bien c'est pas trop tôt Dawson, j'ai cru que vous aviez déserté, y'a des points à faire dans le box trois, c'est pas moche, ça peut être fait par une petite infirmière, je vous laisse donc vous en charger.

Je souris, bien que j'ai envie de le traiter de gros connard et lui dire de fermer sa gueule mais je dois garder ma place. Réaliser des points de suture, j'avais l'habitude, au club, je le faisais très souvent pour les garçons. Là l s'agissait bel et bien d'un glissement de tâche mais je préférais m'occuper de ce patient plutôt que de devoir supporter ce con de docteur. Allant chercher tout ce dont j'avais besoin pour réaliser les soins de cette personnes, je prends tout sous le coude et J'ouvre le dossier et jette un oeil dedans en entrant dans le box.

Bonj...

Je reste bouche bée devant le nom du patient, je lève le nez de son dossier et regarde Jon. Combien d'années est-ce que je n'avais pas vu ce flic? Moi qui l'avait harcelé pour qu'il y ait justice pour Simon et mon père. Je lui en voulais beaucoup mais après tout, c'était du passé. Je m'avance vers lui en regardant son visage amoché.

Dans quel merdier tu t'es fourré cette fois pour te retrouver là Jon?


Son arcade demandée plusieurs points. Je mets tout sur l'adaptable afin de m'approcher de lui ensuite pour regarder l'étendue des dégâts plus près.

NE t'inquiètes pas tes coéquipiers vont te reconnaître quand je t'aurais réparé !



_________________
    Change the world
    Ce que vous ne faites pas vous procurera les mêmes regrets que les erreurs que vous faites...
    (c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jon O'Laughlin
Jon O'Laughlin




Avatar : Jeremy Renner
Statut Civil : Célibataire
Occupation : S'en mettre plein les fouilles ?
Age du perso : 45 ans
Copyright : Babine

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: Le temps des rancoeurs ★ ft Elena Lun 10 Déc - 14:56


   


LE TEMPS DES RANCOEURS


Ca fait des années qu’ils ne se sont pas vus, du moins un sacré bout de temps et Jon aurait presque oublié qu’elle travaillait dans cet hôpital. Quand il la voit entrer dans salle, le flic se redresse un peu et cligne des yeux, surpris de voir un visage qui a disparu de ses radars avec perte et fracas. Leur dernière discussion fut plus que houleuse et à l’époque, l’Irlandais n’aurait pu lui en vouloir de ne pas être rationnelle. Alors il l’avait été à sa place, de toute manière le flic n’avait pas eu bien le choix et on voit ce que ça a donné. Il serait un foutu menteur si la revoir dans ce genre de contexte n’alimentait pas une certaine appréhension. La voir tourner les talons auraient pu être une éventualité somme toute logique mais finalement, elle reste. Et lui adresse même la parole, ça pourrait presque être un miracle de Noël. L’Irlandais se râcle la gorge.

- Salut Elena…

Oui bon, il se fait attaquer d’entrée mais ça ne l’empêche pas d’être un minimum poli puis il grimace un peu. Qu’est-ce qu’il a foutu ? Son boulot mais elle doit assez le connaître pour savoir que même sans s’être vu depuis des plombes, il restait un foutu Irlandais impulsif et bagarreur. C’est pas tout à fait faux. Alors avant de répondre, Jon hausse un peu les épaules puis regarde ailleurs dans la pièce.

- Une arrestation qui a dérapé. C’est pas de ma faute pour une fois. Tu verrais la tronche de l’autre.

Il sourit un peu comme un crétin, histoire de détendre l’atmosphère tout en la regardant préparer tout son attirail de torture. Jon fait de la boxe depuis qu’il est gosse, c’est pas la première fois qu’il se fait éclater la tronche ou même recoudre mais sans être une chochotte, les aiguilles, c’est pas son truc du tout. Crispé ? si peu. Un petit frisson lui tombe dans le creux des reins.

- Parait que j’ai besoin de point. J’m’en serais passé si le Capitaine n’avait pas insisté alors me v’la.

Le lieutenant voulait détendre l’atmosphère et semblerait que ça marche car la blondinette se fend d’un trait d’humour qui le fait rire un peu, du moins sourire mais les épaules solides du flic tréssaillent légèrement pour le trahir.

- Essaye d’embellir un peu ça alors tant que tu y es.

L’incartade entre le Chicanos et le Zetas était parti en couille sévère. Cette soirée commençait si bien pour se finir aux urgences. Quelle perte de temps. Et cette nana qu’il voulait ramener chez lui, pour le peu que ce soit une habituée du Redwood, allait lui tomber dessus à la prochaine visite, c’est sur. C’est ça de jouer les mufle et d’abandonner les dames sur un parking. Bah ! il a vu pire. Et plus Elena préparait son bazar, plus il se crispe. Le sérieux retombe dans la conversation, Jon tente le banal, la question qui paye pas de mine.

- Et sinon… Comment ça va depuis le temps ? J’pensais pas retomber sur toi dans un tel contexte.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________


Ain't born to lose, baby. I'm born to win
Ma FicheMes liensMes RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elena Dawson
Elena Dawson




Avatar : Margot Robbie
Statut Civil : Célibataire
Occupation : Infirmière des urgences
Age du perso : 27 ans
Copyright : PresleyCash(avatar)

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: Le temps des rancoeurs ★ ft Elena Lun 10 Déc - 19:50

Les années m'avaient fait oublié Jon. J'avais complètement oublié son existence et je dois dire que je m'en portais pas trop mal en fin de compte. Le revoir là ravivaient des sentiments douloureux et des souvenirs que j'aimerais effacé à tout jamais mais eux restent bien ancrés dans ma mémoire malheureusement. Quand je vois Jon, je me souviens de mes nombreuses querelles avec lui. Sans preuves, il ne pourrait incriminer personne et à l'heure d'aujourd'hui je le comprends tout à fait mais à l'époque j'étais entêtée et surtout tenace à l'idée de faire enfermer les ordures qui avaient mis fin à la vie de mon père et de mon frère Simon. Une partie de ma joie de vivre était partie en fumée avec la perte de ces deux êtres chers. Parfois, même si je culpabilises de le penser, j'aurais préféré que dans la voiture ce soit ma mère et ma soeur plutôt que Simon et papa... Je ne m'étais jamais trop entendu avec ma soeur et maman, mais comme on dit on ne choisit pas sa famille n'est ce pas et les meilleurs partent toujours trop tôt...

