AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

One happy night [Byrnson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Swan Robinson
avatar




Avatar : Dylan O'Brien
Statut Civil : En couple.
Occupation : Joaillier - Membre des Irons.
Age du perso : 28 ans.
Copyright : queenshady

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: One happy night [Byrnson] Dim 29 Juil - 19:41

 

One happy night.

Ce que sa moitié veut, elle l’obtient. Elle a montré vouloir passer du temps avec lui, même si les choses ne sont pas toujours facile. Alors, Swan a voulu faire un effort. D’abord, il l’avait prévenu par message, sans lui donner d'informations à ce sujet. Les surprises lui ont toujours fait plaisir, parce que c’est ce qu’elle attend. Elle veut une de ces vies de princesses des temps modernes, entourées de motards, de son homme, et de tout ce qui lui fait plaisir. Alors, ce jour-là, Swan avait décidé de faire un effort un peu plus surhumain que d’habitude. Pour elle, Swan aurait été capable de n’importe quoi.

Il a rendu service au gérant du centre de Rollers Disco, quelques semaines plus tôt. On l’avait appelé pour transporter les recettes de l’entreprise jusqu’à la banque. Si ce n’est pas son travail, ce fut juste un service rendu à un vieil ami du lycée. S’ils ne sont plus autant en contact qu’avant, les choses restent inchangées avec le temps ; quand quelqu’un a besoin de lui, Swan est présent. Alors, ce jour-là, il avait décidé de se faire rendre la pareil. Le gérant, il a fermé le Roller Disco pour la soirée.

“ - Pourquoi ? ” Swan, il a les mains qui se lèvent vers le ciel. Il regarde le petit chihuahua qui vient de s’échapper lorsqu’il a ouvert la porte, en train de poser sa crotte sur la pelouse. “ Tu pouvais pas attendre que ta mère arrives, sérieux ? ”

Le motard se plaint parce qu’il a horreur de ça. Ramasser les conneries de ses chiens, ce n’est pas son délire. Il s’était apprêté à le faire, d’ailleurs. Pour pas qu’elle lui lance une nouvelle réplique en arrivant. Mais lorsqu’il a rattrapé le chien en le coinçant sous son bras pour le menacer de sa main opposé à l’aide de son index, une des employées de Saoirse passait dans le coin. Elle s’est mise à rire en regardant l’homme agir de la sorte, puis elle lui a dit de rentrer. Qu’elle allait s’en occuper tout de suite pour que les clients qui se promèneraient par ici de marchent pas dedans. Le joaillier l’a simplement remercier d’un pouce en l’air, avant de rentrer à l’intérieur. Il a finit par reposer le chien à terre, alors que le deuxième se met à faire la fête comme pas permi.

“ - Vous allez rester tranquille, hein?” Sa voix est plus gaga que jamais lorsqu’il se baisse pour les caresser. “ Y a de la place au congélateur, au cas où! ”

Une menace en l’air. Swan joue sur leur taille, pour dire qu’il les enfermerait volontier à l’intérieur du congélateur s’ils devaient faire un carnage pendant leur absence. Les chiens, ils l’ont suivi même dans la salle de bain. Pendant qu’il était sous la douche, ils se sont allongés sur ses vêtements sales. Swan, il a profité des quelques minutes qui lui restaient avant que Saoirse n’arrive pour se revêtir. Lorsqu’il a vu son reflet dans le miroir, Swan s’est choqué lui-même. Sans le cuir qu’il porte tous les jours, il se sent nu. Ses épaules sont moins lourdes, il se trouve moins classes. Son tee-shirt gris à manches courtes dessinent ses muscles, mais ne cachent en rien les quelques tatouages qu’il a sur sa peau. Alors, il a enfilé un gilet à capuche de couleur sombre. Cette soirée est importante à ses yeux. Il veut être à elle, et rien qu’à elle. Alors, il enlève ce qui fait de lui un Iron. Une part au fond de lui n’aime pas ça, mais il sait que ça fera plaisir à sa moitié. Il a fait l’effort d’enfiler un jean plus saillant, moins large que d’habitude. Des chaussures différentes de ses baskets habituelles. Si sa barbe avait été plus épaisse, il l’aurait taillé. Mais Swan a décidé qu’il n’en avait pas besoin.

Finalement assit dans le canapé, il avait profité des chiens devant la télévision. Sans une bière, cette fois-ci, il avait attendu avec patience que Saoirse rentre du travail pour l’heure qu’il lui avait indiqué. Sur la table, un paquet cadeau assez grand pour contenir les deux vieilles paires de rollers qu’il a prit en avance dans l’entreprise. Un beau paquet qu’il compte lui montrer, mais pas lui donner avant qu’ils ne soient partis d’ici. Il veut immortaliser à jamais ce sourire qui s’affichera sur les lèvres de Sao’.
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

what do i do about all of this
- what do you want me to do
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Saoirse M. Byrne
avatar




Avatar : Holland Roden
Statut Civil : En couple, une relation complèxe mais passionée.
Occupation : Propriétaire du Byrne's Motel. Organisatrice de soirée de jeux illégaux.
Age du perso : 27 ans (20 août 1991)
Copyright : ultraviolences (ava) sweety2566 (gifs)

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: One happy night [Byrnson] Lun 6 Aoû - 0:49

One happy night
ft. Swany Baby
Adossée contre le mur de la réception, Saoirse profitait d’une accalmie pour regarder ses messages, souriant naturellement dès qu’elle constatait que Swan lui avait bien écrit un mot. Lui répondant sans tarder, son expression avait légèrement changée lorsqu’il lui avait fait part de ses plans pour la soirée. Sortir… elle n’en avait pas véritablement envie. Parce qu’elle savait que cela allait presque assurément se terminer au club house ou auprès de ses frères et que bien qu’elle avait la plus grande des affections pour eux, depuis l’accident elle n’était plus aussi à l’aise en leur compagnie. Faire semblant que rien n’avait changé était trop dure pour elle et c’était pourquoi dès qu’elle le pouvait, elle trouvait milles et unes raisons pour justifier qu’elle ne puisse pas s’y rendre ou encore qu’elle n’y reste pas longtemps. Son visage avait toutefois rayonné autant de bonheur que de surprise lorsqu’elle avait compris que cette soirée leur appartiendrait complètement. N’éternisant pas l’échange car elle devait rapidement retourner bosser si elle voulait s’assurer de pouvoir quitter plus tôt, elle rangeait son téléphone dans la poche de son jeans et se dirigeait vers son bureau.

