AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

I'm not obsessed just impolite ft Avery

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Caleb Clarke
avatar




Avatar : Shiloh Fernandez
Age du perso : 30
Copyright : @desrosesnoire/vava @astra/sign

En savoir plus ?


MessageSujet: I'm not obsessed just impolite ft Avery Sam 5 Jan - 19:54



I'm not obsessed just impolite
Personne ne me connaissant pourrait croire que nouvel arrivant dans une ville, je fasse le tour des musés et des monuments historiques. Non personne. Si certains on besoin de savoir où on fait le meilleur café, je préfère savoir où coule la meilleur bière et où on peux voir les femmes les plus jolies se déhancher. Bon ok, ici elles étaient payés pour ça mais ça n’empêchait pas d'apprécier leurs courbes. Au contraire, ça serait impoli de ne pas les mater comme il se doit. Dés les premiers pas dans le bar, je savais que Mikhaïl ne s'était pas foutu de ma gueule, il avait très bon goût, je ne pouvais en douter. Je m'approche du comptoir, je sais que de toute façon, à l'inverse du russe j'allais pas pouvoir faire péter la bouteille de champagne dans le coin vip et aurait pas assez de tune pour la faire couler sur les fesses de danseuses. Putain d'héritage bloqué de merde qui laisse le cul de belles femmes désespérément secs. Tragique ! Il fallait que je boive pour oublier ça.

Je commande un verre auprès d'une jolie petite brune dont les seins semblent prêt pour le grand voyage et veuillent s’échapper de son corsage . Soyons honnête ça ne serait pas pour me déplaire . Elle revient, continue d'agiter ses atouts devant moi et d'autre. Comme une charmeuse de serpents elle espère bien capter l'intention de ses spectateurs, leur faire espérer plus. Moi ou un autre, peu lui importait tant que le pourboire soit en rapport avec la circonférences de ses obus. Et ce n'est pas parce qu'on sait que les dès sont truqués, qu'on joue pour des jetons en plastique qu'on ne peux pas apprécier la croupe de la croupière quand de toute façon on ne mise rien d'important . Assurément je vais devoir ramener Finn ici, même si cela voudrait dire l’empêcher d'aller se prendre lui aussi pour une danseuse sur le bar. Rien que l'idée me fait rire tout seul et je me détourne de la serveuse pour jeter un œil curieux sur le reste de l'assistance. Des faces ou des fesses attirent parfois mon attention plus de cinq secondes avant de passer au suivant. Je suis un peu comme un gamin dans un magasin de jouet sauf qu'on touche pas comme on va me le rappeler assez vite puisque j'étends mon bras pour rattraper celui d'une serveuse avant même d'y penser.   « Hé on regarde avec les yeux » Ma si charmante barmaid était devenu beaucoup moins agréable en appelant la sécurité. Je relâcha ma prise tout aussi vite mais gardais mon attention sur Avery.

Une longue histoire, oui , une longue pour moi ou même pour elle à l'époque puisqu'on avait passé quelques semaines à s'amuser ensemble. J'avais suivis un petit moment les dates et les villes du groupe de son père. Parce qu'il fallait que je bouge pour pas être dans les pattes de mon propre paternel pendant sa campagne électorale que le con avait perdu à cette époque en plus. Et puis on avait trouvé de bons moyen de nous occuper avec Avery pendant les entractes dans les loges , sur la piste pendant que les autres regardaient ailleurs ou alors dans les chambres d’hôtel luxueuses que je pouvais encore m'offrir. Avec ironie, elle, je la regardais dans les yeux . Non pas que le reste n'était pas follement affriolant, mais juste car la surprise était plus présente que mon envie de juste me rincer l’œil. « Mademoiselle Avery... vous ici? » J'avais un petit sourire en coin en lui adressant la parole pour le première fois depuis des années. Sourire qui s'effaça quand un malabar attrapa et bloqua mes bras dans mon dos. « Bordel, je l'ai lâché, j'allais pas lui voler son string, calmes toi, je la connais ! » Je cherchais une sorte d'aide dans les yeux de la belle blonde. Si elle se rappelait pas de moi, j'aurais fait l'aller et le retour le plus rapide de toute l'histoire du Seven. Pire qu'un puceau pour sa première fois !
AVENGEDINCHAINS

_________________
astra; bb — i have galaxies hidden between my bones and i will love you until the stars burn out. ;; @unknow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Avery St John
avatar




Avatar : Josephine Skiver
Statut Civil : Célibataire
Occupation : Serveuse / Barmaid au Seven
Age du perso : 23 ans ( 20/12/95 )
Copyright : Avatar: Me & signature : KurtW

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: I'm not obsessed just impolite ft Avery Dim 13 Jan - 22:09