J'étais infirmière, il était là en tant que patient, je n'allais pas abandonner cet homme à son triste sort et demander à un autre soignant de le prendre en soins, je devais le faire et les rancoeurs qui m'habitaient étaient plus calmes qu'autrefois. Je vivais moins avec ce poids sur la conscience, je savais au plus profond de moi que Papa et Simon avaient trouvé la paix et je l'avais trouvé également en quelque sorte même si ces derniers temps c'était pas la folie folie. Nous étions gênés lui comme moi, j'aurais clairement préféré tomber sur quelqu'un d'autre en ouvrant le box, mais c'était comme ça et je devrais faire avec. Son arcade ne méritait que trois ou quatre points peut être, il serait vite dehors d'ici quelques minutes, une quinzaine tout au plus, j'allais survivre.
Alors que je me demande ce qu'il a foutu pour se retrouver amocher de la sorte ici, il m'explique et je prépare tout en l'écoutant. Je m'avance encore plus près pour lui tenir la tête de mes deux mains pour incliner celle-ci de telle sorte que je puisse mieux voir. Mettant mes lunettes sur le nez et la lumière pour bien voir où mettre les points, je réponds alors à mon interlocuteur

Et bien.. j'imagine que ce sera mon prochain patient après toi.


Je souris alors en prenant une piqûre, soit l'homme qu'il avait sans doute mis au tapis était tellement amoché que je le reverrais dans le box d'après ou alors il n'était pas assez stupide pour se ramener à l'hôpital pour se faire soigner. Quand un bandit ou un membre d'un gang est blessé en général ils ont des personnes de confiance pour les rafistoler sans pour autant ameuter les hôpitaux publics. Chaque gang avait une personne comme moi qui prodiguait les premiers secours comme je le faisais au clubhouse par exemple. L'aiguille que je pointe en direction du front du flic le crispe, je le sens bien. Avoir l'avantage sur lui en ce moment précis me fait plaisir.

Je t'anesthésies ou pas, sinon j'attaque direct, vu la largeur de la plaie, trois points suffisent amplement. Ca ira vite, tu pourras aller poursuivre les méchants rapidement.

Je lui fais un clin d'oeil pour détendre l'atmosphère également. L'ambiance est plutôt détendue et alors que je le regarde, je ne peux que rire à ses paroles.

Te rendre beau ça me paraît difficile, c'est d'un miracle dont tu as besoin cependant je peux essayer de ne pas t'enlaidir avec une balafre; C'est dans mes cordes. T'es prêt?

Dis-je en tenant l'aiguille et le fil. J'adorais faire des points, j'avais l'habitude, le flic ne devait pas s'inquiéter outre mesure, j'allais faire du bon travail, j'étais sereine, il devait juste se détendre. Alors que je commence le travail, je le vois crisper, je hoche la tête de gauche à droite en retenant un rire. Pour ne pas trop laisser de silence pesant, nous discutons de la façon la plus banale possible et cela me dérange pas au contraire.

Je vais bien comme ça peut aller, tu vois le genre? Après je travaille aux urgences, alors tôt ou tard, vu ton côté plutôt impulsif que je te connais, c'était pas une surprise de tomber un jour sur toi tu sais.. Sinon, disons que j'ai pas trop évolué depuis qu'on s'est vus la dernière fois. Toujours la même Elena.

Je hausse les épaules en soupirant légèrement.

Et toi?

_________________
    Change the world
    Ce que vous ne faites pas vous procurera les mêmes regrets que les erreurs que vous faites...
    (c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jon O'Laughlin
Jon O'Laughlin




Avatar : Jeremy Renner
Statut Civil : Célibataire
Occupation : S'en mettre plein les fouilles ?
Age du perso : 45 ans
Copyright : Babine

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: Le temps des rancoeurs ★ ft Elena Mar 11 Déc - 11:18


   


LE TEMPS DES RANCOEURS


Des mots, des paysages et aussi des visages peuvent faire ressortir les épisodes les plus douloureux d’une vie. Jon n’aurait jamais pensé un jour être ce genre d’épouvantail pour quelqu’un, du moins, pas comme ça. Bien sûr, il a du sang sur les mains, bien sûr, ses magouilles ont parfois eu des conséquences pas franchement jouasses mais rarement sur des innocents. Et là, pour une fois qu’il respectait la loi, le protocole, plus par obligation que par conviction, il faisait une malheureuse, une orpheline de père, une sœur sans un frère. Pour une fois où il faisait son job comme cela devait se faire, l’Irlandais était responsable de rancœurs tenaces, d’une douleur qui ne s’en irait sans doute jamais. Même après toutes ces années.

Pour la personne qui entrerait dans la pièce, ce ne serait pas très compliqué de sentir cette tension étrange que le passé commun remue. Une tension qui s’apaise de seconde en seconde, quand les deux protagonistes font un pas timide l’un vers l’autre. Jon pensait parfois à Simon, pensait au daron. Le Bostonien n’avait pas beaucoup d’amis, et quand ils en avaient, il fallait que ça se termine comme ça. Drôle de Karma. La sœur, il avait pu la côtoyer comme ça, il aurait voulu l’aider aussi, pour Simon. Peut-être que son ami aurait compris. Il ne le saura jamais.

- J’pense qu’il ira en chirurgie directement.

Dit il en riant, un peu con, histoire de se faire mousser un peu sans pour autant croire un traître mot de ce qu’il raconte. L’altercation a tourné en eau de boudin, c’est clair et si Jon peut encore être dans les parages quand celui qu’il a amoché se pointe, ça fera une pierre deux coups parce qu’il en avait pas terminé. De jours en jours, San Diego s’enfonce dans le chaos, la violence, la criminalité galopante et ce n’est jamais bon pour les affaires, encore moins quand les Fédéraux viendront pointer le bout de leur nez pour ramasser la merde. Les types comme lui, appartenant à la brigade anti-gang sont sur le qui-vive tout le temps, il ne faut pas compter sur les repos ou les RTT dans un tel contexte. Ca ne tient qu’à Jon et l’armée de ripoux qui n’assument pas, derrière lui, d’empêcher que tout s’effondre. Quitte à se retrouver sur le point de se faire torturer par une jolie infirmière cela dit en passant.