Les heures avaient semblée s’écouler très lentement. Attendant avec une certaine impatience de pouvoir aller retrouver Swan, Saoirse avait eu l’espoir d’arriver avant lui, mais la magnifique moto garer devant lui avait fait rapidement réaliser que non. Cherchant un plan B, elle avait profité de la salle de bain de l’une des chambre inoccupée pour prendre une douche, se coiffer et se maquiller. Elle avait même une tenue de rechange, décontracté sans trop l’être et la mettant en valeur. Ce n’était pas un secret, la rousse aimait se sentir belle et ce plus que jamais depuis l’accident. Jamais depuis il n’avait posé le moindre geste lui permettant d’en douter et pourtant c’était plus fort qu’elle, elle ne pouvait s’empêcher de remettre en question l’attirance de son homme pour elle. Le jeans moulant qu’elle portait était l’un de ses favoris et elle l’avait agencé avec un haut noir assez simple, mais dont la transparence partielle ajoutait un petit quelque chose.  Elle ne savait pas où ils allaient ce soir, mais ainsi elle avait espoir de pouvoir se fondre dans la majeure partie des endroits.

Quittant finalement le môtel, elle avait rapidement franchit la distance qui la séparait de la maison. Poussant la porte, elle se sentit sourire d’avantage en le voyant un peu plus loin, installé sur le canapé avec leurs chiens adorés.

« Salut !  »

Elle avait à peine terminé sa salutation que sa voix avait manquée et que du regard, elle avait cherché le fameux blouson qu’il portait habituellement en continue ou qui au moins, était posé tout près de lui. Il était beau sans, même si jamais elle ne voudrait le voir le retirer pour de bon. Saoirse est consciente de l’importance du club pour l’homme qu’elle aime et jamais, elle ne voudrait le voir en être dépouillé. Elle ne s’inquiète toutefois pas de le voir ainsi, consciente que s’il l’a fait, c’est uniquement pour lui faire comprendre que ce soir il est à elle. Un attention pouvant sans doute sembler anodine pour les personnes ne comprenant pas ce qu’est être un Iron ou plutôt ce qu’est d’être avec un Iron, mais qui pour elle vaut énormément. Son coeur s’emballe à cette idée et doucement, elle fait quelques pas vers lui, venant se pencher légèrement pour déposer un chaste mais si significatif baiser contre ses lèvres. Lorsqu’elles se décollent, la rousse reste un moment immobile. Il est si rare qu’elle ressent se bien être qu’elle ne peut s’empêcher d’en profiter. Se relevant enfin, elle fronçait légèrement les sourcils en voyant le paquet posé contre la table.

« Il est pour moi ? » Demandait-elle en ayant envie de s’en emparer jusqu’à ce que Swan lui fasse comprendre que ça devait attendre. Qu’elle l’aurait plus tard. « Alors partons maintenant… J’ai hâte de voir ce que tu m’as préparé. »

Ce n’est pas la première fois qu’il a des gestes tendre envers elle, des attentions adorables, mais au vue des derniers moments difficiles qu’ils ont traversés et avec lesquels ils continuent de se battre, cela fait une éternité qu’ils n’ont pas agit comme un couple. Prenant sa main alors qu’ils quittent la maison, Saoirse le suit aveuglément, impatiente de découvrir ce qui l’attends.

BY CΔLΙGULΔ ☾

_________________
Destructive path that we’re on
two psychopaths
know that no matter how many knives we put
in each other’s backs we’ll have each other’s backs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Swan Robinson
avatar




Avatar : Dylan O'Brien
Statut Civil : En couple.
Occupation : Joaillier - Membre des Irons.
Age du perso : 28 ans.
Copyright : queenshady

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: One happy night [Byrnson] Dim 12 Aoû - 15:43

 

One happy night.

Le baiser doux, furtif, de Saoirse est parfait, surtout parce qu’il est bel et bien présent. Rares sont les moments qu’ils passent en ayant cette tendresse qu’ils utilisaient beaucoup trop fut un temps. Mais aujourd’hui, le moindre petit geste, la moindre petite chose, fait battre le coeur de Swan bien plus vite qu’il ne l’aurait voulu. Qu’il ne l’aurait pensé. Parfois, Swan se fait penser à un de ces puceaux pré-ado qui ne connaissent rien de la vie mais qui s’excitent sûr le moindre bout de peau qu’ils voient.

“ - J’ai appelé un taxi, il devrait pas tarder à arriver. ” Dit-il en fermant la porte à clé d’une main, tandis que l’autre tient les doigts de sa rousse.

Swan ne voulait pas prendre sa moto, pour ne pas rouler sans son cuir. Il ne voulait pas non plus prendre sa voiture de luxe pour voir ce regard qu’elle lui jette à chaque fois qu’elle doit monter dedans. Alors il s’est dit que se faire conduire et ramener -bien que ce soit cher, sera la solution la plus pratique. Au moins il n’a à se demander comment ou dans quel état ils vont rentrer.

Comme un connard, il laisse Saoirse porter de son autre main, le paquet qu’il ne veut surtout pas qu’elle ouvre. Ce n’est pas parce qu’il part du principe que c’est à elle de le faire, mais surtout parce que ça le faire rire de la faire loucher sûr quelque chose qui lui appartient, et dont elle ne connaît pas l’existence. Elle veut savoir, mais n’en a pas le droit. C’est ce qui le fait sourire comme un débile, dès qu’il la regarde. Le motard finit par récupérer le paquet, une fois qu’ils sont arrivés sur le parking du motel où le taxi finira par s’arrêter. Il avait glissé son téléphone, et ses clés dans les poches de son jean, et s’était mis à porter le paquet comme si il pesait un poids élevé, alors qu’elle sait que ce n’est pas le cas. D’un baiser sur la tempe, il sourit en la regardant de haut en bas.

“ - T’es magnifique.” Un compliment qui pourrait être naturel, commun, mais qui fait plaisir à entendre tellement ils sont rares depuis deux ans. “ Si je dois te sortir plus souvent pour te voir comme ça, tu vas plus jamais rentrer à la maison. ”

Ses mots sont joints d’un geste tendre ; ses doigts se mettent à glisser dans les cheveux roux de sa tendre. Ceux qu’il aime tant, ceux dans lesquels il a envie de cacher son visage dès que les choses ne tournent pas comme il le souhaite. Ceux qu’il voudrait limite couper pour les gardes sûr lui, comme un fétichisme qui ne saurait se contrôler. Son geste se termine par une caresse tendre sur l’épaule de Saoirse, tout juste avant qu’un taxi n’entre et se gare à quelques pas.