I'm not obsessed just impolite - Caleb & Avery
Comme tous les soirs, j’étais au Seven ! J’avais enfilé, comme à mon habitude, des vêtements plus de subjectifs, mais n’est-ce pas mon métier de faire rêver ? Un petit short, plus court que ça, tu peux pas sinon ça en deviendrait totalement indécent. Un haut noir, en toile transparente où il est écrit Pink dessus et sous le dessous un soutien en dentelle noire. Et à mes pieds, mes éternelles converses seuls vestiges de mon look original ! Plus tôt dans la soirée, j’ai même offert mon nombril, allongée sur le bar pour que certains hommes viennent boire à même ma peau dorée. Ils ont pu avoir la chance d’humer ma crème pour le corps à la framboise. Tout du long de la soirée, j’ai aguicher l’un ou l’autre client. J’ai flirter avec une jeune femme qui semblait apprécier la vue quand je m'accoudais face à elle sur le comptoir. J’ai dansé un peu sur le comptoir et surtout j’ai fait mon boulot. Un boulot pour lequel je me découvre de plus en plus un sacré talent. Et je le dois à ma délicieuse patronne, femme de caractère et de charme qui a su me donner ma chance alors que j’étais au fond du trou. Qui m’a tellement bien fait confiance qu’elle m’a nommée gérante du lieu et m’a proposé une fameuse augmentation. Une femme qui est devenue à la longue mon amie la plus proche.

Alors que je reviens de la réserve où j’ai été cherché une caisse de bouteilles de rhum pour les cocktails, je vois les videurs arrivés d’un pas décidé vers le comptoir. Je regarde et je remarque un homme et de dos, je ne sais pas, il a quelque chose de familier. Je ne parle même pas d’une de nos barmaid qui semble râler. J’arrive au bar, je dépose la lourde caisse et son regard, dès qu’il l’ancre au mien me fait tilt. Je n’aurais pas pu l’oublier ! On a passer des moments que je pourrais qualifier d’inoubliables. Roh il ne le sait toujours pas mais il a été mon premier gars. Le premier avec qui j’ai couché, dans une loge où mon paternel et ses potes auraient pu rentrer à tout moment. Mais je voulais tellement passer pour intéressante et importante. Il faut dire que je n’avais que 16 ans à l’époque, une gamine qui avait craqué sur le beau bad boy. Une envie irrépressible d’être celle qui l’intéressait. Mais aussi celui qui m’a montré que l’amour de la peau et du plaisir charnel était très important. Il m’a appris tellement de choses que vous comprendrez bien pourquoi je ne l’ai pas oublié.

Mademoiselle Avery ! Donc lui aussi se souvient de moi. Flatteur, je dois bien l’avouer, vu le succès qu’il avait, autant féminin que masculin, je n’aurais jamais imaginé avoir eu un tant soit peu d’importance pour lui. Je me mordille la lèvre inférieure alors qu’il me supplie presque du regard de l’aider à s’en sortir. Je regarde alors les deux malabars et je leurs demande « Vous pouvez lâcher mon ami. Je vous appellerai si il ne se fait pas pardonner comme il faut d’autant d’années sans me donner de nouvelles ! » Les deux sourient et finissent par le lâcher, mais pas sans avoir envie de lui en coller une. Je les connais, ils sont pas méchants tous les deux, mais n’aiment pas qu’on ennuie les filles ici. Et alors qu’ils s’en vont, je prends un verre que je rempli du  whisky qu’il avait l’habitude de prendre quand on passait du temps ensemble. Puis je passe par dessus le bois du comptoir, en m’appuyant contre celui ci et je viens l’embrasser. Un furtif baiser pour lui dire bonjour à ma manière. Puis je reviens à ma place. Je ne lui en veux pas de ne pas avoir donner de nouvelles, dans un sens, je ne sais même plus lequel des deux a pris ses distances, je crois surtout que c’était le moment. Je lui fais un clin d’oeil et je vais servir deux trois autres habitués, même que l’un d’entre eux me demande si il pourrait avoir lui aussi un tel salut quand il passe le pas de sa porte. Sur ce je lui réponds, du tac au tac « Oh mais il faut le mériter ! » je conclue ma phrase par un clin d’oeil alors qu’il me glisse un bon pourboire dans la main. Je sourie alors que ma tête pense, enfoiré ! Je reviens auprès de Caleb juste quelques minutes après et je finis par lui dire « Alors encore fan de bonnes musiques ? Que deviens tu ? » Je l’écoute, tout en continuant mon boulot, par ci par là. Lavant quelques verres et en faisant glisser vers l’autre côté du bar par moment. Il faut dire qu’il n’a pas choisi le bon moment pour une conversation au calme. Quoique y a-t-il un bon moment au Seven ?
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

I'm not obsessed just impolite ft Avery

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Luna Avery (en cour)
» Where is my mind ( Finn Avery )
» [Finie]Présentation d'Avery Blackson | Validée
» Descendants des grandes familles sorcières
» AVERY # → « i am so clever that sometimes i don't understand a single word of what i am saying. » (ec.)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Californication :: San Diego :: Mid-City :: Seven-