- Une anesthésie ? naaah ça va aller. J’en ai vu d’autres hein ! J’fais de la boxe depuis que je suis gosse, des mandales dans la gueule je connais. Ca explique un peu – Il désigne sa trogne- Enfin tu vois quoi.. Vas-y bourreau, fais ton office !

Il se laisse manipuler par l’infirmière, avec tout de même une certaine appréhension quand même, regardant du coin de l’œil, l’aiguille courbe qui s’approchait dangereusement de son œil. L’Irlandais se force à regarder ailleurs et rebondit à ses mots.

- Parait que les nanas aiment les balafres. Ca me gêne pas tu sais.

Puis Elena commence les points, il l’écoute et ça permet de le distraire de cette peur irrationnelle qui l’habite. Tout le monde peut bien avoir des phobies non ? bah lui c’est les aiguilles. Cela ne l’empêche pas de crisper ses mains à s’en pâlir les jointures sur le rebord.

- J’vais éviter de demander si t’es toujours si « passionnée » tant que t’as une aiguille dans la main alors. C’est la première fois que je te vois ici pourtant, c’est pas la première fois que je viens. Ca te va plutôt bien la blouse dis donc.

A sa question, le flic hausse un peu les épaules mais pas trop histoire de pas la gêner.

- Le temps passe et se ressemble. Encore une dizaine d’années comme ça et je pourrais prendre ma retraite et me barrer en Floride. Pendant ce temps… j’fais mon boulot comme je peux, je traîne du côté du Redwood comme d’habitude. La routine. Pas de femme, pas de gosses, je suis plutôt peinard. Si, j’ai un chat alors parfois faut bien que je rentre chez moi ?

A l’entendre parler comme ça, finalement sa vie est tout de même bien minable. C’est pas tout à fait faux. Le flic sous-entend de manière subtil qu’il est toujours en cheville avec les Irons, avec Crom surtout.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________


Ain't born to lose, baby. I'm born to win
Ma FicheMes liensMes RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elena Dawson
Elena Dawson




Avatar : Margot Robbie
Statut Civil : Célibataire
Occupation : Infirmière des urgences
Age du perso : 27 ans
Copyright : PresleyCash(avatar)

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: Le temps des rancoeurs ★ ft Elena Mar 11 Déc - 18:38

Aujourd'hui, je remarquais que l'homme que j'avais détesté au plus haut point pendant toutes ces années n'était qu'un homme qui faisait juste son job. Bien que la haine m'habitait toujours quelque part dans mon coeur, je le voyais autrement aujourd'hui. Peut être que j'avais mûri ou que j'acceptais davantage la mort de papa et Simon qui sait. Mais aujourd'hui bien que la tension était toujours présente entre nous deux, je n'allais pas lui en vouloir toute ma vie, de toute façon cela ne les ramèneraient pas à la vie malheureusement. Je ne pouvais pas le nier, ma douleur serait toujours présente et ce jusqu'à mon dernier souffle. J'aurais aimé pouvoir avoir mon père et Simon à mes côtés le plus longtemps sur le chemin de la vie mais ce n'était clairement pas possible.. Puis ce flic était là pour se faire recoudre l'arcade en vrac et pas pour que je lui hurle dessus comme je savais si bien le faire, il y a des années de cela. Le médecin avec lequel je bossais détestait les flics, cela le gonflait énormément de devoir réparer leur connerie et leurs blessures il préférait laisser ce travail aux petites infirmières comme il prenait plaisir à nous appeler... Lorsqu'on parla rapidement de celui qui lui avait fait ce chef d'oeuvre sur son visage, il se vanta que ce dernier était dans un piteux état comparé à l'irlandais. Je soupire en souriant.

Toi alors ! Je vois que la modestie t'habite toujours. Je te préviens que s'il atterrit ici pour se faire soigner tu le termines pas ! Tu dégages par où t'es rentré, je veux pas d'esclandre dans mon service !

Je connaissais que trop bien Jon et son coté impulsif c'était sans doute la raison pour laquelle j'avais dit ça. Je fixe le flic quelques instants avec un petit sourire en coin. Je disais ça plus pour plaisanter pour lui faire remarquer que malgré les années je le connaissais encore très bien plutôt que des menaces. Je n'aurais jamais pu être flic, étant grande gueule, je me serais fait tuer la première semaine d'exercice. Je n'aurais pas été faite pour ce métier et j'aurais foncé dans le tas. Mon côté infirmière m'assurait une place importante pour les frères de Simon et mon père. Je pouvais les soigner et c'est tout ce qu'il comptait. JE sais que je n'aurais pas eu cette même place si j'avais été une policière de San Diego et cela ne m'aurait pas plu de devoir incriminer les Irons ou quoi. La seule chose qui aurait été parfaite c'était de pouvoir casser la gueule aux mexicanos ça oui je m'en serais donnée à coeur joie. Lui ayant proposé une anesthésie, le flic refuse et joues les gros durs. Je lui réponds sur le ton de la plaisanterie

D'accord, mais si je commence, pleures pas ta mère ok? Je vais pas te torturer bien longtemps malheureusement.

Je tire la langue pour qu'il la voit. Je savais que l'avantage que j'avais actuellement n'était que de courte durée. Nous parlons de tout et rien, et l'échange est d'ailleurs assez calme, qui l'aurait cru? Je commence par rentrer l'aiguille dans la peau malmenée de cet homme. Je fais ça bien et essaies de tout faire pour que la cicatrice ne soit pas trop visible d'ici quelques temps. Premier point fait.

Hum, j'aime ça moi les balafres, ça fait plus viril !

Je fais une moue, en pensant aux irons qui étaient tous plus ou moins amochés de partout et je me rappelais que j'aimais ça. Je détestais les hommes trop propres sur eux, sans doute parce que j'avais trop l'habitude du milieu des bikers et leurs problèmes... Je vois ses mains se repliaient par crispation. Je m'arrête alors quelques secondes pour le détendre. Je dépose ma main libre sur l'une de ses mains comme toute bonne infirmière. Le toucher de soutien était assez apprécié par les patients en général même si Jon n'était pas un patient ordinaire.

Plus que deux points et j'ai terminé.


Je reprends alors le travail en entamant le deuxième point, toujours très concentrée, je ris alors à sa remarque.