L’homme qui en sort, pose tout de suite son regard sur le couple qui semble l’attendre. Il sourit, se présente, et finit par demander si ceux sont bien eux qui ont demandé une course jusqu’au centre ville. Swan s’est dépêché de le couper avant qu’il ne donne le lieu exact, pour ne pas gâcher la surprise. Ce n’est pas un mec qui fait du roller, ou qui aime ça en général. Mais c’est une sortie qui change, quelque chose qu’ils n’ont jamais fait. Il l’a choisi au hasard parmi tant d’autres, mais il ne veut pas que Saoirse découvre la vérité avant qu’il ne lui ai lui-même dit.

“ - Tu conduis prudemment, ok?” Lance Swan en glissant au conducteur un billet bien trop gros pour qu’il ne couvre que le trajet. Ce après quoi, il entre dans la voiture après sa moitié.
“ - Prêts à partir ?” L’homme au taxi demande, sourit, puis s’engage sur la voie lorsqu’il a l’accord des passagers.
“ - T’as éteint ton téléphone ?” Demande-t-il après s’être attaché, en glissant la ceinture sous son bras pour pouvoir se tourner complètement vers Saoirse et passer son bras derrière la tête de cette dernière. “ J’ai pas envie d’te voir rentrer au motel en courant, comme tu fais d’habitude quand on sort…”

Swan, il n’est pas bête. Il a bien vu, compris, que depuis l’accident, Saoirse fait tout pour passer le moins de temps possible avec les Irons. Il espère du fond du coeur qu’elle ne disparaîtra pas cette fois-ci. Ce n’est qu’après avoir eu sa réponse, et être arrivée à une bonne moitié de la route, qu’il dépose sur les genoux cachés d’un beau jean de Saoirse, le paquet contenant les patins qu’elle peut enfin ouvrir. Après ça, il aura en face de lui la réaction qu’il attend et qui l’inquiète tant.
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

what do i do about all of this
- what do you want me to do
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Saoirse M. Byrne
avatar




Avatar : Holland Roden
Statut Civil : En couple, une relation complèxe mais passionée.
Occupation : Propriétaire du Byrne's Motel. Organisatrice de soirée de jeux illégaux.
Age du perso : 27 ans (20 août 1991)
Copyright : ultraviolences (ava) sweety2566 (gifs)

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: One happy night [Byrnson] Ven 17 Aoû - 0:54

One happy night
ft. Swany Baby
Le son de ses talons contre le bitume résonne alors qu’ils avancent là où le taxi commandé par Swan viendra bientôt les chercher. Un taxi… Elle ne saurait dire à quand remonte la dernière fois qu’elle a posé ses fesses sur le banc de l’un d’entre eux, mais l’idée d’en appeler un ne pourrait être plus parfaite. Saoirse ne pourrait pas dire à quand remonte la dernière fois qu’elle a eu un sourire aussi longuement plaqué sur le visage, il est si rare qu’elles se sentent aussi bien, ou plutôt qu’elle se sente bien tout court. La rousse n’avait pas pu s’empêcher de tirer vers elle le paquet alors qu’il tentait de le lui reprendre, elle ne savait pas à quoi il jouait, mais ça l’agaçait autant qu’elle aimait ça. Elle avait toutefois cédée et lui avait laissé le reprendre et vu comment il faisait l’idiot une fois qu’il l’avait en main, elle était contente de l’avoir fait. Swan était charmant, tout chez lui lui plaisait, au fond, elle était attachée même à ses plus insupportables défauts. Ça faisait toutefois longtemps qu’il n’avait pas délibérément cherché à la charmer comme ce soir, et de se sentir aussi désirable lui faisait du bien. Une sensation qui ne faisait qu’augmenter en l’entendant lui dire à quel point il la trouvait belle. Elle était coquette la rousse, elle aimait se faire belle, mais depuis l’accident, elle ne le faisait plus avec autant de soin qu’avant. Sauf pour ses soirées de jeu. C’était bien la première fois qu’elle prenait le temps de se faire belle pour lui et ça remarque le lui faisait réaliser.

« Merci et j’aimerais beaucoup que l’on sorte plus souvent toi et moi, mais je te promet quand même de me préparer comme ça plus souvent.»

Elle avait perdue l’envie parce qu’elle ne se sentait plus femme avec elle, plus comme elle le faisait avant, mais quand elle voit cette façon qu’il a de la regarder, elle n’a pas envie que ça s’arrête. Ses doigts dans ses cheveux, tant d’attentions qui lui font le plus grand bien. Saoirse sait que cela n’effacera pas tout, qu’elle ne se réveillera pas demain en oubliant tout ce qui s’est passé depuis les deux dernières années, mais pour la première fois, elle à vraiment espoir de parvenir à s’en remettre un jour.

« Tu es très beau aussi. »

C’est le taxi qui l’a fait finalement se retourner en entrant dans la cour. Quand l’homme prend la parole, Saoirse parvient enfin à avoir un indice bien qu’il ne puisse être plus flou, le centre ville donc. Prenant place dans le taxi alors que Swan allait payer le conducteur.

« Oui. »


Saoirse se dépêche de répondre au conducteur, comme si cela pouvait empêcher Swan de refuser si c’était son désir. Elle est impatiente, comme si elle sortait pour la première fois. Elle en profite d’ailleurs pour se caler contre lui lorsqu’il l’entoure de son bras, son regard ne quittant le sien que lorsqu’il lui fait une demande qui n’est pas sans lui tirer un mélange entre sourire et grimace. Mais il a raison, il n’a pas mis son blouson pour n’être qu’à elle, c’est la moindre des choses qu'elle laisse le motel derrière elle. Prenant son téléphone dans son sac à main, elle l’éteignait sous ses yeux puis venait le ranger.