J'ai eu de la chance que tu ne te sois pas blessé alors pendant mon service, c'est juste pas de chance pour aujourd'hui.

Je lui fais un clin d'oeil pour apaiser encore davantage les tensions. Ecoutant le récit de l'irlandais quant à sa vie, finalement rien a vraiment changé dans nos vies respectives. Je vois surtout qu'il est toujours assez lié au club, je grimace en l'écoutant, faisant mine de rien. Je termine le deuxième point. Plus qu'un.

Tu sais... j'ai pas d'enfant, pas de mari, pas de mec. Peut être que nous sommes pathétiques mais au moins voyons le bon côté des choses, on a pas de compte à rendre à quelqu'un ! Je suis bien avec mon chien moi ! Et je profite de la vie comme ça vient. Même si parfois il me manque un petit truc en plus. Comme tout le monde je pense. Allé souffle bourreau des coeurs, j'ai le dernier point à faire et après tu pourras aller jouer au gendarme et aux voleurs !

_________________
    Change the world
    Ce que vous ne faites pas vous procurera les mêmes regrets que les erreurs que vous faites...
    (c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jon O'Laughlin
Jon O'Laughlin




Avatar : Jeremy Renner
Statut Civil : Célibataire
Occupation : S'en mettre plein les fouilles ?
Age du perso : 45 ans
Copyright : Babine

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: Le temps des rancoeurs ★ ft Elena Dim 16 Déc - 15:40


   


LE TEMPS DES RANCOEURS


Il prit un air presque outré et gigote sur la table et c'était pas franchement une bonne idée, ça empêchait l'infirmière de faire son boulot.

- Nan mais pour qui tu me prends enfin ! Promis j'me tiens à carreau. Quelle autorité dis donc ! Ça me rendrait tout chose si tu pouvais pas me crever l’œil à tout moment.

Jon lui lançait un regard en biais malicieux avec un sourire en coin qui l'était tout autant. Cependant, Elena savait comment il fonctionnait, à l'instinct, à l'impulsivité et ce ne serait guère étonnant que Jon déclenche une nouvelle esclandre. Sauf que ce serait pas l'idée du siècle pour un lieutenant dont la hiérarchie voudrait se débarrasser depuis un bail. Ça lui pendait au nez depuis Boston mais ses résultats sont bien trop parlant pour se séparer d'un élément de cette « qualité » dans l'anti-gang. Ca pousse alors Jon a être deux fois plus impliqué, sur le pont et parfois carburer avec plus que du whisky dans le sang. Petit travers occasionnel que les années d'infiltration dans les différentes organisations criminelles de la côté Est ont contribué à créer.

- C'est vrai ? Ça te fait triper les balafres ? J'en aurais d'autres à te montrer si tu veux.

Son passé de Rangers envoyé sur des terrains de dictatures et de génocides tout comme son avenir de flic n'ont pas manque de lui laissé quelques souvenirs clairement gravé à même sa chair mais aussi son esprit. Un esprit loin d'être tranquille et ce n'est pas à cause de ses petites affaires de ripoux.

Finalement, les doigts de fée de la jeune femme faisaient des merveilles et au gré d'une discussion somme toute amicale teintée de rentre-dedans lourdingue de la part d'un lieutenant qui n'en pensait -presque- pas un mot (encore que...queue...), sa phobie tendait à se calmer pour que son Infirmière puisse finir son travail correctement et rapidement. Les urgences sont franchement pas une sinécure, même pour ceux qui avaient la foi comme Elena. L'irlandais le savait et la nuit n'est pas finie. San Diego s'enfonçait petit à petit dans le chaos et la criminalité galopante. Les médecins et le personnel soignant ne tarderaient pas à s'en rendre compte à leur tour, à moins que ce ne soit déjà fait. Le contact de sa main sur la sienne achève de chasser la peur irrationnelle qui s'était emparée de lui. Alors Elena peut terminer ses deux points qui lui rester et lui... repartirait sur le terrain.

Jon parlait toujours sans filtre mais paradoxalement, s'adapter à son interlocuteur. A l'époque de la mort de Simon et du daron peut-être que le lieutenant n'aurait jamais donné de détails quant à sa vie à une furie rongé par la haine et la tristesse insondable. Le temps a passé, n'a pas pansé les plaies mais apaisait les rancœurs. On passait à autre chose, on mûrissait, il y avait tellement d'autres personnes vers qui il fallait tourner son attention pour éviter de se retrouver avec un couteau dans le dos. L'instinct de Jon lui disait que cette fille là, n'en faisait plus franchement partie.

- Pathétique...hmm...p'têt bien. Mais comme tu le dis, pas de compte à rendre, pas d'obligation, de responsabilité si ce n'est envers toi-même. J'suppose qu'on doit être fait pour ça, pour une telle vie et qu'on ne supporterait pas une autre personne pour la partager. Ça finirait en baston H24. AH ! Tu parles ! J'ai une tonne de paperasse à faire après un interrogatoire.

Dernier point et le voilà libéré de cette corvée. L'Irlandais sauterait presque de la table, cligne deux ou trois fois des yeux et grimace à sentir les points tirer un peu. Pendant que sa soigneuse termine son œuvre, il la regardait en coin.

- T'es de garde cette nuit ? Au cas où j'me ferais encore amocher ? Histoire de pas tomber sur un infirmier avec de grosses paluches caleuses.


Comment ça, récolte d'information dans le feutré ? Pas du tout !

© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________


Ain't born to lose, baby. I'm born to win
Ma FicheMes liensMes RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elena Dawson
Elena Dawson




Avatar : Margot Robbie
Statut Civil : Célibataire
Occupation : Infirmière des urgences
Age du perso : 27 ans
Copyright : PresleyCash(avatar)

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: Le temps des rancoeurs ★ ft Elena Ven 21 Déc - 18:11

Je me rappelle de l'homme qu'il était quand Simon était encore en vie. Je l'aimais bien cet irlandais avec son accent craquant. Simon l'appréciait énormément. Simon ne se laissait pas approcher de grand monde, mais à part les Irons, ses proches se comptaient sur les doigts d'une seule main. Jon était quelqu'un que mon frère adorait et j'avais appris à le connaître. A sa mort, tout était différent, j'avais appris à haïr l'ami de mon frère. Cette pourriture qui bougeait pas le petit doigt pour essayer de venger la mort de son pote. "Les protocoles doivent être respectés sans preuve, nous ne pouvons rien faire Elena..." voilà ce qu'il me radotait quand je venais le voir pour réclamer justice. Je connaissais aussi Jon et ses façons peu légales de régler des affaires... J'avais l'impression que la mort de Simon ne l'affectait pas tant que ça et que mon frère était de l'histoire ancienne. Et bien pas pour moi.. Mon frère me manquait et mon père aussi. Je savais que j'étais protégée et en sécurité avec le reste des Irons, ils étaient ma famille mais mon sang me manquait.

Je te prends pour un impulsif avec ton ego mal placé, je sais que tu aimes cogner, ça fait pas dix minutes qu'on se connaît dois-je te rappeler?

Je roule des yeux amusée par la réflexion du flic. Un jour à force de foncer dans le tas avec une grande gueule comme la sienne, il sera sans doute destitué de ses fonctions, j'en suis persuadée. Il fallait qu'il se maîtrise. Alors qu'on parle de balafres, il est vrai que je trouve cela plus que séduisant chez un homme. La plupart des hommes que je connaissais, mes proches avaient des cicatrices qui en disaient long sur leur vie, et ce qui leur était arrivé au cours de leur existence. Pour ma part, je n'avais qu'une cicatrice peu visible au visage, signe que j'avais pris une gifle un peu trop violente par une gonzesse avec la jalousie mal placée. Le revers de sa main remplie de bagues m'avait fragilisé mon petit visage. Deux points de suture résultés de cet affront qui remonte à quelques années maintenant.

Ah oui tu en as d'autres? Et où?


Dis-je en haussant un peu les sourcils, l'air intéressé. Nous étions en train de jouer et je devais avouer que j'aimais bien ça. Jouer au chat et à la souris était un peu mon sport favori avec les garçons. Je savais que peu de filles étaient dans mon cas, et j'étais beaucoup critiquée mais je m'en tapais le coquillard.

Je crois que je préfère être seule que de devoir justifier à mon petit ami que j'ai été déjeuner avec un collègue de travail ou qu'un mec m'a filé son numéro dans la rue.. Non une vie de couple, trop peu pour moi. Peut être qu'en vieillissant davantage, je changerais d'avis mais ma vie délurée me convient bien. Heureusement que Simon n'est pas là sinon je m'en prendrais de ces roustes je te dis pas.

Je ris alors en pensant aux sermons que pourrait me faire mon frère. Lui qui voulait que je sois parfaite et respectueuse et que j'ai un bon époux en dehors de ses "frères" comme il aimait les appeler. Cela faisait longtemps que je n'avais pas ris surtout en parlant de Simon. Cela faisait du bien de parler de lui sans me mettre à pleurer dès les premiers mots prononcés. Finissant mon travail, j'admire ce que je viens de faire et le voilà libre comme l'air. Notre échange aura été de courte durée mais je suis quand même ravie de cette entrevue. Je dépose un pansement au niveau de sa blessure.

Nop, je finis bientôt mon service mais si t'as besoin t'as toujours mon numéro?

Je lui fais un clin d'oeil en posant mes mains sur chacune de ses épaules par instinct sans doute.

Tâches de limiter la casse, je n'aimerais pas que t'abîmes mon oeuvre Jon. Dans dix jours tu m'appelles je passerais t'enlever les points, soit chez moi soit au club ou au commissariat tu choisiras, sinon t'attendras encore une heure ici. Au choix.

Je hausse les épaules avant de me rendre compte de ce rapprochement physique. Je recule d'un pas avant de me retourner dos à lui pour nettoyer ma paillasse. Jetant tout je pars vers le lavabo derrière lui pour me laver les mains.

Alors ces balafres? Elles sont où?

Je me retourne, le brancard nous sépare mais je lui tire la langue pour le taquiner.

_________________
    Change the world
    Ce que vous ne faites pas vous procurera les mêmes regrets que les erreurs que vous faites...
    (c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jon O'Laughlin
Jon O'Laughlin




Avatar : Jeremy Renner
Statut Civil : Célibataire
Occupation : S'en mettre plein les fouilles ?
Age du perso : 45 ans
Copyright : Babine

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: Le temps des rancoeurs ★ ft Elena Sam 22 Déc - 17:09


   


LE TEMPS DES RANCOEURS


- Mon daron disait "Ní fearr dúinn freastal níos fearr ná sinn féin". On est jamais mieux servi que par soi-même. J'pourrais le faire graver sur ma pierre tombale tiens.

Le constat quant à leur vie ou plutôt leur train de vie pourrait sembler bien triste mais Jon s'en contente et ça lui va plutôt bien. A son âge on serait déjà marié depuis des années, avec des gosses, un pavillon en banlieue et un chien. Le genre parfait de vie qu'il ne peut pas vivre et qu'il ne veut pas vivre. En vieux célibataire indécrottable, il a gardé sa liberté et il y tient peut-être plus qu'à la vie. Cette même liberté qu'il prend pour faire son boulot comme pour diriger sa vie privée, elle est la constante qui régit sa présence en ce bas-monde.

Nihiliste sur les bords, Jon profite à fond de ce que tout ça peut lui apporter, parce qu'il est bien placé pour savoir que demain tout peut s'arrêter. Comme ça, d'un coup, sans prévenir. Demain comme en sortant de cet hôpital d'ailleurs. La vie est trop courte et lui paraîtrait bien ennuyeuse si il devait suivre le cadre imposé, les mœurs de cette société aussi hypocrite que le reste. Il reste lui et c'est le principal. Lui, le flic véreux, bagarreur, impulsif avec ses propres choix, ses propres objectifs que lui seul connait. A la fois, franc et aussi secret, cachant sa trop grande part d'ombre. Trop dangereuse, trop épaisse pour être percée, mise à nue, découverte. Il mourra avec, d'une manière ou d'une autre.

- Naaah... Tu passerais un sale quart d'heure sur le coup mais il était assez clairvoyant pour se rendre compte que si cette vie là te plaisait, alors c'était le principal. Tu crois pas ?