« Évitons de faire comme d’habitude ce soir. »

Et elle ne parle pas que de ses fuites, mais aussi de toutes ces paroles blessantes qu’ils se crient au visage, de tous les coups qu’elle lui fait subir. Saoirse sait qu’elle n’a pas le contrôle sur ce qui les attend, que quelque chose peut toujours se produire venant raviver ses démons, mais elle se fait du bien à se convaincre que non. Tout est si bien parti, elle a espoir que ça continue. Elle a envie qu’ils soient un couple normal ce soir, en fait elle a envie qu’ils soient un couple tout court. D’un regard curieux, elle regarde la route qui file sous leurs yeux. Comme si elle pouvait trouver le moindre indice dans les directions que prend le conducteur. Lorsque Swan vient poser le paquet contre ses genoux, Saoirse le regard d’abord intriguée. Parce que vu comment il la taquine depuis le début de la soirée avec ce dernier, elle ne peut être certaine que cette fois il la laissera faire. Alors doucement, elle déchire le paquet, du bout des doigts, attendant de voir s’il va l’arrêter. Voyant qu’il n’en fait rien, elle défait le reste beaucoup plus rapidement, excitée de découvrir ce qu’il lui offre. De tout ce qu’elle s’attendait à trouver, cette paire de patin à roulette est bien la dernière chose.

« Il y a un sens caché ? »

Elle est convaincue qu’il blague, mais ne réalise que lorsqu’il se fait plus instant qu’il est sérieux. Sortant les patins de la boite, elle voit rapidement grâce aux lignes de couleurs réfléchissantes qu’ils sont fait pour l’intérieur et plus particulièrement, pour les endroits où les lumières les font réfléchies.

« On va faire du patin à roulettes ? Tu es sérieux ? »

Elle n’ose pas trop sourire ou s’exclamer, comme si elle doute que ce soit vrai, parce que ce n’est absolument pas son genre d’activité. Mais ce qui lui ressemble par contre, c’est qu’il sait que c’est exactement le genre de trucs romantiques et idiots qui l’a fait craquer, lui seuls sait à quel point ce genre de chose lui plait. Un immense sourire sur le visage, Saoirse éclatait d’un léger rire à l’idée de ce qu’ils étaient en route pour faire et avec beaucoup plus de naturel et de passion, elle s’approchait de lui le temps d’un rare long baiser.
BY CΔLΙGULΔ ☾

_________________
Destructive path that we’re on
two psychopaths
know that no matter how many knives we put
in each other’s backs we’ll have each other’s backs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Swan Robinson
avatar




Avatar : Dylan O'Brien
Statut Civil : En couple.
Occupation : Joaillier - Membre des Irons.
Age du perso : 28 ans.
Copyright : queenshady

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: One happy night [Byrnson] Dim 26 Aoû - 13:52

 

One happy night.

Swan est content de l’entendre dire qu’elle fera des efforts vestimentaires, physiques, plus souvent. Parce qu’il la trouve belle, sa moitié. Elle l’était déjà lorsqu’ils étaient plus jeunes, mais les années ont passées et n’ont fait qu’embellir cette fille qui est devenue femme. Il se remémore que trop bien l’allure qu’elle avait, avant. Aujourd’hui, il ne la voit que passer le pas de la porte pour ses soirées. Alors qu’avant, c’est lui qui passait la porte pour la voir dans des tenues affriolantes, confortablement installées à la maison. Qu’est-ce qu’il ne donnerait pas pour revenir à ce temps.

Elle éteint son téléphone, et ce moment en taxi devient le plus parfait du monde. Puis, vient le moment d’ouvrir ce paquet qui n’a en soit rien d’un véritable cadeau. Swan, il a peur qu’elle n’apprécie pas. Ce n’est pas du tout dans ses habitudes de faire quelque chose comme ça, mais il sait à quel point elle peut aimer les choses insolites, romantiques. Des fois, il se demande comment il a fait pour la mettre dans son lit tant d’années, parce qu’ils sont réellement différents l’un de l’autre. Mais l’amour qui le lie à elle est si fort que la question s’évapore à la simple intonation de sa voix.

“ - On va faire du patin à roulettes ? Tu es sérieux ?”
“ - Non, c’est pour écraser tous les chiquos de la ville…”

C’est tout ce qu’il avait réussi à sortir, prit de court. Pendant un court instant il avait eu peur, presque au point de s’évanouir comme une tapette, qu’elle se foute de sa gueule et annule tout. Il aurait été beau Swan, comme un con, la bouche en rond, assis dans le taxi. Mais il se détend dès qu’elle se met à rire et qu’elle s’approche pour l’embrasser. Dans un de ces rares moments où, Swan, il sait qu’il doit en profiter. Alors, sa main était venue replacer une mèche rousse derrière son oreille pour pouvoir caresser sa joue avec la liberté qu’il souhaitait.

“ - J’ai cru que j’allais passer pour un con…” Avoue-t-il avec un léger sourire lorsqu’ils se séparent. “ T’es pas bien d’me foutre la trouille comme ça.”

Il plaisante, sourit, et continue à rire pour complètement se détendre. Puis, le reste du trajet est passé rapidement. Tranquillement, sur un ton de plaisanterie qu’ils n’avaient pas utilisé depuis longtemps. Ca fait du bien, ça permet de penser à autre chose. De retrouver le plaisir et la complicité qu’ils avaient tant eux, autre-fois. Ceux sont ces moments-là qui font dire à Swan qu’il est amoureux d’elle.

Le taxi finit par s’arrêter devant le RollerDisco. Il se gare en double file juste devant, parce que la course a déjà été payée. Swan précise qu’il n’a pas besoin d’attendre -parce qu’il n’a définitivement pas les moyens de payer une course de plusieurs heures. Il ajoute alors qu’ils l’appeleront au moment venu, et qu’ils seront prêt à attendre qu’il arrive pour les reprendre. L’homme est d’accord, souhaite au couple un bon moment puis attend que Swan ait ouvert la portière et ait attendu sa tendre pour la refermer, pour qu’il puisse repartir en les laissant sur le trottoir.

Pendant qu’elle tient le paquet dans ses mains, Swan a passé un bras sous son coude pour la guider avec plus ou moins d'élégance. Il ne la fait pas passer par la porte d’entrée, mais finit par sortir de sa poche ses clés. Alors, il ouvre la porte de service avec celle que lui a donné son ancien ami. Ce n’est qu’après avoir fait entrer Sao qu’il referme à clef derrière elle pour qu’ils soient tranquille. Le couloir est long, sombre, mais il finit par arriver aux interrupteurs qu’il allume directement. La salle de pause des employés est sur leur droite, en continuant tout droit, ils arriveront dans le hall. Puis, en passant de grandes portes battantes, ils arrivent dans la salle de glisse. Il faut descendre des estrades pour y arriver, mais Swan reste en haut, comme un débile à regarder le lieu de la scène.