Le souvenir de Simon, de cette étrange manière d'être droit dans ses bottes, avec sa morale bien à lui fit aussi sourire le flic quand Elena arbore le sujet. Un gosse qu'il a toujours pensé avoir sa place ailleurs que chez les Irons. Brillant, intelligent, avec ses travers bien sûr mais il avait quelque chose pour lui qu'il n'a jamais revu chez les autres du MC. Quelque chose de spécial. Si Jon ne parlait jamais de lui, à qui que ce soit - à qui de toute manière- Ce n'est pas pour autant qu'il l'avait oublié. Au contraire. L'Irlandais à peu d'ami, il les compte sur les doigts d'une main mais il leur est loyal jusqu'à la mort. Hélas, c'était Simon et le daron qui étaient partis les premiers.

- J'dois encore l'avoir ouais. Dix jour ! pas avant ??  Merde t'es dure en affaires.. Chez toi, ça me va hein...

Proximité inattendue mais vite brisée par l'infirmière qui remet tout en ordre ici. Il avait presque soufflé les derniers mots sur le ton de la confidence. Puis l'ambiance dévie un peu, étrange même parce que même Jon n'aurait pas pensé une seconde que la blondinette marcherait dans sa combine. Qu'elle y mettrait même les deux pieds. Cependant, le flic ne se démonte pas, au contraire. Il n'avait pas oublié qu'elle l'avait taquiné sur ses blessures quelques minutes auparavant.

L'Irlandais l'avait prit de court le temps qu'elle nettoie tout son attirail de torture. Tant pis ce que les collègues de l'extérieur pourraient voir à travers les stores entre-ouverts. Quand Elena se tourne, c'est pour voir un quarantenaire torse nu, la peau légèrement hâlée qui n'a rien d'Irlandaise pour le coup, entretenu et athlétique sans pour autant être blindé de muscles atrophiés. Et les cicatrices en question, vestige d'Albanie, de Yougoslavie, d'Haïti, de baston de rues. Une en particulière ressortait sur l'abdomen, vestige d'un large coup de couteau qui aurait pu l'éventrer. Un tatouage courait en lettrage sur son flanc : Tada Gan Iarracht qui signifiait "Rien sans effort" en gaélique.

- Elles sont là, darlin' !

Dit il en riant, écartant les bras.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________


Ain't born to lose, baby. I'm born to win
Ma FicheMes liensMes RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elena Dawson
Elena Dawson




Avatar : Margot Robbie
Statut Civil : Célibataire
Occupation : Infirmière des urgences
Age du perso : 27 ans
Copyright : PresleyCash(avatar)

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: Le temps des rancoeurs ★ ft Elena Lun 21 Jan - 20:52

Lorsque je l'entendais parler une langue étrangère, je trouvais cela terriblement sexy. Bizarrement, contre toute attente, alors que la haine s'était envolée, je le trouvais séduisant. Jon était un bel homme quand on oubliait les rancoeurs que j'avais à son égard. C'était un sentiment étrange. Peut être parce que je ne l'avais pas vu depuis longtemps, avait-il changé depuis que nous nous étions vus? Non... enfin à part peut être une ou deux cicatrices en plus dorénavant.

Et moi me le faire tatouer c'est certain !


Je ris légèrement à sa dernière phrase. Il n'avait pas tord. Je n'avais plus de père, plus de frère, ma mère me haïssait et ma petite soeur préférait vivre sa vie en ne m'incluant pas dedans plutôt que d'avoir une relation normale entre soeurs.. J'en souffrais pas. Je souffrais de l'absence de Simon surtout. Voir Jon me rappelait de vifs souvenirs de mon grand frère. Il me manquait terriblement, heureusement que j'avais les Irons, ils étaient là pour moi à chaque fois que j'en avais besoin et puis j'avais ma meilleure amie qui était ma personne ressource. J'étais très bien entourée même si côté famille ça craignait un max. Nous avions une vie différente et pourtant incroyablement similaire. Nous refusions de nous en remettre au cadre imposé par la société. Je n'étais pas non plus mariée, ni en phase de l'être ni même en couple et encore moins enceinte ou maman. Mais j'emmerdais tout ceux qui me dictaient quoi faire de ma vie. Je ne me plaignais pas du train de vie que j'avais. J'aimais bien ne pas avoir de compte à rendre à un homme, d'être indépendante et de ne pas calculer mes faits et gestes dans l'angoisse de me dire si telle ou telle action serait malvenue.. J'aimais ma vie actuellement même si parfois j'aimerais avoir quelqu'un lorsque je rentre le soir et pouvoir me lover dans ses bras comme dans les films romantiques sur Netflix que je regarde pour m'endormir chaque soir.

Simon était du style à gueuler un bon coup et après coup, comprendre mes choix, je pense qu'il aurait sans doute compris à force ouais !


Je souris, un peu émue de repenser au frère que je n'ai plus. Je sais que Preston ou Knox font office de.. Mais ce n'est clairement pas pareil malheureusement. Simon avait sa façon bien à lui de faire la morale à ce qui respectait pas les règles ou qui n'étaient pas en adéquation avec les valeurs du club par exemple, sa morale à la con qui me faisait toujours râler au point de ne plus lui parler pendant quelques jours me manquait beaucoup malgré tout. Simon était un frère et un fils exemplaire et surtout un Iron dévoué. Je regarde le flic en face de moi qui ne me renvoie plus autant de dégout et de haine qu'autrefois par miracle. J'ai sans doute mûri depuis ce moment là. Je l'informais de garder les points dix jours.

On fera ça chez moi alors si t'es ok, et fais pas le con jusque là, j'ai pas envie de te recoudre !


Je fais une mine un peu ronchon et souris ensuite. Lorsque je le découvre torse nu, je suis un peu surprise mais je découvre sa plastique qui n'est pas dégueu à regarder. Je vais vers la vitre et ferme les stores pour éviter tout regard rempli de curiosité. Je retourne vers lui pleine de malice et admire ses cicatrices.

Et bien, elles sont nombreuses dis donc!


Je les touche une par une, parcourant son torse de mes mains comme ci tout cela était naturel alors que c'était tout sauf normal. Je le regarde ensuite sans rien dire. Attendant sans doute une réaction de sa part. J'enlève mes mains, cassant ce lien de proximité. Un peu mal à l'aise par la situation.


_________________
    Change the world
    Ce que vous ne faites pas vous procurera les mêmes regrets que les erreurs que vous faites...
    (c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jon O'Laughlin
Jon O'Laughlin




Avatar : Jeremy Renner
Statut Civil : Célibataire
Occupation : S'en mettre plein les fouilles ?
Age du perso : 45 ans
Copyright : Babine

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: Le temps des rancoeurs ★ ft Elena Mer 23 Jan - 21:15


   


LE TEMPS DES RANCOEURS


- Ok, ok chez toi alors. Je parlais des points hein ! Va pas t’imaginer des choses.