“ - Putain, j’vais ressembler à bambi moi là-d’sus.” Il est sérieux, mais il ne peut pas s’empêcher de rire en lançant un regard à sa moitié. “ Je t’interdis de d’foutre de ma gueule.”
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

what do i do about all of this
- what do you want me to do
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Saoirse M. Byrne
avatar




Avatar : Holland Roden
Statut Civil : En couple, une relation complèxe mais passionée.
Occupation : Propriétaire du Byrne's Motel. Organisatrice de soirée de jeux illégaux.
Age du perso : 27 ans (20 août 1991)
Copyright : ultraviolences (ava) sweety2566 (gifs)

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: One happy night [Byrnson] Lun 3 Sep - 17:28

One happy night
ft. Swany Baby
Saoirse avait légèrement froncé les sourcils sous la surprise de ce que sa réaction avait éveillée comme sentiment chez Swan. Il s’agissait après tout de la dernière de ses intentions, mais de le voir s’être inquiété aussi facilement et rapidement l’amusait.

« Arrête… Tu as l’air de tout sauf d’un con. »

Et au fond, peu importe ce qui l’aurait amené faire, vu à quel point il était évident que son but était de lui faire plaisir jamais elle n’aurait pu avoir une réaction négative. Il y avait si longtemps que Saoirse ne s’était pas sentie aussi importante à ses yeux qu’en cet instant. Il y avait quelque chose de surréaliste dans ce trajet, la rousse savait que les fantômes de leur passé reviendraient les hanter dès que cette soirée se terminerait, mais en attendant elle n’avait pas envie d’y songer. Elle se sentait projetée dans le passé, bien avant que les épreuves viennent briser cette connexion si particulière qui les lie. Quittant la voiture avec l’aide de Swan, Saoirse ne pouvait s’empêcher de regarder la porte de service vers laquelle ils se dirigeaient.

« Tu as l’intention de faire une entrée remarquée ? »

Saoirse n’était pas certaine de comprendre ce qu’ils faisaient là exactement, du moins jusqu’à ce qu’il ne sorte une clé de sa poche. Ne posant pas de question supplémentaire question de se réserver la surprise, c’est lorsqu’ils pénétrèrent qu’elle comprit réellement. Tout était calme et silencieux, beaucoup trop silencieux pour un lien pareil. Il n’y avait qu’une chose pouvant expliquer ce calme plat et c’était qu’ils soient les seules âmes présentes. Les lumières s’allument lorsque Swan vint poser ses doigts sur l'interrupteur, laissant ainsi à l’homme l’opportunité de prendre conscience du grand sourire qui illumine le visage si sombre de Saoirse. Glissant sa main dans la sienne, son autre traînant toujours la boîte, la rousse se met à avancer pour ne s’arrêter que lorsqu’elle sent une réticence de la part du beau biker.

« Je t’ai dit d’arrêter ! Je ne vais pas me foutre de ta gueule ! Surtout pas en sachant que tu fais tout ça pour moi. »

La main toujours dans la sienne, elle détourne le regard de lui afin de chercher autour d’eux dans l’espoir de trouver la régie qu’elle devine être sur cet étage. Voyant une pièce vitrée un peu plus loin, Saoirse dépose le paquet contre le sol pour ne pas le traîner pour rien puis, elle entraîne Swan avec elle.

« Tu crois qu’on peut allumer des lumières et mettre un peu de musique ? »

Le simple fait d’être dans cet endroit désert avait déjà tout son charme, mais l’ambiance serait encore plus amusante s’ils vivaient l’expérience complète ! Arrivée devant la porte, elle laissait à Swan l’occasion d’essayer les clés qu’il avait puis, laisser échapper une légère exclamation de bonheur en entendant le cliquetis de la porte qui se déverrouille. Entrant dans la pièce, Saoirse grimaçait légèrement en voyant l’imposante console devant eux. Allait-elle être capable de faire quelque chose avec ça ? Elle en doutait, mais elle refusait de ne pas essayer.

« Tu m’aides avec les lumières ? J’essaie de régler la musique. »

S’en approchant, ses doigts effleuraient les nombreux boutons. Plusieurs étaient heureusement annotés et Saoirse comprit sans trop de mal que le plus imposant et évident des boutons servaient à ouvrir les hauts parleurs. Cliquant dessus sans attendre, elle portait ensuite son regard vers ceux qui avaient attiré son attention un peu plus tôt et particulièrement sur celui indiquant une “playlist spéciale années 70/80” appuyant dessus, la chanson de Grease qui s’éleva lui fit comprendre qu’elle avait bien fait de choisir celle-là ! Se retournant vers Swan dont elle guettait la réaction avec amusement, elle allait voir où il en était avec les lumières, impatiente de descendre à l’étage inférieur et d’aller chausser rapidement ses patins question de commencer.
BY CΔLΙGULΔ ☾

_________________
Destructive path that we’re on
two psychopaths
know that no matter how many knives we put
in each other’s backs we’ll have each other’s backs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Swan Robinson
avatar




Avatar : Dylan O'Brien
Statut Civil : En couple.
Occupation : Joaillier - Membre des Irons.
Age du perso : 28 ans.
Copyright : queenshady

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: One happy night [Byrnson] Sam 15 Sep - 14:45

 

One happy night.

Par ses mots Saoirse rassure le motard. C’est amusant de voir qu’un homme si dur et brutal, peut devenir si perdu et vulnérable en présence d’une personne. Mais face à Saoirse, il est redevenu cet adolescent qui ne sait pas vraiment s’y prendre. Celui qui sortait tout juste de prison et qui ne savait pas se réhabituer à la vie extérieur. Perdue, Swan, il semble alors avoir besoin d’être réconforté, guidé. C’est ce que la rousse fait à merveille. N’est-elle pas celle qui le maintient les pieds fermement ancrés au sol ? Sans sa présence bénéfique, Swan, il aurait déjà mal tourner depuis longtemps.

“ - Tu vas m’faire écouter ça pendant combien d’temps ? ” C’est tout ce qu’il trouve à dire lorsqu’il entend la playlist des années 80’ qui se met à résonner partout dans l’endroit. “ C’est l’époque du diable. ” Swan plaisante, même s’il n’aime pas ce style, c’est principalement à cause du trop d’entrain et de couleurs que les gens avaient à cette époque. Mais ça colle parfaitement à l’ambiance, alors, il se contente de sourire. “ Tu vas voir par la f’nêtre ? J’sais pas à quoi j’touche en fait…”

Si son ancien ami lui a prêté les lieux, il n’opposera pas de résistance à ce que tout soit allumé. Et puis après tout, le motard s’en fou complètement de ce qu’il peut arriver. Ils sont là pour s’amuser et c’est tout ce qui compte. Que peuvent-ils bien faire, à deux, comme dégâts ? Swan, il continue d’appuyer sur les boutons, pendant que Saoirse regarde ce qui s’allume, et ce qui s’éteint. Ce n’est que lorsqu’elle a trouvé quelque chose qui lui plaît, que Swan arrête d’appuyer sûr tout et n’importe quoi. Lui se moque totalement de l’allure que tout ça peut donner. De la musique, des lumières, des rollers… tout ce qu’il veut, c’est passer un bon moment avec sa moitié. Un de ceux qui ne sont pas froids, tendus, malaisants. Un de ceux qui ne sont pas arrivés depuis bien longtemps maintenant.

Sa main glisse instinctivement sûr les fesses de sa moitié, lorsqu’il l’invite à sortir de cette pièce de réglage. La porte reste ouverte, alors qu’il lâche la main qu’il était venu prendre en sortant, pour se mettre à descendre les gradins en marchant sur les assises. Parce qu’il a toujours une connerie à faire, il descend comme ça, tel un adolescent qui n’a pas compris comment fonctionne les choses. Mais ce n’est pas dans l’esprit de faire quelque chose de déplacé, non. Swan, il est comme ça. Il a toujours la fâcheuse habitude de se compliquer les choses, et de faire la première des idées qui lui traverse l’esprit. Alors, une fois arrivé en bas, il redescend sur le sol d’un petit saut qui le fait revenir à sa taille normale, avec un large sourire sur les lèvres en voyant les différentes couleurs des lumières qui se promènent maintenant sur la piste de rollers.

“ - Tu te souviens de la patinoire qu’ils avaient monté, quand on était gamin? ” Dit-il en se baissant pour récupérer les boîtes contenant les objets à roues. “ J’suis pas remonté sûr un truc du genre depuis.” Swan se met à rire alors qu’il se perd dans ce souvenir.

C’était le premier hiver après qu’il soit sorti de taule. Le premier qu’il retrouvait Saoirse d’ailleurs. A l’époque tout allait bien, comparé à maintenant. Ils se faisaient plaisir et passaient de bons moments. Ils étaient allés à la patinoire mais Swan avait fait une lourde chute parce qu’il n’est pas capable de se maintenir sur la glace. Il avait eu mal, la vision troublée, mais aujourd’hui, il en rit comme si c’était un véritable agréable souvenir. Depuis, il n’avait pas retenté une expérience de la sorte, et il est un peu en panique à l’idée d’enfiler les rollers. Mais il ne montre rien, comme d’habitude. Il se contente d’ouvrir la boîte et d’extirper la paire qui est destinée à Sao. Il pose le premier rollers sûr l’assise à côté, puis, tend le deuxième à sa douce avec un léger sourire. Il doit s’asseoir pour enfiler les siens, et se concentrer pour nouer ses lacets, parce qu’il ne le fait pratiquement jamais.

“ - T’es prête pour le spectacle ?” Demande-t-il, ses mains posées sur ses genoux, pour montrer qu’il est prêt à se lever et à faire les quelques pas qui les séparent de la piste.

Codage par Libella sur Graphiorum
[/quote]

_________________

what do i do about all of this
- what do you want me to do
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Saoirse M. Byrne
avatar




Avatar : Holland Roden
Statut Civil : En couple, une relation complèxe mais passionée.
Occupation : Propriétaire du Byrne's Motel. Organisatrice de soirée de jeux illégaux.
Age du perso : 27 ans (20 août 1991)
Copyright : ultraviolences (ava) sweety2566 (gifs)

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: One happy night [Byrnson] Ven 2 Nov - 2:23

One happy night
ft. Swany Baby
La seule réponse qu’avait reçu Swan de sa part lorsqu’il lui avait demandé combien de temps durerait la merveilleuse playliste des années 80 fut un clin d’oeil et un sourire en coin. Elle s’amusait de son incertitude, mais ne changeait pas pour autant d’idée. Après tout, il fallait bien se plonger pleinement dans l’ambiance. La légèreté de la situation lui faisait tant de bien et elle ne se rappelait plus la dernière fois où elle avait autant souris. Elle était prête à parier que ses joues seraient légèrement douloureuse demain comme l’était n’importe quel muscle laissé au repos trop longtemps.

« Oui j’y vais ! »

Satisfaite de son choix, il ne restait que les lumière à régler. Certains jeux de lumière étaient désagréable et d’autre pas assez clichés à son goût. Elle avait envie de lumière tournante et de blacklight qui viendrait faire illuminer certains des bouts de tissus qu’ils portaient. Attentive, elle restait silencieuse à observer les possibilité lorsqu’enfin, celle qu’elle espérait tant apparaissait. Des tons de lumières variés dansaient sur la piste, parfois au même rythme que la musique.

« Stop ! C’est parfait, viens voir. »

S’il s’approche, ce n’est toutefois pas pour vérifier avant de descendre, mais bien pour descendre tout simplement, une autre preuve que ce soit tout ce qu’il veut est lui faire plaisir. Sa main contre ses fesses lui tirent un sourire en coin, un geste simple et anodin qu’ils ne vivaient toutefois plus vraiment et qui lui manquait, comme tous les autres. Ils ne s’éloignent un bref instant que le temps de descendre les escaliers. Saoirse restait immobile une fois le sol retrouvé, peinant à croire qu’elle ne rêvait pas. Ce soir, elle retrouvait véritablement Swan et c’était aussi excitant que déstabilisant.

« Comment l’oublier.. Espérons que tu auras plus de facilité sur roulettes que sur lames. »

Prenant place à côté de lui pour lacer ses patins correctement, Saoirse y parvient beaucoup plus rapidement que son homme, mais elle s’éternise un peu afin de ne pas trop le lui faire sentir.

« Je suis prête oui ! Et je suis certaine que tu vas bien te débrouiller, c’est moins difficile tu vas voir.»