Dit il en souriant en coin. Bien sûr que le sous-entendu n’allait pas être très fins mais au point où ils en sont dans le « jeu ».

Cicatrices, tatouages aussi, Jon avait son lot de signes particuliers qui ne seront pas bien évident à effacer. Au moins, si l’on retrouve son cadavre quelque part, on saura qui il est. Et encore, pas sur. L’ambiance passait de la rancoeur, aux souvenirs douloureux mais tendres, puis à quelques choses de plus lourd et capiteux. Pour être honnête O’Laughlin n’avait rien prévu de tout ça. Absolument rien. Mais il faut dire tout de même que l’infirmière de ce soir était sacrément séduisante pour rester poli. Alors quand elle se lance dans les petites provocations et le flirt, ce gros bourrin met les deux pieds dedans. L’Irlandais n’est pas du genre finaud avec les dames. Après tout, il n’a jamais été longtemps en couple.

Des histoires il en a eu, des liaisons aussi mais sans franchement réveiller des sentiments profonds. La plupart du temps, c’était pour le « fun » des deux côtés et on s’arrêtait là, c’était très bien. A presque cinquante piges dans quelques années, il est temps qu’il se case mais le flic n’en a pas réellement envie, ni l’opportunité aussi d’ailleurs. Ce n’est pas dans ce monde qu’il arpente qu’il allait trouver « le grand amour » même si il n’y croyait pas un broc. Du moins, une nana avec assez de poigne pour composer avec son caractère de cochon, qui peut-être changerait sa vision nihiliste de la vie. Avoir un gosse, son temps est passé puis franchement, il le sait, ce ne serait pas le père idéal. En ça, les deux anciens ennemis se ressemblaient, c’était presque flagrant.

Elena vient fermer le store derrière lui ce qui plonge la petite pièce dans une semi-pénombre. Allez savoir jusque où tout ce petit manège allait bien se terminer. Parce que quand on connait Jon un tant soit peu, il est du genre opportuniste, à saisir toutes les occasions et ce, dans tous les domaines. Même celui qui se présenterait là. Après tout, les deux sont sur une même longueur d’onde, elle est plutôt jolie et l’Irlandais ne semble pas lui faire éprouver de dégoût, c’est un bon point non ? Ce à quoi il ne s’attendait pas réellement, c’est de sentir les doigts de la blonde qui couraient sur les moindres cicatrices qu’il portait sur le torse. Au gré de sa découverte, Jon lui disait à quoi elles étaient dû.

- Celle là date de quand j’était à l’armée. A Haïti c’est pas la kalash qui mène la danse, mais plutôt la machette rouillée tu vois ?

Elle en vint à la plus imposante, celle qui pourrait rebuter plus qu’autre chose ou alors, attise la curiosité des « dames » qu’il peut bien ramener chez lui. A chacune, il balance un bobard à la con mais pour Elena, Jon se montre au moins honnête.

- Un coup de couteau qui m’a presque éventré. A Boston. C’est après ça que je suis parti…

Souffle t’il d’une voix lourde, du bout des doigts qui viennent effleurer le derme délicat d’une joue pâle. Le flic croise le regard de l’infirmière, puis se tourne vers la porte close mais pas fermée à clé. L’expression, la question ou l’idée qui lui traverse l’esprit pourrait sembler équivoque pour son interlocutrice. Mais la jeune femme se recule un peu et il sourit, contrit. Il a compris.

- J’vais arrêter de monopoliser ton temps. Même si ça me plaisait plutôt bien.

Il cherchait son t-shirt des yeux. Trop de malaise, de gêne, le poids du passé qui peut être un frein même pour les esprits les plus libres. La liberté… c’est surfait.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________


Ain't born to lose, baby. I'm born to win
Ma FicheMes liensMes RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elena Dawson
Elena Dawson




Avatar : Margot Robbie
Statut Civil : Célibataire
Occupation : Infirmière des urgences
Age du perso : 27 ans
Copyright : PresleyCash(avatar)

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: Le temps des rancoeurs ★ ft Elena Dim 10 Fév - 23:31

La façon qu'il avait d'être taquin me faisait rire, à sa phrase je roule des yeux en soupirant.

Tu me fatigues Jon. Inutile de continuer comme ça, je sais bien que je te plais, mais il n'y aura jamais rien mon vieux !


Dis-je pour rire. Je voulais le taquiner aussi, à voir mes mimiques, il n'était pas difficile de voir mon humour. Je remets en place quelques mèches de cheveux. Inutile qu'il revienne ici à attendre pendant des heures alors que je pouvais le faire chez moi rapidement. Il n'y avait aucun sous entendu ou quelque chose de sexuel. Je voulais simplement l'aider sans arrière pensée. Cependant nous étions dans un espèce de jeu qui laissait place à la séduction plutôt qu'une relation soignant-soigné. En commençant ma journée, j'étais loin de me douter de voir Jon. Travailler aux urgences surtout ici me faisait rencontrer des personnes mais surtout revoir d'anciennes têtes que j'avais oubliées. Jon en faisait partie, je l'avais casé dans une partie de ma tête pour éviter de penser à Simon. Mon père me manquait aussi énormément mais j'avais surtout grandi avec mon frère. Son absence m'affectait. J'allais pourtant de l'avant, pas la peine de ressasser le passé, à quoi bon. Ma haine envers Jon contre toute attente s'était plutôt pas mal estompée, je ne pouvais pas dire que je l'appréciais grandement mais j'avais assez évolué pour tourner la page. En vouloir à quelqu'un demande beaucoup trop d'énergie et j'en avais besoin pour d'autres choses.