Se levant la première, elle tendait la main dans sa direction afin qu’il l’attrape et la suive. Saoirse n’avait pas de mal à se tenir à équilibre sur les roulettes, mais elle attendait que son homme la rejoigne pour commencer à avancer avec lui à son rythme. Les lumières effleuraient leur corps avant de s’évanouir puis, d’être remplacées par d’autres alors qu’ils avançaient vers la piste. Girls just wanna have fun tirait à sa fin et elle avait déjà hâte de découvrir quelle chanson suivrait. Saoirse avait l’impression que les dernières années n’existaient plus. Elle se sentait véritablement plongée à l’école du lycée, avant même que Swan ne soit envoyée en prison. La seule différence était que cette fois, les sentiments de Swan envers elle étaient vrais, elle ne était convaincue. Cette soirée venait à peine de commencer et déjà elle était magique. Si on lui avait présenté une vidéo de ce moment il y a quelques jours, elle aurait été convaincue qu’il s’agissait d’un trucage et pourtant non, son coeur d’enfant battait à nouveau. Saoirse ne put d’ailleurs s’empêcher de réagir en entendant les premières notes de “you’re the one that i want”. Fervente amatrice des “films de filles” Grease figurait bien entendu parmi ses favoris. Se retournant, elle avait un léger déséquilibre alors qu’elle patinait de reculons, mais parvenait à ne pas tomber.

« Prêt pour un pari ? »

Elles étaient innombrables les fois où elle lui avait posé cette question. Saoirse adorait lancer des paris avant même de découvrir son amour des jeux d’argent.

« Danse la chorégraphie approximative du refrain dans le film avec moi ! Si tu refuses, c’est toi qui prépare le repas pour les trois prochains jours. Si tu réussis… je te laisse choisir ce que tu veux gagner. »

BY CΔLΙGULΔ ☾

_________________
Destructive path that we’re on
two psychopaths
know that no matter how many knives we put
in each other’s backs we’ll have each other’s backs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Swan Robinson
avatar




Avatar : Dylan O'Brien
Statut Civil : En couple.
Occupation : Joaillier - Membre des Irons.
Age du perso : 28 ans.
Copyright : queenshady

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: One happy night [Byrnson] Jeu 15 Nov - 20:04

 

One happy night.

Les choses drôles, belles, de la vie, sont marquantes parce qu'elles ne sont pas préméditées. Si Swan n'a pas de problème pour être le rigolo de service, avec ses frères et les personnes proches du club, ce n'est pas la même chose avec Saoirse. Ils ont été si proches, inséparables, pendant des années, qu'il aurait pensé que rien ne pourrait briser cette complicité. Puis, vint l'accident. Après ça, il n'a plus été le même. Ils n'ont plus été semblables. Ils se sont séparés comme si rien ne les avait tant rapprochés, tenus l'un à l'autre tout ce temps. Être lui-même est une chose plus que difficile, car il réfléchit toujours à ce qu'il doit faire, ou dire. C'est comme ça qu'il espère rester neutre dans toutes circonstances, ainsi qu'il veut au moins la garder à ses côtés. Il n'a plus aucune impulsivité, ou presque. Cette journée est preuve du contraire, pourtant, ça n'empêche rien le fait que son visage se décompose à la seconde où il entend l'énoncé du paris qu'elle laisse s'échapper fièrement de ses lèvres.

Swan aurait dû s'en douter lorsqu'il a entendu cette musique. Saoirse, elle l'aime, ce film. Lui n'a jamais compris, et ne le fera probablement pas, ce qu'il y avait tant d'exceptionnel dans peu importe le film, la série. Il n'a pas le temps pour toutes ces broutilles, et même s'il s'écrase régulièrement devant le petit écran, il est sans cesse incapable de dire ce qu'il a récemment regardé. Honnêtement, le motard voit de quoi elle parle parce que ce n'est pas la première fois que ce sujet est énoncé. Au fils des années, Swan, il a déjà dû s'endormir comme un pâté dans le salon, affalé devant ce film inintéressant déjà la première fois, alors, imaginez la dixième.

« - T'es sérieuse, bébé ? »

Il l'appelle par ce petit nom mignon comme si c'était une habitude qu'il n'avait pas perdu, depuis le temps. Même s'il est surpris, et qu'il n'a pas envie de se lancer dans une démonstration stupide de ses talents sur roulettes, Swan ne peut s'empêcher de sourire, d'abord en coin. Avant qu'il ne s'élargisse et commence à faire sursauter légèrement ses épaules à cause d'un léger rire presque retenu.

« - Tout ce que je veux ? » D'une pointe de défis dans la voix, Swan montre qu'il est tombé dans les mailles du filet. « T'es prête à assouvir mes désirs contre... de la bouffe dégueulasse sur trois putains d'jours ? »

En posant un premier pied sur la piste, Swan ne ressent pas à quel point les paroles réconfortantes de Saoirse ont été utiles. Pourtant, il parvient à prendre sur lui, et à ce dire que ce n'est pas si compliqué que ça. Il se pousse à monter les deux pieds dessus, se tenant d'une main à la rambarde comme un gamin que le courage a déserté. Il se rend vite compte que les roues glissent bien moins que la glace, et se dit finalement que tout est possible. Alors, il la regarde reculer avec aisance comme si elle avait toujours été destinée à produire des choses gracieuses. Elle est belle, magnifique même, et lui donne le courage de lâcher la barre pour se tourner et tenter de s'avancer. Mais son mouvement est trop brusque, et en une fraction de seconde, sa jambe droite part en vrille et le voilà qui s'affale au sol. Il se récupère de justesse sur son avant-bras, Swan, il a plus glissé sur le sol qu'il ne l'a percuté, mais il se laisse tomber au sol comme une merde pour lâcher un soupire. Pis, il rigole, comme le dernier des imbéciles et se redresse. Il aime les défis, Saoirse, elle sait comment le faire fonctionner.

Puis, comme si la situation n'était pas assez ridicule, il tente si bien que mal, de reproduire cette fichue chorégraphie. Avancer n'est pas un problème s'il le fait centimètre par centimètres. Bouger son corps non plus, surtout lorsqu'il s'agit de son bassin, chose qu'il fait en lançant un clin d'oeil à sa tendre. Il accompagne ce geste à une pensée qui traverse presque son regard, accusant Saoirse d'avoir parié ça juste pour le voir ainsi. Swan, il n'a pas peur d'entendre un rire franc de la part de la rousse. C'est même quelque chose qui lui fait chaud au coeur et qui le pousse encore plus à s'appliquer alors que la preuve en est : il n'a rien retenu de la chorégraphie. Il est incapable de rouler en arrière, et lorsqu'il veut se lancer pour s'approcher de sa douce et l'attraper, il met trop de force. Il roule, pour une fois. Ne tombe pas, et ne sais pas comment s'arrêter. Alors, lorsqu'il passe ses mains sur ses hanches pour la réceptionner, Saoirse recule d'une quinzaine de centimètres à cause du très léger choc.

« - Merde, » Dit-il en tentant de garder son équilibre, et en essayant de se retenir de rire, mais il n'y parvient pas. « j't'ai cassé un ongle ? » Vieille expression nulle, parce qu'il ne veut que rien de grave ne lui soit arrivé. Swan caresse la joue de sa moitié en ne pouvait pas cacher son sourire débile. « C'est de ta faute aussi, tu m'fais faire des conneries. »
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

what do i do about all of this
- what do you want me to do
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Saoirse M. Byrne
avatar




Avatar : Holland Roden
Statut Civil : En couple, une relation complèxe mais passionée.
Occupation : Propriétaire du Byrne's Motel. Organisatrice de soirée de jeux illégaux.
Age du perso : 27 ans (20 août 1991)
Copyright : ultraviolences (ava) sweety2566 (gifs)

En savoir plus ?
Mes dossiers
Mes liens:
Signes particuliers:
Casier Judiciaire:



MessageSujet: Re: One happy night [Byrnson] Mer 5 Déc - 1:28

One happy night
ft. Swany Baby
Saoirse se pince les lèvres, amusée, alors qu’il lui demande si elle sérieuse. Malgré son amusement, c’est avec la plus grande des convictions qu’elle hoche la tête pour lui confirmer qu’elle ne pourrait l’être plus. En cet instant, la rousse se sent projeter dix ans en arrière. Elle n’avait même plus le souvenir de la dernière fois où elle s’était permise d’être aussi enfantine. Où elle avait fait omission de tout le reste uniquement pour profiter de la vie et des surprises qu’elle pouvait lui réserver. Cette soirée en faisait très certainement partie. Elle savait à quel point Swan faisait des efforts, car rien dans tout ça ne ressemblait à ses goûts personnels, tout était conçu pour satisfaire son petit côté cliché. Et c’était ça qui la touchait le plus. C’est avec un naturel qui aurait pu être déconcertant si elle n’était pas aussi enveloppée dans la magie de cette soirée qu’elle lui confirmait qu’il avait le libre choix pour ce que lui souhaitait parier. Elle savait dans son regard qu’il songeait sincèrement à accepter le défi, mais surtout la direction qu’allait prendre son choix.

« Je suis prête à prendre le pari oui. Est-ce que je dois en conclure que tu acceptes ? »

C’était en soit surprenant, mais ça lui faisait plaisir. Saoirse ne pouvait pas dire si son manque de retenue par rapport à ce moment charnel qu’il lui laissait entendre était dû à sa confiance de gagner ou au fait que ce soir, une telle intimité entre eux ne l’effrayait pas. Une part d’elle était convaincue qu’il n’irait pas jusqu’au bout, mais une autre au contraire lui répétait qu’il allait au moins essayer et rapidement… Elle comprenait que c’était exactement ce qui allait arriver. Il n’avait peut-être pas prononcé mot à ce sujet, mais elle voyait dans la lueur qui illuminait son regard alors qu’il se relevait de sa chute qu’il ne comptait pas s’arrêter là. Saoirse porte sa main contre son visage comme si cela pouvait l’empêcher d’éclater de rire. Elle ne se moque pas de lui pourtant, loin de là, c’est un rire de bonheur et d’amusement. Rapidement, elle se met à suivre avec beaucoup plus de justesse la chorégraphie approximative qu’il lui sert, et même si ses pas sont peu similaires avec les véritables, elle le trouve si beau, amusant et sexy en les faisant qu’ils atteignent la cible en plein coeur. Le voyant s’approcher, Saoirse devine là où il en est dans sa chorégraphie toute particulière, s'apprêtant à suivre son mouvement et reculer, elle avait à peine l’occasion de bouger que Swan se dirigeait dangereusement, rapidement vers elle. Reculant sous le choc de leur corps, Saoirse éclatait de rire si fort qu’elle passait bien près de chuter, perdant tout sens de l’équilibre le temps de quelques secondes. Les mains de Swan la stabilisent sans qu’elle sache si c’est vraiment ce qu’il cherche à faire.

« Crétin. »

C’est tout ce qu’elle trouve à répondre entre deux rires. Ses ongles vraiment ? Elle ne cherche toutefois pas à l’insulter avec ce mot peu flatteur, car dans le ton de sa voix, il est facile de voir à quel point, il y a de l’affection.

« Des conneries peut-être… Mais qui te font gagner. J’espère que tu es content de ne pas avoir à faire brûler de l’eau chaude cette semaine. »

Elle le taquine, parce qu’il est tellement nul en cuisine qu’il pourrait sans doute y arriver. Encerclant ses bras autour de ses épaules, Saoirse vient poser son front contre le sien. Elle ne parvient pas à perdre le sourire qu’il a fait naître sur son visage et ses joues sont douloureuses, preuve qu’elles avaient perdues l’habitude de toutes ses expressions de bonheur.

« Et puis tu es toujours aussi sexy quand tu fais des conneries. »

La rousse vient se blottir d’avantage contre lui et son coeur s’accélère tant elle n’a plus l’habitude de chercher d’elle-même à accroître la proximité entre eux. Ce n’est toutefois habituellement pas que de son corps qu’elle se garde à distance, mais de son coeur aussi. Un éloignement physique autant que psychique. Pourtant, ce soir, les deux ne cessent de se rapprocher et se retrouver. Son nez frôle le sien dans une lente caresse, son regard ne quitte pas le sien alors que doucement, elle l’invite à la suivre dans de lents mouvements de patins sans séparer leurs corps. Ses lèvres l'appellent et Saoirse ne tient pas bien longtemps pour céder à la tentation et l’embrasser. Un baiser d’abord timide, délicat, pendant lequel elle effleure à peine ses lèvres qui se transforme doucement pour devenir plus insistant.
BY CΔLΙGULΔ ☾

_________________
Destructive path that we’re on
two psychopaths
know that no matter how many knives we put
in each other’s backs we’ll have each other’s backs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé






En savoir plus ?


MessageSujet: Re: One happy night [Byrnson]

Revenir en haut Aller en bas

One happy night [Byrnson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 04. Happy Birthday, Cat.
» Happy B-day tooooooo youuuuuuuuuuuu! ^^
» POURQUI ET POURQUOI DES DRAGES AUX COCHONS???HAPPY FATHER S DAY !
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Californication :: San Diego :: Mid-City-