Fermer les stores m'amusait, je ne savais pas jusqu'où tout ce petit manège irait mais j'avais envie de pousser le truc encore plus loin. J'étais très joueuse et je poussais toujours le truc assez loin pour tester mon adversaire. Le gars que j'avais connu plus jeune n'avait plus l'air d'exister quand je plongeais mon regard dans les yeux de mon patient. Jon avait l'air d'un autre homme quand il était là sur ce brancard. Je n'imaginais pas forcément un flic qui traquait les malfaiteurs, les dealers ou meurtriers, je voyais là un homme vulnérable qui était blessé par quelqu'un. Moi qui pensais que Jon était invincible, toutes les cicatrices qu'il me dévoilait prouvaient le contraire, bien qu'il soit assez dur à cuire pour être toujours debout malgré tout. Cet homme m'avait toujours intrigué et continuait de le faire encore aujourd'hui. Toucher ses cicatrices était comme un instinct. Chaque relief sur sa peau en disait long sur ses quarante et quelques années de vie. Tout était naturel, je regarde Jon en souriant, acquiesçant à chaque histoire. Haïti, j'avais failli m'y rendre en humanitaire lors de mes études mais finalement je n'avais pas pu m'y rendre. L'espace d'un instant, lorsque j'entends "rouillée" cela me fait de suite activer ma démarche infirmière mais je reste silencieuse en souriant. Cependant, je fronce les sourcils lorsque qu'il m'explique les raisons de sa cicatrice la plus imposante. Je soupire en reculant. Je ne sais pas ce que dont j'ai envie présentement mais en me reculant, mettant un terme à notre proximité, je regarde dans sa direction. Trop de tension dans ce box, je ne sais pas si c'est très raisonnable de sauter sur ma proie mais après tout, je suis comme je suis, dois-je refouler ma réputation? Oui, j'aime m'envoyer en l'air avec des hommes sans penser au lendemain et surtout sans me mettre en couple avec l'un d'eux. Alors qu'il cherche son haut partout, je le récupère dans mes mains en tournant le verrou à la porte. Je mords ma lèvre inférieure en m'approchant de lui telle une lionne arrivant à pas feutré vers sa proie, je tends son haut au policier.

C'est ça que tu cherches O'Laughlin?


Je lui jettes au visage avant de m'approcher et de tenir son visage entre mes mains. Je me penche pour écraser mes lèvres contre les siennes. J'avais tant envie de le faire du temps où mon frère aîné était encore là. Je mets fin à ce baiser en mettant ma main sur mes lèvres, un peu gênée par l'impulsion.

Je suis désolée, je n'aurais pas du...

_________________
    Change the world
    Ce que vous ne faites pas vous procurera les mêmes regrets que les erreurs que vous faites...
    (c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jon O'Laughlin
Jon O'Laughlin




Avatar : Jeremy Renner
Statut Civil : Célibataire
Occupation : S'en mettre plein les fouilles ?
Age du perso : 45 ans
Copyright : Babine

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: Le temps des rancoeurs ★ ft Elena Mer 13 Fév - 18:25


   


LE TEMPS DES RANCOEURS


C’est drôle, peut-être même carrément bizarre que de voir que toutes les peines et les rancoeurs semblaient s’envoler comme elles étaient venues. On ne pouvait pas faire abstraction des souvenirs qu’une personne pouvait faire émerger à une autre mais les sentiments négatifs, finalement passaient un peu avec le temps, la maturité aussi. Enfin en quelque sorte. Parler de maturité avec Jon c’est un peu surfait même à son âge. Pendant qu’il faisait un peu toute la retrospective de sa vie de flic et de celle d’avant, l’Irlandais n’avait pas manqué de voir l’intérêt particulier que la jeune femme portait alors non pas à ses mots, mais aux balafres qui émaillaient sa peau légèrement mât. Y’a pas grand chose d’Irlandais là dedans quand on y pense. En tout cas, observateur, le flic sourit en coin à la voir se crisper en lui racontant Haïti.

- T’en fais pas madame l’infirmière, je suis vacciné contre le tétanos sinon je serais calanché depuis longtemps. J’suis un coriace.

Un peu de légèreté avant qu’un petit malaise ne s’installe. C’était bizarre, inattendu mais quand on joue de cette manière avec un personne qui met les deux pieds dedans et de bon coeur qui plus est, il ne faut pas s’étonne des conséquences. Et O’Laughlin est un joueur, un parieur, c’est bien connu. Ca lui jouera des tours mais finalement, c’est ce qui met un peu de piquant dans sa vie de loser pathétique. Tandis qu’il cherchait son t-shirt, le flic se redressait et se figea en entendant le cliquetis de la serrure du box. Jon se tourne alors vers l’entrée, barrée par une Elena qui a sacrément changé d’attitude en trois quart de seconde. Il ne l’avait jamais connu ainsi mais faut dire que c’est sacrément comment dire… plaisant. Ah pas qu’un peu même. Il avise son maillot que la blondinette tenait dans ses mains mais c’était plutôt son regard prédatrice qui attisait son attention soudainement.

- Oh bah dis donc ! Tu l’as retrouvé hein ? Mais madame, me regardez pas comme ça enfin !


Fit il faussement innocent, un peu idiot sur les bords, crétin au milieu. Mais O’Laughlin n’est pas né de la dernière pluie surtout dans le domaine et tout s’enchaine comme il n’aurait pas osé l’imaginer. Ou si, quand même un peu, quand le maillot avait quitté ses épaules. La diversion en tout cas est efficace car voilà une superbe blonde même en « pyjama » d’infirmière qui lui colle un baiser d’enfer. Son ventre se tord d’un soudain plaisir, franchement il n’y aurait pas d’autres émotions qui vous prendraient à cet instant. Puis c’est l’hésitation qui s’empare de Elena, alors Jon la repousse contre la table là où il était assit quelques minutes plus tard à faire la flippette.

- Bien sûr que si et t’as bien fais.

L’Irlandais laisse tomber son t-shirt par terre et cette fois, c’est lui qui revient à la charge, passant déjà ses paumes chaudes et caleuses sous le haut de la donzelle.

- J’te l’ai dis, fallait pas me regarder comme ça. Dis moi que t’en a pas envie et je décampe direct sans demander mon reste.

Souffle t’il contre la gorge pâle.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________


Ain't born to lose, baby. I'm born to win
Ma FicheMes liensMes RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé






En savoir plus ?


MessageSujet: Re: Le temps des rancoeurs ★ ft Elena

Revenir en haut Aller en bas

Le temps des rancoeurs ★ ft Elena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Arrêter le temps...
» Lit sa si t'a du temps a perdre mon chou =D
» Le sablier du temps...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Californication :: San Diego :: Northeastern San Diego :: Scripps Mercy Hospital-